AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rage & Grace {Dan}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Messages : 201
Crédits : Datura & Tumblr
Groupe : Lycans

MessageSujet: Rage & Grace {Dan}   Dim 22 Avr - 0:32



Ce n’était pas dans l’ordre des choses. Non, survivre à son enfant n’était pas logique, pas dans le monde dans lequel j’étais née. Dans mon monde, il y avait de l’espoir pour tout le monde et ce, en dépit des différences, tant qu’on se battait assez fort pour obtenir ce que l’on souhaitait, tout était possible. Et puis il y eut cette chasse à la bête, on traqua les lycans les uns après les autres pour les enfermer dans un camp qui n’avait rien à envier à ce que l’on découvrit en Allemagne, en Autriche ou même en France. Nous étions des animaux mis en cage et manipulés selon le bon vouloir des autorités humaines et si autrefois, cette perspective ne m’avait pas gêné outre mesure, sans doute parce que je faisais preuve d’un fatalisme à pleurer, après la mort de mon fils, cet état de fait me révolta et me donna l’envie et la force de prendre les armes. Non, il n’était pas normal que mon fils de douze ans ait été massacré parce qu’il était dehors à la mauvaise heure, peu de temps après le couvre-feu. Lycan ou non, il n’était qu’un enfant et toute personne dotée de morale n’aurait jamais ouvert le feu sur un gamin de son âge. J’eus un mal fou à m’en remettre, à accepter sa disparition et à réaliser qu’il ne passerait plus la porte avec son large sourire pour me dire qu’il m’aimait avant d’aller s’installer devant la télévision. Surmonter la douleur fut le plus compliqué et après l’enterrement, je m’enfermai dans un mutisme qui ne me ressemblait pas, je refusai d’aller travailler, de voir mes proches, de dire ce qui n’allait pas et même de m’alimenter, me contentant de sortir pour prendre une douche avant de retourner dans ma tanière pour ruminer. Puis l’idée germa toute seule dans mon esprit endolori, celle d’une révolte, d’une révolution portée sur mes épaules. Moi qui autrefois était si douce et calme, je voulais prendre les armes pour réclamer vengeance, je voulais monter une opération qui risquait de mettre ma vie en danger mais également celle de tous ceux qui me suivraient et pourtant, je n’en avais cure. La seule et unique chose qui m’importait, c’était que le monde ait connaissance de cette injustice et que le monde paie. Je voulais faire mal aux êtres humains et pas seulement de manière chirurgicale, en tuant par-ci, par-là, des gens sans le moindre intérêt et qu’on aurait tôt fait de remplacer mais je voulais voir grand, leur faire peur dans leurs foyers, laisser placer le doute que nous n’étions pas leurs prisonniers mais que nous étions enfermés de notre propre chef et que dès que nous aurions décidés de nous en extirper, nous serions capables de mettre le monde à feu et à sang. Je n’avais plus peur à présent, je ne ressentais qu’un vide impossible à combler et une infinie tristesse que j’éteignais souvent grâce à la colère et la violence. D’ailleurs, je buvais beaucoup trop depuis sa disparition, m’étant même mise à fumer, ce que je n’aurais jamais fait par le passé, m’abîmant la santé et écourtant mes années de vie volontairement, sans doute que la raison de tout ça était que je voulais mourir et le rejoindre et je préférais passer par la grande porte et partir en grandes pompes. J’allais foutre une belle pagaille et cette idée me réjouissait.

Contrairement à ce que j’avais pu m’imaginer, il ne fut pas compliqué de trouver des gens volontaires pour me suivre, pour la plupart, ils avaient également perdu quelqu’un de proches pour des raisons plus ou moins similaires à celles qui coutèrent la vie à mon petit. Eux aussi tournèrent en rond durant des semaines avant de finalement se résoudre à vivre en esclave, espérant que la mort frapperait vite à leur porte pour que la punition dure moins longtemps. Ils furent les premiers à gonfler mes rangs, puis il y eut des plus jeunes qui n’avaient jamais rien connu d’autre que le district, l’enfermement et les règles presque militaires et qui rêvaient de voir comment c’était dehors. Notre point commun à tous était notre haine incommensurable pour la race humaine et toutes les horreurs que celle-ci commettait dans l’impunité la plus totale. Nous nous réunissions tous les soirs, le tout fait de bric et de broc, ceux qui savaient se battre apprenaient aux autres et ceux qui pouvaient aider dans d’autres domaines le faisaient, tout était bon à prendre, une révolution n’avait pas besoin de grands moyens pour éclater, seulement de colère et de violence et ça, il y en aurait. J’étais assise à une table, étudiant les plans des égouts et la manière dont ils avaient été condamnés, bloquant ainsi toute possibilité de fuite. Cependant, il y avait des endroits par lesquels il y avait possibilité de passer, je me devais d’étudier cette possibilité avec intérêt, même si je préférais rester à la surface, pour une raison simple, s’il y avait des traitres parmi nous et qu’ils parlaient de l’offensive par les sous-sols, je ne donnais pas cher de nos peaux. Je passai une main dans mes cheveux, essayant de me concentrer alors que mon regard était accroché par la photo de mon fils que j’avais posé sur la table pour me donner du courage et de la patience. Je finis par reposer les plans et me saisir de la photo, j’eus tout juste le temps de la ranger dans ma poche que la porte s’ouvrit à la volée sur l’un de mes lieutenants.

