AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sweet Dream (Wayne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Sweet Dream (Wayne)   Sam 5 Mai - 15:04

Une silhouette se découpe dans la nuit, son ombre se projetant sur la porte qu’elle ferme à clé. Le seul réverbère qui ne soit pas cassé diffuse une lumière blafarde qui ne sert pas à grand chose si ce n’est a donné un côté lugubre à la petite ruelle. Mais la propriétaire des lieux ne semble pas s’en soucier. Un sourire éclaire même son visage aux traits fins alors qu’elle range son trousseau dans la poche de sa veste.
La pluie commence à tomber alors qu’elle s’avance vers des chemins plus étroits, préférant la rapidité des raccourcie plutôt que la sécurité des sentiers battus. De toute façon, que risque t-elle ? Elle a prit ce chemin des dizaines, voir même des centaines de fois, c’est avec l’assurance de l’habitude qu’elle marche d’un pas sur, se voyant déjà chez elle.
Son mari ne sera pas encore rentré, et son fils doit encore l’attendre devant la porte, à moins qu’il ne dessine dans sa chambre. Un énième œuvre d’art maladroite mais qu’elle accrochera avec fierté dans un des couloirs de la maison.
Une silhouette se découpe dans la nuit, son ombre se projetant sur les murs qu’elle longe alors que la pluie se fait plus dru. Elle rabat la capuche sur sa tête, cachant ses longs cheveux noirs nattés, ses pensées se tournant vers les patients qu’elle a reçus aujourd’hui. Elle est contente, la plupart s’acclimatent, elle est sur de pouvoir les aider, assurée de ses choix….
C’est lorsque la lumière de son téléphone éclaire enfin son visage que je la reconnais. Ses yeux clairs semblable aux miens, son petit nez aquilin, son sourire mutin…

- Maman ! Maman !!


Elle décroche son portable, ne semblant pas m’entendre, et ce même lorsqu’elle coupe court à sa conversation. Son cellulaire n’est même pas encore dans sa poche, qu’un bruit se fait entendre. Prudence oblige, elle s’arrête, tend l’oreille, et guette un signe qui lui prouverait qu’elle n’est plus seule…
Son cœur loupe un battement avant qu’un rire ne lui échappe, voilà qu’elle devient paranoïaque. Ce ne devait être rien d’autre qu’un animal.
Sauf qu’elle se trompe.
Moi je le vois… Le corps massif du loup qui l’observe, tapis dans la pénombre. Sa langue passant sur ses dents aiguisées alors que l’impatience le gagne. Il hume l’air, et un rictus semblable à un sourire déforme ses traits alors que ses muscles se tendent.
J’aimerai crier, j’aimerai hurler, mais rien ne sort. Des mains ombreuses se portent à ma bouche, et me retiennent. J’aimerai courir pour la prévenir, pour l’aider, mais elles ne me lâchent pas…
Et alors qu’elle se rapproche de la sortie du district, de son salut, la masse imposante du Lycan lui tombe dessus. Ses crocs percent sa chaire au niveau de sa gorge, noyant son hurlement dans son propre sang qui ne tarde pas à se déverser.
Son corps n’est plus qu’une marionnette qui se déchire à chaque morsure, à chaque coup de griffe de l’assassin, bientôt ses yeux se voilent. Alors que son regard se pose enfin sur moi… Elle tend son bras vers moi, ses lèvres articulant mon nom, mais je reste immobile, incapable de bouger.
Son corps se cambre alors que le loup transperce son abdomen, ses yeux brillent d’une lueur meurtrière qui se consume dans la folie de ses prunelles.
Une silhouette se découpe dans la nuit, son ombre se projetant dans une mare de sang, son bourreau s’acharne alors que son corps change, ce n’est plus un Lycan, mais il reste un monstre. Un monstre qui se tourne vers moi, ramasse des lunettes au sol et les remets sur son nez. Ses doigts se serrent sur un couteau ayant remplacé ses griffes. Il rit, et commence à avancer vers moi, même si son visage est déformé par la haine, et souillé de vermeille, je n’ai aucun mal à le reconnaître.
C’est mon père.
Cette fois si, je peux crier.

Le corps couvert de sueur, je me réveille en sursaut. Quelques larmes souillent encore mes joues alors que je peine à sortir de ce cauchemar. Je me débat contre les draps, les repoussant de ma peau dénudée et égare ma main dans mes cheveux en bataille.
Mon cœur tambourine à tout rompre contre ma poitrine, et la nausée me soulève l’estomac. Je peine à retrouver mon souffle alors que les images du mauvais rêve défilent en boucle dans mon esprit, lacérant au passage ma petite caboche. Je referme les yeux, mais les rouvrent aussitôt, finissant par me redresser pour faire quelques pas dans la pièce. Les blessures qui parsèment ma peau, en bonne voie de guérison, me donne pourtant l’impression d’être chauffé à blanc. Je fini par attraper la première chose qui me tombe sous la main, et le serrer contre moi, avant de poser mon cul sur le sol de la chambre, dos au mur.
Pas la mienne. Celle de Wayne, qui vu l’heure, doit encore dormir dans le salon, sur le canapé.
Je devrai me recoucher, oublier tout ça, et me rendormir. C’est ce que je fais d’habitude, sauf qu’en temps normale, j’ai un sachet de came sur la table de nuit. Le meilleur des somnifères, le meilleur moyen de chasser ses horreurs de mon crâne.
Je tremble, essuyant les perles salées qui refusent de se tarir. L’oreiller que je serre m’offre une bien piètre consolation et je finis par le relâcher. Il tombe sur un sol propre, nettoyé de tout autre déchet. Durant mes longues heures d’ennui dans l’appartement du Lycan, je range, et si au début je n’en voyais pas le bout, aujourd’hui les lieux ressemblent plus à une habitation vivable qu’a un squatt.

Sur la pointe des pieds j’ouvre la porte de la chambre, il me faut quelques secondes pour distinguer la silhouette de Wayne allongé. Il semble encore endormi, et j’espère que ce soit le cas. Je suis à peu près sur de le réveiller à chacun de mes cauchemars, même si il fait comme si de rien, comme si ça l’indifférait.
Je serre le poing, mais je ne parviens pas à me résoudre à regagner mon lit. J’ai… J’ai trop peur pour ça. Alors à la place, je vais jusqu’au canapé, et finit par me glisser contre le dos Wayne, je me colle à lui, me roulant presque en boule.
La chaleur brûlante de son corps m’aide à reprendre pied avec la réalité… Mais les images cauchemardesques du corps de ma mère affolent toujours mon cœur.
Je referme les yeux, sans plus bouger.
Je prie pour qu’il dorme encore, et me convainc que je n’aurai qu’à regagner ma chambre lorsque l’aube pointera le bout de son nez. Que le Lycan ne saura rien de ma faiblesse, qu’il continuera d’ignorer la cause de mes tourmentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Sam 5 Mai - 18:37