« Y a une bagarre dans la partie Nord de la ville, vaudrait mieux qu’on aille les séparer avant que ça ne finisse en un autre massacre de la SUNH. »

Je soupirai et me levai, j’enfilai ma veste en cuir, attrapai mon épée de fortune et l’accrochai à mon dos alors que pendait une machette à ma cuisse, on n’était jamais trop prudent. Ce n’était pas pour mes frères mais pour les potentiels humains qui oseraient s’aventurer sur notre territoire. Les rues du District n’étaient pas sûres, quoi qu’on en pense et je préférais être armée, étant une grande amatrice des armes blanches, je les préférais à celles du même type que l’arme qui tua mon enfant. Il nous fallut moins de quelques minutes pour débarquer, je laissai mes hommes s’occuper de les calmer, mes sens aiguisés avaient attirés mon attention sur une odeur de chair fraîche qui me fit tourner la tête vers un jeune homme à moitié dissimulé dans la pénombre. Pensait-il réellement que ça le sauverait d’une mort programmée ? J’esquissai un sourire carnassier et me précipitai vers lui pour le sortir de sa cachette d’un bras, le plaquant contre le mur le plus proche, mes longs doigts enserrant sa gorge, lui briser la nuque aurait été si simple et rapide !

« Qu’est-ce que tu fais ici, humain ? » craché-je avec mépris et hargne « Tu n’es pas autorisé à traîner ici, vous avez déjà le reste du monde, pourquoi vous incruster chez nous ?! »

Son odeur me rendait quasiment folle, j’avais beau ne jamais avoir mangé de chair humaine, les instincts étaient toujours là et me titillaient plus que je ne l’aurais voulu, d’ailleurs, mes yeux prirent bien vite une autre teinte, signe que la transformation n’était pas loin. Mieux valait pour lui qu’il ne me mette pas en colère. Une petite brise m’apporta de nouvelles odeurs, celles qui émanaient de lui et qui me firent froncer le nez. Un mélange de cigarette, d’alcool et de sexe. Je finis par le relâcher pour sortir mon paquet et m’en griller une.

« Tu es donc là pour prendre le pognon des lycans. Dis-moi, tes parents savent que tu fais la pute pour des animaux ? » lancé-je avant d’éclater d’un rire sans joie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: Rage & Grace {Dan}   Dim 22 Avr - 1:30

Y’a des règles simples à respecter dans le district 7. Des règles à ne pas oublier, à ne pas enfreindre et qui ne sont pas imposé par la société ou les autorités, mais bien par l’instinct de survie.
Elles font fit des autres lois, des bonnes mœurs, et de la morale. Elles dépendent d’un autre code et n’acceptent aucune excuse.
Le châtiment ne tombe pas à chaque fois qu’on les enfreint, mais tôt ou tard, il s’abat. Et il est irrévocable. Il tombe comme un couperet, et ne souffre d’aucune pitié. Marché sur la limite, en tester la véracité, et c’est une mort annoncé…
Oui, ces règles sont simples, presque stupide, mais elles garantissent un sursis…
Le Hic ? C’est que si, les piétiner conduit à une mort certaine, les suivre aveuglement ne garantie nullement qu’on sortira en vie du District.
Elles sont juste là pour augmenter ses chances de survie.

Et ça, je l’avais oublié…

Je n’ai jamais dérogé à une seule règle. Jamais consciemment en tout cas, et alors qu’un bagarre éclate entre deux Lycans, que les esprits s’échauffent, et les crocs s’affutent, je réalise que ça ne m’apportera rien ce soir. J’ai tout respecté, à la lettre… Mais ça ne suffira pas à me faire gagner mon pass survie. Je me fou de savoir comme ça à commencé, ni comment ça se finira, là, maintenant, je veux juste rentré chez moi, comme je l’avais prévu, après une journée écoulée à passer de client en client pour grappiller quelques informations et quelques billets.
Je veux rentrer, m’affaler sur mon lit après une douche brûlante, et me camer suffisamment pour passer une belle nuit à faire de beaux rêves artificiels, malheureusement, ce merveilleux programme est compromis parce que deux loups n’ont pas trouvé mieux que de se prendre la tête, et que, vu que je ne peux pas partir en courant, aux risques de me transformer en gibier( quoique non, un gibier à des chances de s’en sortir en vie, moi si je me met à dédaller, j’en ai aucune.) je dois rester sur place et m’appliquer à disparaître.
Je me plaque d’avantage contre le mur, refermant même les yeux alors que d’autres Lycans rappliquent, c’est con, mais je me persuade que si je ne vois personne, personne ne me voit… ça me rassure, et c’est bien tout ce qui compte.
Mon cœur cesse sa course effrénée contre ma poitrine, mon souffle retrouve sa stabilité, et je…. Je rien du tout… Des doigts se referment sur ma nuque, me soulèvent comme si je ne pesais rien, et me plaque contre d’autres briques, coupant net tout respiration…