Plusieurs jours s’étaient écoulés depuis que Danhiel était officiellement venu s’installer chez lui, mais la cohabitation était toujours un peu…compliquée. Wayne n’avait jamais eu de relation assez sérieuse pour proposer à quelqu’un de partager sa vie et la dernière fois qu’il avait fait de la colocation, il vivait encore sous le toit de ses parents, avec ses sœurs. Les disputes n’étaient pas si fréquentent que ça et dans l’ensemble, la machine était assez bien huilée pour que pour que les choses se fassent simplement et dans l’allégresse. En l’occurrence avec le gamin, rien ne paraissait simple. Il n’était pas très bruyant, mais il prenait quand même de la place. C’était un garçon ordonné et finalement plutôt serviable, mais en réalité, le lycan aurait préféré qu’il soit aussi bordélique que lui, pour s’éviter des regards courroucés lorsqu’il laissait trainer des choses. Il avait pris d’autres habitudes avec le temps et sa machine huilée n’avait plus rien à voir avec celle de son enfance. Une machine pas vraiment plus évoluée puisqu’il était aussi organisé et ordonné qu’un môme de quatre ans ne voyant pas l’intérêt de ranger ses jouets après utilisation et qui n’est pas dérangé par l’idée de vivre dans la crasse… Microbes ? Moisissure ? C’était quoi ces mots de toute façon pour un lycan capable de se régénérer qui ne tombe jamais malade et vit dans un quartier pourri jusqu’à l’os depuis des années et s’est accommodé à sa vie de bohème, hein ?
Ils se maternaient donc l’un l’autre, s’agaçaient l’un l’autre, Dan avec sa manière de passer toujours derrière lui et de lui reprocher son style de vie et Wayne en étant toujours sur son dos et surveillant ses moindres allers et venus. C’était parfois à se demander qui était l’adolescent dans les deux ? Monica ne cessait d’ailleurs de leur poser la question quand elle les entendait se prendre le bec pour des broutilles.
Et quand les journées se terminaient enfin, venait le temps des cauchemars. A ce moment, les rôles se définissaient parfaitement et Danhiel redevenait le môme qu’il était et Wayne l’adulte veillant sur lui… Mais ça aussi c’était compliqué puisqu’il ne voulait pas l’infantiliser non plus ! Pas de gros câlin de consolation, pas question de proposer de laisser une veilleuse ou la porte ouverte, et certainement pas de berceuse. Ca aurait été ridicule et, même si dans ces moments, le loup avait l’impression de faire face à un gosse de quelques balais qui chialait en appelant sa maman, il fallait qu’il traite Doll en homme pour ne pas s’attirer ses foudres. C’était fou comme il pouvait être susceptible par moment. Le sujet était sensible et Wayne le comprenait, mais les nuits devenaient pénibles et il faudrait bien qu’ils trouvent une solution.
Pour le moment, la seule qu’il avait trouvée pour tenter d’apaiser les terreurs nocturnes du garçon, c’était de ne jamais s’absenter trop longtemps pour vaquer à ses occupations. Il n’allait pas mettre tout son business de côté mais avait conscience que sa simple présence dans la pièce d’à-côté mettait l’ado en confiance et lui permettait de se rendormir assez vite après un réveille pénible.

Cette nuit encore, Wayne fut réveillé par les gémissements assourdi par la distance du garçon. Il poussa un soupir et se redressa sur le canapé, hésitant longuement à le rejoindre, venir frapper à sa porte pour lui demander s’il n’avait besoin de rien. Sauf qu’il avait imaginé Danhiel lui hurler qu’il n’avait besoin de rien, qu’il était chiant, ce genre de conneries et avait fini par abandonner cette idée. Il pouvait comprendre, à sa place, le lycan aurait été gêné aussi…
Poussant un second soupir, il s’était retourné sur le sofa pour se recoucher et attendre que la crise passe pour pouvoir se rendormir. Il prêta l’oreille aux actions involontaires du gamin jusqu’à l’entendre se réveiller puis se lever pour marcher un peu dans la chambre qu’il lui avait cédé le temps qu’il se remette tout à fait de ses blessures en bonne voie de guérison. Il l’entendit s’immobiliser, son dos cogner doucement le mur, puis plus rien durant un moment. En tout cas, il avait arrêté de bouger, mais il n’était pas recouché pour autant. Cet imbécile malheureux pleurait et relançait le débat intérieur de Wayne. Peut-être qu’il devrait lui faire croire que c’était lui qui avait besoin d’aide, pour fournir une excuse au garçon pour le rejoindre et… faire quelque chose pour lui… Rah ce que c’était frustrant !

Mais alors que Wayne pensait simuler une insomnie et faire mine de se lever, l’adolescent se remit en mouvement et s’approcha de la porte qu’il ouvrit. Le lycanthrope ne bougea plus, forçant un peu sa respiration pour donner l’illusion de ronfler et d’être encore plongé dans le sommeil. Les pas du garçon s’élevèrent et se rapprochèrent de lui, lentement mais sûrement.
Les sens du loup-garou se mirent malgré lui en alerte. Et si jamais le gamin l’avait amadoué pour mieux le planter dans son sommeil ? Si jamais c’était son père qui l’envoyait ou Alejandro qui lui avait promis quelques grammes de coke contre son élimination définitive ?
Malgré ça, il continua à feindre le sommeil et, après quelques instants, il sentit l’adolescent venir se glisser derrière lui sur le canapé. Wayne se raidit un peu, les battements de son cœur s’accélérant un peu dans sa poitrine. Il resta bête un moment, ne sachant pas vraiment ce qu’il était censé faire à présent. Une chose était certaine : il ne parviendrait plus à trouver le sommeil à présent. Merde, à quoi jouait encore Danhiel ?

« Le lit est pas assez grand pour toi ? » finit-il par lâcher, sans bouger d’un iota.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Sam 5 Mai - 22:48

Son corps brulant me tire un frisson violent. C’est que l’air de rien, il fait froid. Je suis à moitié à poil, ne portant qu’un boxer, et la pluie battante qui frappe contre la fenêtre est là pour me rappeler qu’on n’est pas vraiment en été. Ici, le chauffage, c’est comme l’eau chaude, on s’estime chanceux le jour où on en a.
Je me plains pas pourtant, en règle générale, chez Wayne, je me sens bien. Je ne sursaute plus quand une porte claque, j’ai presque cessé de craindre les coups du Lycan à chaque fois qu’il haussait la voix pendant nos nombreuses engueulades et je peux regarder sa ceinture sans l’imaginer en train de la saisir pour me frapper avec. C’est presque agréable d’être ici.
Presque.
Car il reste constamment sur mon dos, surveillant le moindre de mes déplacements. Je l’entends presque grogner à chaque fois qu’il sait que je vais voir Alejandro, et je sens son regard noir peser sur moi dès que je reviens clean au bar.
Je me demande souvent si il sait, enfin si il se doute que pour je continue à me vendre, autant pour avoir du liquide que pour traquer, encore et encore, le monstre qui a tuer ma mère. Pourtant avant même de rentrer, généralement chez des clients réguliers, je prends le temps d’une bonne douche bien froide, et je frotte ma peau jusqu'à ce qu’elle rougisse pour me débarrasser de l’odeur du sexe. Je ne sais pas si ça suffit, mais jusqu'à maintenant, il ne m’a pas fait de commentaire.

Je referme les yeux, un sentiment agréable se rependant peu à peu dans tout mon corps. Je crois détester Wayne autant que je l’apprécie, pourtant, il n’y a que dans ses bras que je me sens aussi…. Bien. Ivre de sécurité, de réconfort, je sais qu’ici mes cauchemars pourraient se perdre, fondre et se disloquer.. Mais jamais je ne lui dirais, comme jamais je ne lui dirais que je voudrai dormir avec lui, que le lit peu bien nous accueillir tous les deux, et que ça ne me gêne pas qu’il vienne, que mieux encore, j’aimerais ça.
Je suis con parfois, buté et borné, je le sais… Mais j’ai tellement peur qu’il me foute dehors, ou qu’il me rit au nez, ou pire, qu’il se moque de moi.
Ce qui lui arrive souvent.
Je retiens un soupir d’aise, et somnole déjà après quelques secondes contre sa peau. Sauf que... Lui ne dort, je manque de sursauter, et me contente d’hausser les épaules.
Faut toujours qu’il en rajoute une couche.
Sur le coup, j’aimerai me mettre en colère, taper du pied, lui balancer qu’il n’a qu’aller à se faire foutre, et que je n’ai pas besoin de lui…
Tout faire pour qu’il ne se doute pas que j’ai besoin de ce moment. Sauf que si je m’énerve, je devrai partir, aller dans la chambre après avoir claqué la porte violemment pour me donner contenance… Et là… Là je me retrouverai tout seul, comme un con.
Alors je soupir juste et hausse les épaules, cherchant juste la meilleurs des excuses pour justifier ma présence à ses côtés….
Je sors la première qui me vient.

- Si, mais j’ai froid.


Je marque une pause, me resserrant d’avantage contre lui, rien à foutre que ça ne lui aille pas. Je… Je veux juste un peu de son temps, un peu de sa présence, sans qu’on en vienne à gueuler l’un sur l’autre.