J’ouvre les yeux, oubliant d’avoir peur lorsque je me rend compte que je n’ai pas à faire à un Loup, mais une louve… Et merde… Merde, merde MERDE !!! C’est bien ce qui pouvait arriver de pire. Un lycan, ça se gére… C’est en colère, ça cogne, et ça passe à autre chose… Une femme (et pas que louve d’ailleurs) ça marche pas comme ça. C’est plus chiant, c’est plus fourbe et surtout, c’est plus destructeur… Là maintenant de suite, mes chances de survie se réduisent de moitié… Ce qui fait que, lorsqu’elle me pose une question, je me la ferme (bon, y’a aussi le faîte que je ne peux pas lâcher un mot, vu comment elle malmène ma nuque)… Quelques secondes à peine, et elle répond toute seule à sa question, me balançant sur le sol…
Je reprends mon souffle, en même temps qu’une peur froide et collante, m’étreint le corps tout entier… Calme… calme… Surtout ne pas paniquer… Ne pas partir en courant, ne pas fuir… ça, ça fait partie des règles simples.

- Oui…


Finis je par dire après avoir jugé que mon silence avait bien assez duré comme ça, et qu’il était temps que je l’ouvre. Attendre plus, s’était prendre le risque qu’elle perde patience, se transforme et me transforme en steak frite… sans les frites.
Je tousse légèrement, ma voix me brûlant une gorge encore douloureuse et qui se para sans doute d’un joli bleu dès demain, venant compléter la collection que je dois déjà à mon père…
Enfin, si je survis jusqu'à demain.

J’ai pas tout à fais mentis quand je lui ai répondu, j’ai déjà balancé à mon père que je tapinais dans le D7, il a cru que je le baladais, que je lui mentais et cherchait le conflit… Une bonne correction, et il est passé à autre chose, en l’occurrence un tas de dossier urgent à traiter… Mais je lui ai dit…
Quand à ma mère… Elle est morte… Donc, elle ne rentre plus en ligne de compte… Je devrai peut être rentrer dans le débat ‘les lycans ne sont pas des animaux’ mais je trouve le sujet un peu trop glissant, et je n’ai pas envie de me casser la gueule… du coup, j’évite.
M’aidant du mur, je passe outre la douleur qu’elle a réveillé, pour me redresser, et me tenir à peu près droit.

- J’allais partir…


ça peut être un bon point ça, non ? Même si je me doute qu’elle me raccompagnera pas sagement jusqu'à une sortie, ça peut faire pencher la balance en ma faveurs…
Enfin je crois…

Je suis pas sur que mon cerveau fonctionne correctement en face d’une bande de Lycan, dirigé par une bonne femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 201
Crédits : Datura & Tumblr
Groupe : Lycans

MessageSujet: Re: Rage & Grace {Dan}   Dim 22 Avr - 16:12




Je n’ai pas toujours été cette femme glaciale et impitoyable que je suis aujourd’hui, affichant ce masque de méchanceté pour que personne n’aille voir derrière et ne s’aventure au-delà des limites du supportable pour moi. C’était plus facile d’agir ainsi pour ne plus s’attacher à personne, après la perte de mon fils, mon monde s’était écroulé et je ne voulais plus que mon bien-être dépende d’autrui, il devait dépendre uniquement de moi, de mes décisions et de mes actions, rien de plus, rien de moins. Mais remontons dans le temps, à l’époque où j’étais encore une jeune femme heureuse en dépit des circonstances, j’étais pleine de vie et heureuse d’être mère, même si ce n’était pas évident tous les jours, même si être mère célibataire posait tout un tas de problèmes, sans parler du regard des autres et leur manière de me juger comme si j’avais commis un crime odieux sous leurs yeux. J’avais pris le parti de vivre sans leur consentement pour être heureuse, j’avais appris à me moquer de leur avis, m’adaptant à notre captivité comme j’aurais pu m’adapter à n’importe quelle autre situation, tant que j’étais en famille avec mon fils, mon père et sa nouvelle femme, tout m’allait parfaitement. Je restai toujours discrète sur l’identité du père de Bran, pour diverses raisons mais la principal était d’une simplicité à pleurer ; quand il avait appris pour ma grossesse, il avait été très clair à ce propos, il ne voulait pas d’enfant avec moi mais uniquement e l’amusement, il ne voulait pas l’assumer et avoir quoi que ce soit à voir avec son éducation et je pouvais bien en faire ce que je voulais, il n’en avait rien à foutre. Il n’omit pas, cependant, de me signaler que si j’avortais, il m’attendrait les bras ouverts pour d’autres moments torrides. Entre un connard congénital et un petit bout de chou qui pourrait m’aimer et m’offrir ce que ma mère n’avait pas su me donner, mon choix fut vite fait, je coupai les ponts avec lui et bien vite, je me retrouvai à vivre avec mon père, ce fut d’ailleurs lui et sa femme qui me soutinrent durant les heures de travail à l’hôpital et ce jusqu’à la naissance du petit trésor de la faille Garver. Il m’avait apporté tellement de bonheur en peu de temps que grâce à lui, j’appris à relativiser, à me faire confiance et à aimer mon prochain, humain ou non, membre du SUNH ou pas, ça m’importait peu, parce que j’estimais que tout être avait son libre arbitre et méritait qu’on ne le cloue pas au piloris pour les exactions des autres. J’avais eu tort, nous ne vivions pas dans le monde des bisounours mais dans celui où la mort était plus répandu que l’amour, dans un monde qui acceptait que l’on massacre des enfants lycans, tout simplement parce qu’on les voyait plus comme des monstres que comme des bambins. Mon optimisme légendaire fut terrassé par une tristesse sans nom et ainsi commença mon combat, ma lutte acharnée pour obtenir justice après avoir mis mon fils en terre. Cela ne faisait que commencer mais ils venaient de trouver une adversaire coriace.