- Je reste pas longtemps… t’en fais pas.


Finit je par lâcher pour le rassurer…
Maintenant si il veut que je me tire de suite… Bah qu’il aille se faire foutre, et bien profond… Quand à moi j’irai trouver Alejandro pour avoir ma dose, et pouvoir dormir, débarrassé de mes terreurs nocturnes.

-Je... t'ai réveillé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Dim 6 Mai - 18:54

Oh, il progressait et ne décidait pas de se lever pour retourner le canapé, lui avec, en hurlant comme un possédé qu’il ne comprenait rien à rieeen ! Cela dit, avec ses petits bras rachitiques, Wayne n’était pas certain qu’il parvienne seulement à déplacer le sofa, qu’il soit occupé ou non… Mieux valait ne pas le lui signaler, surtout pas quand l’adolescent était sur les nerfs.
Il avait simplement répondu à sa remarque avant de se serrer davantage contre son dos nu. C’était étrange pour le plus vieux mais certainement pas pour le gamin qui avait l’habitude de ce genre de contacts interraciaux et entre hommes. Mais y penser reviendrait à se lancer sur une pente savonneuse et interminable que le lycanthrope se refusait encore à affronter. Il devait déjà gérer un tas de choses depuis que Danhiel était sous son toit et s’il parvenait à le faire décrocher de la clope ou de la came, se serait déjà prodigieux ! Il voyait même déjà un peu trop loin selon lui et ferait mieux de se concentrer sur un défi moins corsé du genre de faire manger des fruits et des légumes au mioche capricieux qui partageait sa vie.
Et sa couche présentement.

« Ok » fit-il simplement, avant de déglutir, toujours un peu perturbé.

Ca n’était pourtant pas dans son habitude d’être gêné de la sorte et il ne savait pas vraiment ce qui le dérangeait à ce point : qu’il soit un garçon, qu’il soit humain, qu’il soit mineur ou… qu’il lui fasse de l’effet ? Assurément un mélange des trois. Wayne se sentait pervers, avait l’impression de profiter de la situation et de la faiblesse du jeune homme, alors même qu’il ne faisait rien. Et si jamais il avait envoyé un signe sans faire exprès ? Il avait un tempérament social et dragueur et peut-être qu’il y avait eu méprise… Nan, ça lui paraissait quand même gros !
C’était sans doute juste un moyen (très audacieux) pour Doll de s’apaiser après un énième cauchemar, de simplement lui montrer sa reconnaissance ou son besoin d’affection. En tout cas, le loup-garou n’osait plus bouger et retenait inconsciemment son souffle.

« Ouais » répondit-il lorsque la question du réveille fut évoquée.

Il avait hésité quelques secondes et avait préféré mentir pour ne pas prendre le risque de rendre le gamin aussi mal à l’aise que lui… Et s’il voulait ne pas créer d’incident diplomatique, il fallait qu’il ajoute quelque chose. S’il y avait bien une chose que Danhiel paraissait détester, c’était d’avoir l’air faible et d’être pris en pitié. Pourtant, il pleurnichait souvent, faisait des crises totalement drama assez fréquemment et venait se blottir contre lui au premier mauvais rêve… Difficile d’être crédible, mais Wayne avait appris à ses dépens qu’il valait mieux faire comme si de rien était.
Compliqué tout ça…

« Mais ça m’gêne pas. J’avais prévu de me lever tôt ! …Bon, pt’être pas aussi tôt » ajouta-t-il en jetant un œil au cadran de sa montre de marque importée de l’extérieur « C’est le froid qui t’a levé ? Si c’est ça, j’dois avoir une couverture quelque part... Ou bien tu pourrais t'habiller plus chaudement... »

Mais ça n’était pas ça, il le savait parfaitement et, quelque part, Wayne pensait que le jeune humain n’était pas dupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Dim 6 Mai - 20:03

Bon… C’est visiblement loupé pour la discrétion. Je m’en doutais, hein… Même si j’avais espérer que le Lycan ne se soit pas réveillé, je me doutais bien qu’il l’était… Et surtout, surtout qu’il savait que ce n’était pas le froid qui me ramenait conte lui, mais bien la peur. La même qui fais encore battre mon cœur de manière un peu trop rapide. J’ouvre les yeux pour fixer son dos, et presque nerveusement, machinalement, lève la main pour poser mes doigts sur sa peau brûlante. Je dessine quelques arabesques sur sa chair, sans aucun sous entendu ou arrière pensé. Ça me détend juste, ça me calme, et peut être aussi surement que la came, ça m’aide aussi à aligner mes pensées pour les rendre moins chaotique.
Il saute à pied joint dans l’excuse que je lui ai donné. Soit c’est pour se moquer, soit, c’est juste parce que pour lui aussi, c’est plus facile de faire comme si.
Wayne est lâche. Je le sais depuis le début, depuis qu’il a affronté Cee avec le SUNH plutôt que tout seul. Depuis que je vis avec lui, et que je me rends compte qu’il évite soigneusement les sujets les plus durs. Il ne m’a pas questionné sur le pourquoi de mes blessures... Quoique… Il s’en doute peut être.
Ou alors pire… Il s’en contre fou totalement.

Et ça…. Ça, ça me ferai vraiment mal, parce que Wayne provoque tout en moi… Sauf l’indifférence.

Mon visage disparaît presque dans l’arrière de sa nuque alors qu’un léger silence plane sur ses dernières paroles. M’habiller plus chaudement… Mais bien sur, c’est sur que dormir avec un pantalon, ça arrangerait tout.
Je ne veux plus ça. Je ne veux plus qu’il se cache derrière mes excuses pour se protéger, comme je ne veux plus jouer à tout va bien dans le meilleur des mondes.
Je pète des câbles. Jouer le jeu c’est facile quand cela ne dure pas 24h sur 24. C’est facile de mentir durant quelques heures, mais porter un masque, jour après jour, c’est un art que je suis loin de maitriser.

- Arrête…
Je déglutie, me mordant la lèvre avec violence comme à chaque fois que mes émotions s’emballent Tu sais très bien que ce n’est pas le froid qui fait que je me retrouve contre toi.

Je continue à dessiner sur son dos, du bout des doigts, inspirant longuement… Je ne sais pas combien de temps on va devoir vivre ensemble, mais si on continue à se prendre la tête comme ça, il finira pas me bouffer. Littéralement.

- Quand je ne me came pas… Toutes les nuits, je rêve d’elle… Quoique je fasse. Ça commence jamais pareil, mais ça finit toujours pareil… Un lycan lui tombe dessus, et la réduit en charpie, jusqu'à ce que son corps ressemble à celui que j’ai vu à la morgue… Sauf que… depuis qu’il… enfin depuis notre dernière dispute, le lycan… C’est lui.


Il, je devrais sans doute le nommer… Wayne n’est pas devin, il n’est pas omniprésent, ou omnipotent. Je malmène tellement ma lèvre que quelques gouttes de sang y perlent sans que je ne le remarque, bien trop pris dans ce que je veux lui dire.
Je n’en parle jamais, déjà parce que je me sens coupable, ensuite, parce que je n’en voyais pas l’intêret, mais maintenant que j’ai ouvert la bouche, elle ne veut plus se refermer.

- Je sais que c’est ma faute… Quand on est venu pour lui dire qu’on m’avait ramené du district, il n’a pas apprécié. Il tient plus que tout à sa réputation. Alors après ma punition… Il m’a foutu dehors. Il ne veut plus que je revienne maintenant… Jamais. J’ai quand même vachement dur le faire chier pour qu’il en vienne à prendre sa ceinture…


Si ma gorge se noue, aucune larme ne vient souillée mes joues… Je ne dois plus en avoir en réserve à force de chialer dans mon coin.
Mon ton reste assez neutre, ma voix ne tremble même pas… Après tout, c’est normal que mon père est perdu son sang froid, il m’avait prévenu.
Je soupir et me redresse, pour m’asseoir sur le bord du canapé, passant ma main dans mes cheveux. Je ne suis plus vraiment sur de vouloir entendre ce qu’il a dire maintenant, et surtout, surtout je ne veux pas savoir si il n’en a rien à foutre. Alors je pars à toute réponse, en reprenant bien vite la parole.