J’avais dû être une guerrière dans une autre vie, une amazone sans doute vu le peu d’estime que j’avais pour la gent masculine de manière générale. Cette idée me plaisait assez, même si je déplorais le fait que tout ça me soit venu après la mort du seul être qui avait toujours compté pour moi et m’avait apporté plus de choses que je n’aurais jamais pu lui en offrir. Il était ma fierté, ma petite boule d’amour, aussi impétueux que j’avais pu l’être à son âge et d’une innocence que j’étais parvenu à conserver en hommage à celle que ma mère me vola sans vergogne. Pourtant, le fait d’avoir aimé mon enfant, ne me rendait aucunement compatissante du sort de tous les enfants, non, je ne pensais qu’aux lycans, à ces petits êtres sans défense que l’on tirait comme des lapins s’ils avaient le malheur d’être au mauvais endroit, au mauvais moment. Parce que le sort des gosses, humains, je m’en tamponnais comme de l’an quarante et si je pouvais aider à leur extermination, je n’y voyais pas le moindre inconvénient. Mon sourire s’élargit sur mes canines prédominantes quand je pensai à cette éventualité avant de tirer sur ma cigarette comme une malade tandis que ce petit bout de rien tentait de prendre la fuite par tous les moyens possibles et imaginables. Pensait-il réellement qu’il pourrait m’échapper ? Il fallait plus que de la chance pour sortir vivant d’une chasse lancée par un lycan implacable, il fallait courir vite et ne pas être trop loin d’un fusil avec des balles en argent.

« Ce serait dommage de nous quitter alors que la fête ne fait que commencer ! » dis-je en lui lançant un regard aussi froid qu’un hiver en Sibérie « J’ai des plans pour toi, faut juste qu’on décide tous ensemble de quelle option sera la mieux pour toi, même si j’ai tendance à aimer le jeu et la chasse et puisque tu te proposes pour être le gibier, ce serait dommage de te refuser cette faveur. »

J’étais sadique et sans doute un peu cinglée mais j’avais bu plus que de raison, ce soir encore, ce qui me rendait incroyablement plus désagréable qu’en temps normal et ce n’était pas peu dire, ces derniers temps, on ne pouvait pas franchement affirmer que j’étais de très bonne compagnie.

« Y a rien à bouffer dessus, t’as vu comment il est foutu, y a que la peau sur les os. » lança l’un de mes hommes par-dessus mon épaule
« Qui te parle de le bouffer, je te parle de le déchiqueter juste pour le plaisir. »
« Le tuer maintenant nous éviterait d’avoir le SUNH au cul. » il tentait d’être la voix de la raison mais j’étais trop bornée pour l’entendre de toute façon
« Qu’ils viennent, ça fait un moment que je trouve que ça manque d’ambiance par ici ! »

Je tournai la tête vers Jared et lui offrit un large sourire, signe que je me foutais ouvertement de sa gueule, il finit par éclater de rire et me dispensa d’une tape dans le dos et d’un « t’es con ».

« Qu’allons-nous faire de toi, sac d’os ?! »

Question purement rhétorique quand on y pensait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: Rage & Grace {Dan}   Dim 22 Avr - 18:14

Je ne suis pas vraiment sur qu’on se soit comprit… Si je veux partir, c’est justement parce qu’ils comptent s’amuser et que, au vu de ses regards, de ses sourires, et du soupçons de sadisme que je semble percevoir chez elle, c’est moi qui risque d’être le petit jouer couineur. Pas que ça me plaise pas de divertir quelques Lycans, hein, mais si je pouvais éviter de le faire en finissant déchiqueté dans un coin du District, ça m’arrangerai à vrai dire. Je n’ai pas vraiment prévu de crever ce soir.
Je soutiens difficilement son regard glacial, qui me colle d’ailleurs un frisson, mais je le soutiens quand même, ce qui est plutôt une bonne chose. Quitte à partir, autant le faire en beauté, je m’en voudrai de mourir en me pissant dessus.