- Enfin, pour ce qu’on en a à foutre...
J’esquisse un sourire pour me donner contenance. Je vais aller fumer dehors... tu peux te rendormir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Dim 6 Mai - 21:33

La situation venait de prendre un tournant radical. Le voile venait d’être arraché sans douceur par Danhiel qui l’avait roulé en boule, jeté par terre et immolé… Aïe…
C’était au moment où l’on perdait quelque chose qu’on réalisait sa véritable valeur. Wayne souhaitait que les choses soient mises à plat entre lui et l’adolescent, il voulait le voir se confier à lui, l’entendre s’exprimer et tenter de mettre des mots sur ses maux. Sauf qu’il le souhaitait de loin, en espérant désespérément ne pas avoir à s’impliquer davantage. Bonne conscience oui, mais emmerdes et culpabilité : non merci. Wayne se sentait merdeux mais à présent que le gamin commençait à le mettre au pied du mur, face à la vérité toute crue (qu’au fond il connaissait déjà) il voulait feindre l’endormissement.
IL n’en ferait rien bien évidemment, il avait trop travaillé Danhiel au corps ces derniers jours, lui avait montré qu’il pouvait lui faire confiance et ne pouvait pas la lui retirer subitement parce que l’écoutait allait lui pourrir le moral et compliquer un peu les choses. La remarque qu’il devait essuyer le plus souvent, et pas seulement de la bouche de l’humain, c’était qu’il était parfaitement lâche. Le lycanthrope devait reconnaitre à cet instant que c’était effectivement évident, pour lui aussi...

L’épisode de la morgue. Son père. La fausse responsabilité de Doll dans le passage à tabac qu’il avait subit. La drogue.
Un milliers d’idée passaient par la tête de Wayne qui se laissait petit à petit gagner par un mélange de colère et d’abattement. Il continuait de tourner obstinément le dos au gamin qui se confiait sans y mettre plus d’émotion que ça. Par lassitude ? Par fierté ? Il ne feignait rien. Il ne mentait pas.
C’était ce ton un peu détaché qui alarmait le plus Wayne, au-delà des mots crus et de la situation affreuse décrite en elle-même.

« Attends »

Wayne s’était redressé pour rattraper le jeune homme par le bras et le retenir. Il l’attira de nouveau sur le canapé pour l’inciter à s’asseoir à ses côtés, avant de se frotter les yeux en poussant un petit soupir. Il allait lui falloir toute sa concentration pour la suite de cet échange. Il venait d’enfiler ses skis et s’apprêtait à s’élancer, de plain gré, sur une piste noire savonneuse…
Une petite voix quelque part lui demandait encore et encore pourquoi il ne l’avait pas laissé aller fumer sa clope et le lycan peinait à la faire taire.

« …Nan en fait, va chercher tes clopes. J’en ai besoin d’une si on se lance dans ce genre de sujets, beau gosse » sourit-il tristement, avant de passer une main dans les cheveux du garçon, avant de se lever.

Il se dirigea vers l’une des fenêtres pour permettre à l’air vicié par la clope de circuler par la suite. Doll s’exécuta et revint un instant plus tard avec le nécessaire. Entre temps, Wayne était allé leur chercher deux bières et un plaid pour que l’adolescent se couvre un peu s’il ne pensait pas à renfiler un pantalon dans sa chambre.
Wayne lui adressa un nouveau sourire sans joie, espérant le mettre en confiance et ne pas avoir l’air de se moquer de lui.

« Assieds-toi » ordonna-t-il presque, tapotant le sofa à côté de lui en attrapant la clope tendue par le garçon « Ecoute… Je suis pas doué pour ces trucs là. J’ai jamais vraiment eu d’amis de ton âge, même pendant mon adolescence, et la plupart du temps, je mets les deux pieds dans le plat. Tu t’en ais rendu compte. Alors avant qu’on discute un peu entre hommes autour d’une bière, j’voudrai que tu t’engages à pas t’énerver dès que j’dis un mot de travers, ok ? Si ça te va pas, tu me dis : ça t’évite ou n’importe quoi, et…et on avisera. Deal ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Dim 6 Mai - 22:39

Au moins je suis fixé. Il n’en avait rien à foutre. Mais alors tellement rien à foutre que j’en devenais ridicule. J’avais ouvert ma grande gueule une fois de plus, essayant tant bien que mal de mettre des mots sur toutes ces choses que j’ai constamment en tête. La culpabilité, mon envie de came, les cauchemars, mon père, je dévoile même à demi mot ma honte, mais lui… Il s’en fou.
En réponse à mon petit discours, à mes confessions (intimes) il se contente de me présenter son dos. Juste ça. Il n’a pas bougé, il ne s’est même pas redressé, même pas un regard, il reste prostré dans sa léthargie, voulant sans doute au finir au plus vite pour se rendormir et oublier toute cette histoire…
Ce n’est pas d’une clope que j’ai besoin, c’est de ma dose. Une putain de dose qui me grillerai les neurones à coup sur et m’enverrai au pays des merveilles à peine le piston de la seringue enfoncé, à moins que je ne me défonce à coup de pilule, ou en sniffant…
Rien à foutre de mon poison tant qu’il a l’effet escompté.
Je n’arrive même pas à m’énerver de sa réaction ou plutôt de son absence de réaction, à présent je sais. Tout ce qu’il m’a raconté ce n’était qu’un tissu de conneries, des mensonges qu’il balance à tout va pour se donner bonne contenance et sans doute pouvoir dormir sur ses deux oreilles.
Je respecte… je respecte qu’il ne soit qu’un putain de lâche doublé d’un con assumé.

J’essaie d’atténuer mes paroles pathétiques, couper court à tout ça, me relever pour me tirer. Oublier tout ça. Faire comme si de rien, et ne plus jamais écouter ce qu’il pourra bien me dire.
Sauf qu’il réagit.
Ses doigts se referme sur mon bras et mon cul se retrouve sur la canapé. Je lève mes yeux vers lui, surpris. J’étais prêt à le détester, ça me semblait même la meilleurs des solutions car la plus facile. Je n’aurai pas à assumer les conséquences de mes aveux.
Il se serait rendormi, je l’aurai haït, mais on en serait rester là. Comme si rien n’avait jamais eut lieu. Sauf qu’il en a décidé autrement et que malgré tout ce que je peux me dire, toutes mes défenses, et toutes les conneries que je me racontes… Je suis content.
J’ai parlé, il m’a écouté…

- D’accord.


J’hoche la tête et me redresse, repassant ma main dans mes cheveux pour les remettre un tant soit peu en place. Je file rapidement vers ma chambre et fouille dans les poches de mon pantalon pour en tirer mon paquet de clope. J’en profite aussi pour enfiler le dit pantalon et revenir dans le salon. Je frissonne légèrement sous le courant d’air et me rasseoit sur le canapé, non loin de lui après lui avoir tendu une des cigarettes. Je prends la couverture et me roule presque dedans avant de la repousser, contrôlant difficilement l’appréhension qui me gagne.
Mon cœur s’affole légèrement. Je ne sais pas si il est bon qu’on ai cette discussion mais maintenant qu’on s’est lancé, on ne peux plus vraiment s’arrêter.

- Deal.