- Je ferai un très mauvais Gibier, hein ? Je cour pas vite en plus… ça ne serait pas très sport.


Je précise, juste comme ça. On ne sait jamais.
Je reste dos au mur, regardant tour à tour la louve et le Lycan qui se propose de me tuer directement histoire de ne pas s’attirer quelques emmerdes.
Personnellement, si on compte me demander mon avis, je préfère choisir le choix n°3 ou à la limite le Joker. Parce que bon, on ne va pas se mentir, mais dans les deux cas, je crève.
Machinalement, je me frotte la nuque, là où ses doigts se sont refermer, puis le ventre, qui à sérieusement dérouillé à la dernière dispute avec mon père…
La peur fait battre mon cœur à tout rompre contre ma poitrine, mais je me refuse d’y céder. Si je panique, je suis mort, et c’est bien ce que je me répète en boucle, alors que mes yeux clairs n’ont pas quitter la meneuse.

Je ne sais pas trop en quoi, mais elle me rappelle quelqu’un. Un quelqu’un que je n’arrive pas encore à nommer. Mais dans son attitude, dans ses gestes, et surtout dans son regard, il y a un je ne sais quoi familier… Elle, je ne l’ai jamais vu, j’en suis sur… Je serai déjà mort sinon, mais y’a… Un truc, presque un sentiment de déjà vu qui réveille un malaise palpable.
Je ravale cette sensation, préférant me concentrer sur tout autre chose que cette chose qui me tiraille les entrailles. Ce n’est pas me souvenir ce qu’elle me rappelle qui me sauvera la mise de toute façon.

- Bah… Si me laisser partir n’est pas une option correcte, on peut au moins envisager de me laisser en vie, non ?


Enfin moi, je dis ça… je dis rien.
Doucement mais surement, j’écarte le voile de peur qui m’empêche de penser correctement. Ça fait un an que je dois me vendre dans le D7 et en un an, j’ai quand même accumulé des tonnes d’infos plus ou moins utile… Je dois bien savoir un putain de truc qui pourrait intéresser la louve et me permettre de m’en tirer sans trop de casse.

Putain, Doll, réfléchis merde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 201
Crédits : Datura & Tumblr
Groupe : Lycans

MessageSujet: Re: Rage & Grace {Dan}   Lun 23 Avr - 23:27




Des petits de ce genre, il y en avait une recrudescence dans le district, ces petits cons pensaient qu’il n’y avait rien de plus fun de se payer un bon coup d’adrénaline en venant fouiner du côté des lycans. Sauf que venir emmerder un peuple opprimé n’était pas du tout un bon calcul et si la majorité vivant dans la sérénité et la paix, il suffisait d’une mauvais rencontre pour que la chance bascule et se transforme en carnage et j’étais, cette mauvaise rencontre. C’est vrai, quel pourcentage de chance y avait-il pour que je tombe sur lui ce soir ? Quelque chose d’infime et pourtant, je me trouvais là, le dominant de toute ma hauteur et ma puissance et il n’y avait rien qui m’excitait davantage que l’idée que je pouvais le réduire à néant et ce en quelques secondes et qu’il aurait beau avoir une arme quelconque, il serait mort avant même d’avoir pu penser à la sortir. Je me nourrissais de la peur de mes victimes pour accroître ma rage, je me nourrissais de leur mal être pour éteindre le mien et jusqu’à présent, ça n’avait pas trop mal marché. De toute façon, je ne supportais pas de les voir traîner par ici comme s’ils étaient en terrain conquis, volant l’argent des nôtres pour des choses qui étaient contre nature. Si en temps normal, je n’aurais rien eu contre des relations mixtes, les temps étaient trop durs pour que je tolère de pareilles aberrations. J’avais souvent tendance à oublier que le père de mon fils était également humain et que j’en étais malgré tout tomber amoureuse, et comme tous les autres humains, il avait préféré s’amuser plutôt que de s’engager, abandonnant la partie dès que cela devint trop sérieux à son goût. Je ne lui jetai pas la pierre à l’époque, prête à assumer mes responsabilités et pourtant, aujourd’hui, j’avais l’impression que cette incapacité à assumer les conséquences de leurs actes, était quelque chose de communs à toutes ces petites merdes d’humains qui grouillaient partout dans l’espoir de passer une nuit inoubliable avec l’un d’entre nous. Celui qui se trouvait en face de moi, venait de gagner le gros lot, il pouvait s’en réjouir, il se souviendrait toute sa vie, ou le peu qui lui restait à vivre, de ces quelques instants qu’il passerait en leur compagnie et ce serait gratuit pour tout le monde, quoi demander de plus ?

« SILENCE ! Qui t’a donné le droit de parler, humain ? » m’égosillé-je tout en le malmenant

Si bien que je finis par l’envoyer au sol et lui faire baisser son regard, une bonne fois pour toute. Je savais quelles étaient les consignes que l’on communiquait à tous ces crétins d’humains, de nous tenir tête, de garder leur regard rivé au nôtre mais c’était de la folie, principalement avec moi, de toute façon, il n’y avait pas grandes options, peu importait la manière dont on se comportait, je ne faisais aucun cadeau, pourquoi en aurais-je fait ? Qu’avais-je à perdre ? J’hésitais cependant sur la conduite à adopter, j’ignorais quelle était la meilleure façon d’optimiser cette rencontre fortuite et je sentais que mes hommes commençaient à perdre patience et à se montrer nerveux, ce qui m’agaça aussitôt et me fit claquer ma langue contre mon palais. Je n’allais pas me battre avec eux, pas ce soir, je l’avais assez fait comme ça et s’ils avaient trop peur pour ne pas tuer un humain sans chier dans leur froc, ce n’était pas mon problème et je préférais qu’ils dégagent plutôt que de me gâcher un moment pareil.

« On se retrouve plus tard ! » dis-je, ce qui sonnait comme un ordre direct
« Tara, tu es sûre que … ? » tenta mon bras droit
« T’en fais pas, je peux encore m’occuper de moi-même et d’un humain, ça ira, je t’appelle dès que j’ai fini. »

Je sentis son regard peser sur ma nuque un long moment avant qu’il ne finisse par suivre les autres, même si le parfum de son inquiétude emplissait encore mes narines. Il s’en faisait trop pour moi et ce depuis l’enterrement de mon fils, il faisait de son mieux pour me soutenir et me suivre, je savais que la seule raison pour laquelle il était dans le mouvement, c’était parce que je l’avais fondé et qu’il voulait veiller sur moi mais il devait comprendre, je savais le faire toute seule. Je n’avais pas besoin de la protection de qui que ce soit et encore moins d’un mâle !

« Relève-toi ! » aboyé-je au gamin qui n’osait plus bouger après les coups qui avaient plu sur lui « Sois un homme bordel de merde, t’es assez grand pour tapiner mais pas assez pour te battre ! Quel genre d’homme fait ça ? Pathétique ! » m’exclamé-je
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: Rage & Grace {Dan}   Mar 24 Avr - 0:36

C'est sans surprise qu'une pluie de coup rude s’abat sur ma carcasse, anéantissant mes efforts de me redresser. Ça, je connais, c'est presque routinier, on se met en boule, on protège le visage, et on attends que ça passe. Si mon père frappe généralement moins fort qu'elle, il frappe surtout nettement plus longtemps, du coup, je tiens, tant bien que mal le choc.
Je ferme les yeux, essayant de contenir la douleur qui menace de faire perler quelques larmes, et serre les poings...
Y'a plus qu'a attendre maintenant... Juste ça. Attendre que mon corps s'habitue à la douleur pour que je puisse passer à autre chose.
Elle s'agace... Je pensais en être à l'origine, mais lorsqu'elle ouvre la bouche, ce n'est plus à moi qu'elle s'adresse, mais à ses hommes.
Impatient de m'achever, sans doute pour éviter d'avoir le SUNH sur le dos, ils doivent s'impatienter, se demander ce que leur chef à en tête, pourquoi elle n'en finit pas maintenant...
C'est d'ailleurs ce qui doit l'ennuyer... J'ai suffisamment côtoyé de loup pour savoir quand ils ont envie de jouer, elle, c'est exactement ce qu'elle veut.
S'amuser avec le petit joujou couineur que je suis.

Durant leur petit échange, je reste au sol, mon regard azur se perdant sur le sol poussiéreux, encore humide.
Je connais ce genre de Lycan... Ces extrémistes qui haïssent notre race. Ils jugent les humains responsables de tous leurs maux.
Tous les humains.
C'est con quand on y pense, c'est en réfléchissant comme ça qu'ils se rapprochent de plus de l'Homme. Ils se bourrent généralement de stéréotypes et afflige la terre entière de leur état de prisonnier. Ils oublient qu'une poignée en est responsable, que la majorité s'en moque ou les craignent, et qu'enfin, quelques uns servent leurs causes...
Généralement, si ils se laissent débordés ainsi par leur rage et leur nature animal, c'est généralement parce qu'ils ont perdus quelque chose, ou quelqu'un qui leur a été cher...

Quand la meute disparait, et qu'elle m'interpelle de nouveau, je tente difficilement de me redresser. C'est facile pour elle, elle domine la situation, et le jeu avec une main de fer...
Moi, je ne peux que subir...
Je finis par me relever, m'adossant au mur, souffle légèrement court.

- Je ne... Me battrais pas avec vous...