Je me racle légèrement la gorge et ramène mes jambes contre moi. Ça va être dur. Je le sens déjà, y’a des choses qu’il ne sait pas dire, et surtout, y’a des choses que je ne veux pas entendre.
Je m’allume ma clope, et referme quelques secondes les yeux .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Lun 7 Mai - 14:20

Bien, ils avançaient ! Pas après pas, les bras en croix dans l’idée de se maintenir en équilibre sur le fil du rasoir, mais les deux hommes avaient néanmoins incontestablement fait du chemin depuis leur premier échange dans une des ruelles du District 7.Wayne aimait à penser qu’il avait muri, que c’était le résultat d’efforts fournis par sa personne, mais ça n’était pas vraiment le cas… Du moins, Danhiel aussi prenait sur lui pour que les choses s’arrangent. Ou ne dégénèrent pas plutôt.
Il prit une longue inspiration, essayant de mettre de l’ordre dans ses idées pour s’éviter un maximum de faux pas. L’adolescent avait beau avoir accepté le deal, il n’en restait pas moins un garçon susceptible qui démarrait la plupart du temps au quart de tour. Wayne n’avait finalement pas beaucoup plus de patience, mais il pouvait donner le change un moment durant et prendre sur lui. C’était une question de survie dans un coin comme celui-ci. Dan était encore trop stupide pour le comprendre, l’assimiler et tirer des leçons de ses erreurs. Restait à espérer qu’il n’ait jamais à le payer au prix fort.
Pourtant à l’entendre, il en avait pris des raclés ! Il en avait chié, se sentait coupable et pensait presque mériter ce qui lui était arrivé (du moins pour la partie avec son père), mais ça ne l’empêchait pas de rester colérique, de s’emporter à la moindre provocation –ou ce qu’il interprétait comme tel- et d’ouvrir un peu trop grande sa petite bouche à pipe, pile poil au moment où il aurait fallut la tenir fermée… Mais l’heure n’était pas aux reproches donc.

« Bon avant toute chose, je voudrai te dire que je ne suis pas désolé de t’avoir fait escorter jusqu’à la sortie du district l’autre fois »

Non, il ne commençait pas très mal, c’était juste une impression…

« Je comprendrais que tu m’en veuilles que les choses aient tournées de cette manière chez toi et vis-à-vis de Cécile, mais c’est parce que tu ne vois pas ce que je vois tous les jours depuis près de dix ans ici. Parce que tu n’as pas une vision globale. Tu es encore très égocentré, inconscient, tu crois tout savoir sur tout, et à ton âge c’est normal » reprit-il en crachant un nuage de fumée dans l’air alourdi par le sujet abordé de la pièce « Cécile n’est pas un type fréquentable, comme la plupart de tes fréquentations actuelles en réalité… Tu ne peux pas garantir qu’un loup ne se retournera pas contre toi. Même moi je ne me vante pas d’être certain que jamais je ne te ferai de mal à toi ou à Monica. C’est dans notre nature. Nous sommes des bêtes »

Il voyait déjà que son petit discours moralisateur lassait et agaçait l’adolescent, mais il avait besoin de mettre les choses au clair. En réalité, maintenant qu’il était lancé, le lycanthrope réalisait qu’ils auraient dû avoir cette discussion dès le premier soir…

« Les humains savent se montrer bestiaux par moment, comme ton père –parce que j’ai compris depuis longtemps que c’était lui qui t’avais fait ça– l’a prouvé en te cognant dessus. Mais si un des miens avait commencé à vouloir te corriger, tu serais mort. Ton père t’a fait du mal mais un loup t’aurais tué, tu comprends ce que je veux dire ? Quand on est lancé, quand les premières goutte de sang humain ont coulés, on ne peut plus s’arrêter et notre colère n’a rien à voir avec celle d’un Homme… Si je croise ton père dans la rue demain, je n’hésiterai même pas. Je ne sais même pas si j’aurai le temps de lui expliquer pourquoi je le tue, je me contenterai de le dépecer. Je ne me demanderai même pas quel effet ça te fera de perdre tes deux parents, si tu m’en voudras ou me remercieras, je le ferai parce que j’en ai envie et parce que je PEUX le faire » lâcha le barman, son regard brillant plongé dans celui du gamin qui pouvait y lire son implacable sincérité.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Lun 7 Mai - 15:15

C’est définitif. Wayne me prends pour un con. Un con pas finit, qu’on aurait achevé à la pisse et qu’on aurait bercé trop près du mur à la naissance. Je crois qu’il n’a pas compris, ou plutôt qu’il ne veut pas comprendre : Je suis parfaitement conscient des risques que je prends en venant ici. Je sais exactement ce qui m’attends si un lycan perds son sang froid ou si l’envie de me corriger leur prend. Qu’est ce qu’il ne veut pas cogiter dans ce que je lui ai dit la dernière fois : Je l’ai vu… J’ai vu ce dont ils sont capables, je sais exactement à quoi m’attendre. Le truc, c’est que j’ai choisis de m’en foutre totalement. Je n’ai plus rien à perdre, ma vie ne valant rien si je ne suis même pas capable de venger ma mère.
Je suis conscient que je n’ai autant ma place ici, qu’une poule au milieu des renards, tout comme je suis conscient que mes fréquentations ne soit pas… ce qui se fait de mieux. Cee m’a cogné plusieurs fois, et chacun de ses coups étaient l’équivalents d’une raclée complète de mon père, et si jusqu’à maintenant, il avait toujours su s’arrêter à temps. Un jour qui ne sera pas fait comme un autre, il me tuera. Et vu ce qui s’est passé la dernière fois, ça arrivera sans doute plus vite que prévu.

- En même temps… Je ne t’ai pas demandé de t’excuser…


Non, parce que même si, au début c’était plus facile de lui en vouloir pour sa lâcheté, j’ai finis par percuter qu’au fond, c’était ma faute. Je prends le risque de nuire à mon père à chaque fois que je fou les pieds ici, alors fallait bien que ça lui retombe dessus un jour.
J’allume ma cigarette alors qu’il parle, encore et encore et encore. Ce n’est pas vraiment ce à quoi je m’attendais, et ça sonne plus comme des reproches qu’autres chose… Non, c’est même pire, c’est encore et toujours son putain de discours moralisateur qui suinte de supériorité et de condescendance. Ça me gave déjà, mais je me tais, et soutient son regard. Au moins, il pense le moindre de ses mots qu’il débite à une vitesse impressionnante. A mon oreille ça sonne plutôt comme du blablablablabla même si je met du mien pour en saisir l’essentiel.
C’est bien ce qui compte, non ?

Au final, la seule chose qui à une quelconque importance dans tout son débit, c’est bien le passage sur mon père et sa mort imminente si il venait à croiser la route du Lycan.
Je ne lui ai rien demandé moi. Je ne lui ai pas demandé de me venger, ni même de me faire justice ou tout autre connerie du genre. Et je ne le ferai pas, parce que je sais très bien que c’était une punition méritée il a peut être eut la main leste, mais c’est tout.
Je secoue la tête, prenant sur moi pour trouver les mots justes, et plus ou moins réfléchit sans partir dans le mélodrame ou la colère.

- Juste pour résumer… Tu m’annonces que je devrai être plus prudent, et plus conscient des risques, tout en m’apprenant que si tu le croisais demain, tu le buterais sur le champs en laissant libre court à tes envies du moment ?
Ouais… c’est l’hopital qui se fou de la charité là. Monsieur me fait la leçon sur l’inconscience, et lui veut buter un agent haut placé de SUNH. Et y’a rien qui le dérange dans son discours ? – Tu… Ne peux pas me faire la morale si toi même tu te comportes comme bon te semble. Tu ne peux pas le tuer juste parce que cela satisferait ton caprice du jour alors que tu me demandes de m’astreindre à une certaine rigueur. Il est stupide ton raisonnement. Vraiment stupide. C’est pas parce qu’on a envie de faire une chose et qu’on peut la faire qu’on doit forcément le faire.

On reste calme… J’y arrive hein, je prends une longue inspiration sur ma cigarette et expire la fumée après l’avoir gardé quelques secondes dans mes poumons.
Se rend il seulement compte que c’est avec ce genre de raisonnement que le monstre qui a buté ma mère s’est donné le droit de le faire ?
Crétin. Et c’est moi l’adolescent irresponsable ?!

- Tu ne le tueras pas. Ce n’est pas une demande, ce n’est même pas une supplique, c’est juste un fait. Parce que si tu le butes, tu ne vaudras pas beaucoup plus que le Lycan qui a bouffé ma mère.


Je me redresse et quitte le canapé, pour aller finir ma cigarette à la fenêtre ouverte. Plutôt que de céder à tout ce que j’aimerai lui balancer à la gueule, je préfère me dire qu’il vaut mieux que j’aille fumer ici, pour éviter l’odeur de clope froide dans l’appartement, et les cendres sur le sol.
Parce que putain, ça sera à moi de nettoyer après.

- Je n’ai pas demandé à ce qu’on me venge, c’est pas pour ça que je t’en ai parlé… J’ai pas besoin d’une quelconque réparation. Je sais très bien pourquoi il a fait, et je savais que je risquais sa colère. Ce qui veut dire que si tu le fais, ça ne sera même pas pour moi, mais juste pour ta petite personne. Juste pour toi…

Je marque une pause le temps de tirer une autre latte.

- Et te cache pas derrière ta nature de Lycan. Y’a pas besoin d’être loup pour être un monstre.


On lutte tous contre nos instincts, les êtres humains en premier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Mar 8 Mai - 0:46


A la première réplique de Danhiel, Wayne avait pressenti que les choses tourneraient à son désavantage. Il s’était attendu à ce que le ton monte rapidement, à ce que le gamin se redresse pour crier au scandale, l’insultant copieusement avant de partir acheter ‘’des cigarettes’’ dans les rues dangereuses du district. Histoire de jouer les adolescents prévisibles et franchement chiant, ce qu’il faisait à merveille. Il n’aurait pas vraiment pu lui en vouloir après ce qu’il venait de lui dire… Le loup-garou parlait tout de même de tuer son père : le seul parent qui lui restait. De son point de vue, l’homme était une menace pour lui, sa race et pour une personne qu’il ne connaissait pas encore très bien, lui tapait la plupart du temps sur le système mais que le barman commençait à apprécier… Ce qu’il ne reconnaitrait jamais en présence du gamin. Thomass était un ennemi, un extrémiste jugé fou par quelques membres de sa propre organisation. La perte de son épouse n’excusait rien. Rien du mal qu’il avait fait à ses congénères et certainement pas le mal qu’il avait fait à son propre enfant. La chair de sa chair… Un être fragile qu’il était censé protéger au péril de sa propre vie. Cantara avait perdu le sien et quand il comparait les deux parents… Il en avait la nausée. Si son amie avait pu mourir pour protéger son Bran, elle l’aurait fait. Et Thomass frappait son fils, le foutait dehors, sachant pertinemment que Dan avait ses entrée en district et qu’il se réfugierait certainement de ce côté du mur… Il l’avait live à une mort certaine. Tout comme son propre père l’avait fait. C’était aussi pour ça qu’il vouait une haine sans nom à Thomass : il reportait celle qu’il n’osait éprouver à l’égard de son propre paternel sur lui. Mais l’adolescent ne s’énerva pas et demeura plus ou moins stoïque. Le lycan percevait une certaine tension émaner de lui mais de l’agacement plus que de l’énervement brut cela dit.

Doll ne lui demandait jamais rien avec des mots, mais c’était un garçon terriblement exigeant. Il réclamait de l’attention en permanence, jetait toujours un regard dans sa direction lorsqu’il terminait une tâche pour avoir son approbation, etc. C’était un gosse normal quoi. Un gosse qui avait été privé de sa mère trop jeune et qui avait toujours été négligé, rabroué par son père duquel il recherchait pourtant activement l'assentiment. Wayne supposait que c’était pour cette raison qu’il recherchait la compagnie d’hommes, viriles, qui pouvaient se montrer violents certes, mais lui renvoyait aussi une image protectrices…
Bref, Danhiel n’avait pas besoin de parler, de formuler la moindre demande pour que le lycan le comprenne. Il lui en voulait pour ce qui s’était passé avec Cee. Et en même temps –le barman en était certain– Danhiel lui en était reconnaissant. Sinon pourquoi serait-il venu se perdre dans son bar quelques temps plus tard et dans cet état lamentable ? Parce qu’il sentait qu’il pourrait compter sur lui pour prendre soin de sa personne. Wayne était possiblement le premier homme à lui avoir tendu la main de cette façon, à avoir pris sa défense. La manière importait peu tant que le résultat était là. Mais comme il ne pouvait pas mettre à jour la faiblesse du garçon, il fallait qu’il lui fasse comprendre qu’il savait de manière détournée. Bon Dieu ce gamin lui pompait un tas d’énergie !
L’écouter était épuisant, se mettre à sa place plus encore et tenter de prévoir ses réactions : absolument éreintant.

« Ouais,… » finit-il par répondre, une fois le silence retombé dans le salon.

Que dire après tout ce petit discours inspiré mais peu inspirant pour lui ? Danhiel tournait autour du message qu’il tentait de lui transmettre, en néon rouge sang et pourtant, le gamin ne voyait rien. Ne voulait-il rien voir ou avait-il réellement du mal à comprendre ?

« …mais ce que j’essaie de te dire… C’est que je ne suis pas humain, Danhiel. Je ne suis pas non plus un chien à qui tu peux donner des ordres. Nous chassons, nous tuons, pour nous nourrir ou sous le coup d’une émotion forte ou pour des histoires de territoire et de propriété. Cécile m’aurait tué si je l’avais affronté en duel. Ou peut-être que je l’aurai tué, peu importe au fond. C’est ce qu’on fait : on tue quand ça nous chante et on donne raison à des types comme ton père qui veulent nous purger. On nous considère comme des bêtes et on se plaint quand on donne raison… Bref » abrégea Wayne qui ne savait plus très bien où il voulait en venir avec cette histoire « tu n’es pas l’un d’entre nous. Tu es un humain et tu ne le réalises pas. Ta petite vendetta… C’est bien beau, Danhiel mais est-ce que tu as vraiment avancé ? Est-ce que trainer ici t’as permis de trouver quoi que ce soit au sujet de ta mère ? Est-ce que tu es convaincu que nous sommes des monstres ? Nan… Tu vois encore l’humain en moi. Tu crois encore qu’on peut devenir amis tous les deux, que je vais prendre soin de toi et que tu seras en sécurité ici. C’est faux. C’est une des règles élémentaires : personne n’est en sécurité près des lycans, qu’ils soient humains ou loup. Ta mère l’avait peut-être oublié… Danhiel, je pense que tu ne sais pas ce que tu fais. Je ne suis même pas sûr que, si par miracle tu trouvais qui est responsable, tu parviendrais à te venger. Tu ne sais pas après quoi tu cours, tu ne sais pas même ce que tu fuis… » finit-il par soupirer, avant de porter son cigarette entre ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Mar 8 Mai - 1:30

- Alors pourquoi Wayne ? Pourquoi tu me laisses vivres ici ? Pourquoi tu m’as accueilli ? Pourquoi tu m’as soignés ? Pourquoi tu me laisses dormir dans la pièce à côté ? Pourquoi tu m’ouvres la porte chaque fois que je reviens si tu es un danger pour moi, hein ?!

Je serre le poing. On a dit calme Doll… calme et zen, décontracté… On inspire et on expire, on ne perds pas son sang froids… PUTAIN mais MERDE ?! Il se prend pour qui hein ?!!! Petit con prétentieux, enroulé dans sa morale, qui se cache derrière sa nature Lycan pour justifier sa violence et sa lâcheté !!!! Il ne vaut guère mieux qu’un homme… Pire que ça. A trop vouloir en faire, il se rabaisse à leur niveau. A mon niveau. J’écrase ma clope sur le rebord de la fenêtre et en allume une autre aussitôt. Préférant m’occuper les mains, tout en espérant que ça suffise à m’occuper l’esprit…
Tout plutôt que de repenser à sa phrase : « ta mère l’avait peut être oublier » Il veut dire quoi par là, hein ?!! Qu’elle a mérité ce qui lui est arrivée, qu’au final c’est sa faute ?! Qu’il aurait mieux valut pour son salut qu’elle voit les Lycans comme des monstres que comme des personnes douées de raison ?!! Qu’elle méritait ce qui lui était arrivé, juste… SALE PETIT MERDEUX !! Prétentieux, connard qui se pavane avec sa morale, qui suinte par tous les pores de sa peau.
Je te déteste Wayne… je te déteste tellement.