Oui, je la vouvoie... Y'a pas grand monde qui peut s'en vanter d'ailleurs, mais elle... A mes yeux, elle a tout d'une reine. La prestance, le charisme, la force, même la beauté, cette beauté qui me rappelle cruellement quelqu'un sans que je n'arrive à le nommer.
Et surtout, surtout, elle a ma vie entre ses mains...
Je déglutie et me laisse glisser contre le mur pour m'asseoir par terre...
C'est toujours difficile de donner un âge à un Lycan... Mais je dirai qu'elle a dut connaitre la liberté, une vie avant le D7...
C'est généralement pour eux que c'est le plus dur. Ils n'ont pas à imaginer ce qu'ils perdent en étant ici.
Ils le savent.

- Vous... Avez perdu qui, vous ?


Elle est trop en colère pour n'avoir du que renoncer à sa liberté... Et oui, oui je sais, je suis trop curieux pour mon propre bien.
Oh et puis merde, de toute façon, elle compte déjà me buter alors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 201
Crédits : Datura & Tumblr
Groupe : Lycans

MessageSujet: Re: Rage & Grace {Dan}   Mar 24 Avr - 22:19



Quand avais-je dépassé la limite ? Quand la barrière que je mettais entre mes désirs les plus inavouables et la personne que j’étais pour les autres, avait fini par céder pour que tout se mélange et se transforme en cocktail détonant ? Lorsque j’avais appris la mort de mon fils ? Lorsque nous l’avions enterré alors qu’il rêvait de connaître un jour la liberté, la vie à l’extérieur, telle qu’elle avait été pour moi durant les premières années de ma vie ? Je n’en avais pas la moindre idée mais il était sûr que mon ancien moi n’aurait pas forcément apprécié de se retrouver face à la personne que j’étais désormais et qui ne trouvait le salut que dans l’alcool et trop de sexe pour son propre bien. Certains me considéraient comme une épicurienne mais c’est qu’ils ne comprenaient pas ce qui m’agitait, les raisons qui me poussaient à me lever chaque matin alors que je n’avais qu’une envie, rester cachée sous mes couvertures et m’y terrer jusqu’à ce que la fin du monde emporter tous ces enfoirés. J’étais un cas désespéré qui défendait une cause noble, le comble vous ne trouvez pas ? Ouais, le comble du pathétique. J’avais trouvé un nouveau combat pour éviter de me laisser mourir à petit feu, parce que je n’avais pas été élevé de la sorte, parce que j’étais tout bonnement incapable d’abandonner, de passer à autre chose gentiment et bêtement. Au fond de moi s’agitait l’âme d’une guerrière et je n’avais pas le droit de la trahir, j’avais déjà laissé tomber mon fils, il était hors de question que je laisse tomber ma dernière et unique raison d’exister. J’étais encore en vie, j’avais eu cette chance d’être encore debout pour pouvoir semer les graines de la vengeance et je comptais bien m’acquitter de cette mission en parfaite égoïste que j’étais devenue. Peu m’importait les pertes tant que j’obtenais ce que je désirais, à mes yeux, c’était le prix de la liberté, le prix de notre délivrance à tous et s’ils n’étaient pas prêts à se sacrifier pour ces grandes idées, ils pouvaient bien retourner pleurer dans les jupes de leur mère, ce ne serait pas moi qui viendrait les chercher quand enfin nous serons parvenus à notre but, pas plus que je ne leur accorderais le moindre regard quand nous aurons mis à mal l’organisation si bien huilée du SUNH. J’étais désormais, non seulement égoïste et alcoolique mais également terriblement rancunière. La bonne chrétienne que j’avais toujours été avait capitulé face à la violence de cette cinglée que j’aimais être, cette schizophrénie finirait sûrement par me coûter cher mais pour le moment, elle m’aseptisait assez longtemps pour que je ne pense à rien d’autre que l’objectif final. Je n’avais menti à personne sur les risques qu’il y avait dans ce genre d’entreprise, ils s’étaient tous engagés à leurs risques et périls et il ne fallait pas attendre de moi que je les plaigne, nous étions tous dans le même bateau.

Je ne pus réprimer un fou rire quand il m’annonça qu’il ne se battrait pas avec moi. Croyait-il réellement que je venais de lui proposer un combat à la loyal ? Pour qui me prenait-il ? J’étais peut-être tombée bien bas mais pas à ce point. J’avais seulement voulu lui faire remarquer que garder sa dignité en toutes circonstances était primordial pour être crédible mais j’avais tendance à oublier que je m’adressais à un être humain et non à l’un des miens. Eux avaient le sens de l’honneur et de la loyauté, pour la race inférieure que formaient les humains, c’était une toute autre histoire. Je fis mine d’essuyer une larme au coin de mon œil avant de reporter toute mon attention sur sa petite personne et de retrouver mon attitude froide et pas très engageante. Avec tout ça, je n’avais toujours pas décidé ce que j’allais faire de lui et ma conscience en profita pour me hurler de le ramener à la frontière et le faire passer de l’autre côté, en sécurité, alors que mon instinct m’ordonnait de le déchiqueter sans sommation, parce qu’il était une proie et que j’étais un prédateur implacable. Je soupirai et finis par être littéralement désespérée quand il me posa LA question qui n’aurait jamais dû sortir de sa bouche. Bordel ce que je n’aurais pas donné pour une putain de bouteille de whisky. Voilà qu’il se la jouait psychologue et je détestais cette idée.

« Qu’est-ce que ça peut te foutre, tu vas crever et jouer les psychologues c’est tout ce qui t’importe ? Si tu veux mon avis, revois l’ordre de tes priorités, gamin ! »

Après avoir écrasé ma clope, je m’en sortis une autre que j’allumai aussitôt, tirant dessus comme une malade alors que mon regard vagabondait sur les rues désertes, le temps pressait et je ne pouvais pas le maintenir sous mon emprise éternellement.

« Ecoute, casses-toi tant que tu peux, je suis dans un jour de bonté, la prochaine fois que je te croise, je te pends à tes tripes, compris ?! » lui balancé-je en le pointant du doigt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: Rage & Grace {Dan}   Sam 28 Avr - 14:19

Je secoue la tête, évitant de penser à la douleur qui me vrille actuellement le corps. J’aurai sans doute mieux encaissé si mon père n’avait déjà pas mit mon corps en miette, un jour qui ne serait pas fait comme un autre, il aura ma peau, j’en suis sur.
Au début, il se contentait de quelques gifles, de préférence, dans le dos de ma mère pour éviter leurs éternelles disputes, ensuite y’a eut les coups de poing, puis la ceinture, et enfin tout ce qui lui tombait sous la main. J’aurai bien aimé pouvoir dire que sa violence était liée à l’abus de boisson, ou des consommations illicites, mais je ne peux même pas. Il est toujours clean, et sa seule addiction, c’est bien son travail.
Alors au final, j’en suis venu à la conclusion que ça pouvait être que de ma faute. Et je m’y tiens. C’est ma faute. C’est plus facile d’encaisser les coups quand ils sont mérités.
Je retiens un soupir. Je vais éviter de m’égarer, surtout devant une Lycan qui veut potentiellement me dévorer et laisser mon cadavre dans une quelconque ruelle….

- Non, je ne veux pas jouer aux Psy.
C’était le rôle de ma mère, ça… Pas le mien… C’est juste que… J’hésite quelques secondes, oh et puis merde, je ne suis pas sur que le mensonge soit une ligne de conduite à adopter avec elle. Vous me rappelez quelqu’un.

Ouais, je ne vais pas en rajouter, on va évité de lui dire que les Lycans aussi violent (et sadique) sont soit totalement fou, soit en quête de vengeance (ce que je comprend mieux que personne).
Je la regarde se griller clope sur clope, attendant sa sentence, à la manière d’un condamné à mort, se demandant si il finira grillé sur une chaise électrique, ou si on piquera sa veine avec une dose létale du premier produit qui viendra.
Et au final, c’est le miracle, coup de fil d’un quelconque hauts gradés pour un état de grâce.
Je peine à y croire d’ailleurs. Elle qui semblait tant partante pour une partie de chasse, me laisserait repartir, juste comme ça, après une mise en garde ? (Que je ne prendrai absolument pas en compte )

- Compris, je ne trainerai plus par ici…


Ouais, alors ce mensonge, il est sorti tout seul. Mais je ne peux pas décemment pas lui dire que je passerai outre son autorité, que je reviendrai trainer mon cul par ici, et que la seule manière de m’en empêcher qui lui reste, c’est bien de me crever.
Parce que la, je signerai à coup sur mon arrêt de mort, et que, malgré tout ce qu’on peut en dire, je ne suis pas suicidaire.
Il est hors de question que je cesse de venir dans le D7, c’est bien trop demandé. Je ne suis pourtant pas un de ces jeunes en quête de sensations fortes qui trainent ici dans l’espoir d’inédit. Je ne suis pas non plus un taré qui veut se faire mordre par débit ou par envie.
Je fais partie de ceux qui veulent savoir, qui ont besoin d’un responsable, qui ne peuvent simplement pas continuer à vivre sans savoir.
Je fais partie d’une minorité, qui ne peut pas se contenter de savoir qu’une personne chère est morte. Moi je veux le pourquoi, le comment, et surtout le qui.
Un qui que je buterai moi même ou du moins, mourait en essayant. C’est comme ça et c’est tout.
Rien à battre que ce soit totalement déséspéré, rien à battre qu’on me prenne pour un fou, ou qu’on juge ma quête incensé, je m’en bat même les couilles qu’on trouve ça stupide ou suicidaire… Je me moque de ce que la bonne société peut penser.
La seule chose qui compte, c’est de la venger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rage & Grace {Dan}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rage & Grace {Dan}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Amazing grace
» Will day of rage in Saudi Arabia send oil prices up to $200 per barrel?
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Rage pics ! Fun pics ! lol
» Grace Asthon
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
District 7 :: district 7 :: Lanes.-