Je m’écarte de la fenêtre et disparaît dans la chambre pour enfiler un t-shirt, je prends le premier qui vient, transparent et légèrement trop grand, mais qu’importe. Je prends ma veste en cuir et enfile mes chaussures, j’ai promis de ne pas m’énerver, mais pour ça…. Pour ça faut que je sorte. Le cauchemar, les nuits avec peu de sommeil qui s’enchaine, la présence de Wayne qui ne réveille pas que de la haine, son putain de discours à la con, qui ne sert à rien. A rien d’autre que de le conforter dan sa connerie et lui assurer sa supériorité Lycan qui lui est si précieuse.
Va te faire foutre mec, bien profond, bien loin, avec un gros black qui te démontra le cul si possible. Ça te fera es pieds tiens… Et ça t’évitera de me regarder de haut que je rentre après avoir prit ma dose.
Ouais, ouais ça m’a rapporté des informations utiles sur ma mère, mais je crèverai plutôt que de lui en cracher une seule. Il n’a qu’à aller sucer quelques queues et on en reparlera après…
Je reviens dans le salon et enfile mes chaussures.

- J’ai dis que je ne me mettrai pas en colère… Alors on va s’arrêter là. Je sors. Ne m’attends pas avant demain dans la soirée. Quoique non, m’attends pas tout court.


Je m’étire quelques secondes et glisse une cigarette entre mes lèvres, l’allumant directement, sans me poser de question. Rien à battre que cela face trop, et surtout rien à battre de ce qu’il doit être en train de penser à ce moment précis.

- Bonne nuit, bonne journée… ou tout autre connerie dans le genre.


Je le regarde une dernière fois avant de me tirer, prenant bien soin de ne pas claquer la porte au passage… Parce qu’après tout, je suis calme, non ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Mar 8 Mai - 13:07

Wayne ne broncha pas lorsqu’une pluie de questions s’abattit sur lui. Pas parce qu’il tait incapable d’y répondre, bien entendu, mais parce que chacune d’elle méritait quelques instants de réflexions… Pourquoi le laissait-il vivre ici, avec tout ce que ça supposait d’à-côté ? Eh bien parce que…parce qu’il n’allait tout de même pas le laisser se faire tuer à l’extérieur, allons ! Il savait se montrer civiliser la plupart du temps, même s’il était capable de dépecer le garçon et tout autre humain en quelques coups de griffes si l’envie le prenait. Le mieux pour l’adolescent aurait été de ne pas avoir à revenir frapper à sa porte, de ne pas avoir besoin de lui et des repères qu’il tentait de lui donner. Le mieux pour Danhiel aurait été de ne jamais remettre les pieds au District 7, que ce soit pour se faire baiser par des lycanthropes moyennant finance ou, apparemment, informations, ou pour se fournir auprès d’Ale en came… Mais ils n’en étaient pas encore là et en attendant, il lui fallait bien un endroit où crécher. Wayne préférait le savoir sous son toit que seul en ville. Il se rendait malade chaque fois que le gamin ne rentrait pas, l’imaginant mort quelque part, ou bien en pleine overdose, ou en train de se faire malmener par un lycan qui payait ses services.
Assurément, ces questions demandaient un minimum de réflexion et le loup-garou se sentait mis au pied du mur. Inutile de préciser qu’il détestait ça et que pour le coup, c’était finalement lui qui était à deux doigts de perdre patience.
Son message ne parvenait pas aux oreilles du gamin qui s’entêtait à lui mettre des bâtons dans les roues plutôt que de reconnaître qu’il était totalement paumé et n’avait aucune idée de ce qu’il faisait. Le monde où il avait choisi d’évoluer était dangereuse et il venait en prime y remuer la merde en enquêtant. Pourquoi ne pas avoir engagé quelqu’un pour s’occuper de ça ? Il avait de l’argent, Wayne le savait puisqu’il connaissait plus ou moins son père (de loin pour son propre bien), mais avait choisi de se charger de tout ça lui-même, d’une manière assez spéciale, c’était le moins que l’on puisse dire. Vendre son corps et ses faveurs en échange de quelques informations, ça paraissait totalement stupide et bancal comme façon de procéder et il ne reviendrait pas là-dessus. Danhiel jouait un jeu dangereux duquel il ne maitrisait pas les règles.

Wayne le suivit du regard quitter le salon, poussant un soupir lassé. Il savait que les choses tourneraient mal et qu’au final, le gamin lui tournerait le dos pour aller consommer il ne savait quelle merde pour oublier tout ça, s’enfoncer encore plus dans ses conneries. Le lycan avait envie d’aller fermer sa porte à clé et de le séquestrer, mais ça ne résoudrait absolument rien. Pendant un instant, il s’était imaginé faire peur au gamin, essayer de lui montrer quels risques il prenait en trainant ici, mais le barman n’était pas certain d’en sortir gagnant. Il n’était même pas certain que Dan s’en sorte vivant et c’était là tout le problème. Lui, comme tous les autres lycans, étaient quasiment incapable de se maitriser une fois sous leur forme animale.
Et puis Doll savait déjà de quoi ils étaient capables puisque son connard de père l’avait contraint à voir le corps mutilé de sa propre mère à la morgue. D’ailleurs, n’était-ce pas ça que Danhiel recherchait au fond ? Terminer mutilé sur une table froide, comme sa mère qu’on lui avait arrachée trop tôt. Est-ce que ça n’était pas ça qu’il cherchait à faire ? Se faire tuer au cours de ses fameuses recherches, histoire de se donner bonne conscience ?
Le temps qu’il médite sur la question et termine de se déprimer, l’adolescent était revenu, rhabillé, prêt à sortir. Et évidemment, il lui sortit une réplique dramatique avant de faire mine de s’éloigner.

« En parlant de connerie… T’as pas l’impression d’en faire une belle là ? » ne put s’empêcher de rétorquer Wayne en roulant des yeux.

Mais Danhiel avait déjà refermé la porte sur son passage et rien entendu. Encore une fois, il allait falloir qu’il lui court après s’il voulait pouvoir mettre un point final digne de ce nom à la conversation. C’était agaçant et en même temps, il fallait bien que l’un d’eux fasse un pas et, en tant qu’ainé, cette tâche ingrate lui revenait. Bon et puis accessoirement, c’était lui qui avait mis les pieds dans le plat et été un peu loin dans ses propos. Citer la mère de Doll avait été une erreur, et en même temps, c’était de la disparition de Nohra qui était au centre de toutes leurs disputes, de tous les problèmes du gamin. Elle aurait détesté ça…
Wayne finit par se lever pour le rattraper, descendant les escaliers menant au bar quatre à quatre, sur les traces de Doll.

« Hey ! Attends » le héla-t-il en retenant un énième soupir contrarié « Pars pas comme ça, ok ? Je sais que t’as pas envie d’entendre tout ça, que t’es pas forcément d’accord, mais j’estime que j’ai droit de m’exprimer. Tu partages mon appart et je trouve ça cool. Pas seulement parce que tu fais le ménage » tenta de blaguer le lycan, passant une main dans ses cheveux « Non mais… ce que je veux dire… J’ai pas l’habitude de parler de ce genre de sujet. Je suis du genre à mettre la tête dans le sable et c’est pas évident pour moi. Je fais des efforts parce que j’ai l’impression que t’en as besoin. Tu peux nier, mais j’y croirais pas une seconde. Déjà parce que je suis capable de déceler les mensonges et ensuite parce que je t’entends la nuit. T’as besoin de sortir tout ça si tu veux pas que ça te hante. Tu peux pas garder ça pour toi, t’as pas les épaules assez large, contrairement à ce que tu penses. T’as pris des raclés, mais ça t’a pas endurci… La vie t’as mis des claques et t’en es encore à essayer d’arrêter de voir des étoiles devant tes yeux. Je sais que tu voudrais croire que t’es un grand garçon capable de s’assumer et qui sait encaisser mais… tu sais que tu te mens, tu sais que c’est faux. Tu sais que tu reviendras ici quand tu auras fini tes conneries, parce qu’aussi détestable que tu me trouves, tu sais que j’ai raison »


Dernière édition par Wayne Gallagher le Mer 9 Mai - 13:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Mer 9 Mai - 3:14

- Qu’est ce que tu veux entendre Wayne ? Qu’est ce que tu veux me faire dire ?

Il est odieux. Bouffi par sa supériorité Lycan qui le placerait bien au dessus des autres et des lois, je ne suis plus capable de dire si il veut me retenir ou me faire fuir en courant à mille lieux de sa baraque pour les dix ans à venir. Si c’est la première option est à validé, il se comporte comme un manche. Ce n’est pas en me balançant à la gueule sa morale et ses convictions intimes qu’il y arrivera. En moins d’une minute, il a réussi à me traiter de lâche, de gamin, d’enfant battu et miséreux, d’assisté et d’un putain de menteur qui reviendra la queue entre les jambes après avoir assouvie une envie puérile de came.
Putain, Wayne a le don pour me faire sentir comme de la merde… J’ai l’impression de tomber tête la première dans une flaque et qu’il préfère me marcher dessus et écraser la semelle de ses chaussures sur mon crâne pour tenter de m’y noyer, plutôt que de faire quoique ce soit pour m’en sortir, ou au moins, me laisser me redresser tout seul comme un grand.
Putain, ce type me donne presque envie de me pendre, là maintenant tout de suite.

Je ne sais pas ce qu’il veut…J’essaie pourtant de comprendre, de faire un effort, de me mettre à sa place… Mais j’ai beau y faire, je ne comprends pas. Je n’ai pas besoin de l’entendre me dire que je ne suis qu’un gosse totalement perdu errant dans un monde qui le dépasse.
Parce que, putain, je le sais pertinemment. Merde. J’ai beau faire, j’ai beau dire, Wayne à raison sur certains point (pas sur tous, faut pas non plus qu’il rêve) mais ça me tue.

- Fou moi la paix, Wayne… juste ça… J’ai pas envie que tu me répète encore et encore que je suis un putain d’Ado paumé dans un monde peuplé d’odieuses créatures près à me bouffer aux moindres détours… Je le sais, d’accord ?! T’es content maintenant ?! Tu veux que je le crie haut et fort chaque matin à mon réveil ou tu préfères que je me le fasse tatouer pour être sur que je ne l’oublie pas ?!

Je me rallume une clope et descend les dernières marches qui me séparent du bas. Non, je ne compte pas rester. Je ne peux simplement pas. Je veux juste oublier mes cauchemars, la conversation avec Wayne que je pensais plus… profitable et tout le merdier qu’il m’a encore balancé à la gueule…
Vous savez c’est quoi le pire ? C’est que plus je l’écoute, plus j’en viens à me dire qu’il ne cherche pas à se moquer de moi ou à me malmener… Si ça se trouve, il voudrait réellement m’aider pour des raisons qui m’échappent mais il serait simplement pas du tout, mais alors pas du tout doué pour ça.
Cette idée s’encre lentement mais surement dans mon crâne mais pour le moment, c’est simplement trop chaotique dans ma caboche pour que je percute réellement.
Trop de chose en tête, trop de chose qui tourne, trop de chose à évacuer. Là… je veux juste pouvoir faire le vide et ne plus avoir toutes ses pensées qui me lacèrent le crâne.
Qu’on me foute juste la paix…

- Laisses moi faire cette putain de connerie… Rendors toi, fais comme si de rien était…


Merde…. Je veux juste m’évader quelques heures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Mer 9 Mai - 13:37

Personne ne voulait s’entendre dire ce genre de trucs, mais alors pourquoi ne pas choisir l’option la plus simple et censée pour ne plus avoir à le faire ? Pourquoi ne pas arrêter ses conneries, se mettre au vert, reconstruire sa vie. Bordel ! Wayne était prêt à lui fournir des faux papiers, une nouvelle vie, de l’envoyer avec Monica au Canada pourquoi pas ! Ils s’entendaient plutôt bien et elle saurait prendre soin de ce petit. Déjà parce qu’elle avait la fibre maternelle développée, et ensuite parce qu’ils avaient vécu des épreuves similaires. Il n’avait qu’un mot à dire, qu’un seul aveu de faiblesse à formuler. Aide-moi. C’était les seuls mots qu’il attendait de lui pour transformer sa vie, peut-être la rendre meilleur. Mais les mots devaient venir de la bouche du gamin, pas de la sienne, ni lui être dicté. Mais Danhiel ne comprenait pas… Danhiel s’entêtait. Parce que chierie de merde : il était un putain d’ado paumé dans un monde peuplé d’odieuses créatures prêtent à le bouffer aux moindres détours ! L’énoncer à haute voix ne faisait rien avancer, c’était certain, d’autant que selon le lycan, le gamin ne le pensait pas vraiment. Oui, il savait, mais s’il assimilait réellement l’information dans toute son horreur décadente, alors forcément, il ne ferait pas ce qu’il ferait. Et s’il continuait malgré ça, alors c’était qu’il était totalement perdu, à jamais, et que le barman ne pouvait plus le sauver. On ne sauve pas quelqu’un qui ne veut pas être sauvé.
Mais Wayne n’était pas encore prêt à envisager cette éventualité. C’était trop affreux, un gâchis trop important et impossible à accepter. Il fallait qu’il aide ce môme, il le FALLAIT ! Pour sa propre santé mentale, pour réparer un peu les torts qui lui avaient été commis dix ans plus tôt ou du moins se donner l’impression de le faire. Et pour Nohra bien entendu…

« Je peux pas faire un truc pareil, Danhiel, tu le sais quand même » finit par tiquer le lycanthrope d’agacement.

Il effectua une embardée pour passer devant le môme et lui bloquer le passage de son corps. Il avait promis de le laisser sortir et faire ce que bon lui semblait du moment qu’il prévenait, mais à présent : ça n’était plus de mise. L’adolescent tenta quand même sa chance mais son vis-à-vis s’était mis à jouer au jeu insupportable du miroir et parait toutes ses tentatives sans mal.

« Tu peux me dire comment je pourrai dormir en te sachant dehors ? Tu crois que je ferme l’œil les soirs où tu n’es pas là ? Je sais très bien ce que veut dire ‘aller acheter des cigarettes’, je sais très bien ce que tu vas faire quand tu rentres avec la peau plus douce que celle d’un bébé ! Me prends pas pour un imbécile, Danhiel… Si j’en étais un, je ne serai plus de ce monde. Je sais beaucoup plus de chose que tu l’imagines » glissa-t-il en plongeant son regard dans le sien d’un air entendu « Et je pourrai en savoir encore d’avantage, en utilisant d’autres méthodes que les tiennes, si c’était ce que tu voulais. Si c’était ce que tu voulais Danhiel, je pourrai faire quelque chose pour toi et tu pourrais arrêter de te faire du mal pour pas grand-chose au final. Alors je te le demande encore un fois : est-ce que tu sais ce que tu veux ? »

Quelque chose, une petite voix insidieuse qu'il tentait vainement de faire taire, lui soufflait que ce que Dan voulait, c'était continuer à se faire du mal. Expier pour des crimes qu'il n'avait même pas commis mais desquels il était plus simple pour lui de s'accuser. Parce qu'affronter les véritables coupables étaient peut-être trop dur... Tenir tête à son père n'était pas aussi simple que ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Mer 9 Mai - 14:41

- Si ! Tu peux le faire, c'est simple tu as juste à me laisser passer !

Ouais, là, pour le coup, la colère menace de déborder, d'inonder les digues de patience que j'avais monter et ébranler les fondations d'un calme tout à fait relatif qui repose sur tout, sauf sur des bases solides...
Même mes tentatives pitoyables de contrôler mon souffle pour donner l'illusion commence lentement mais sûrement à s'effilocher.
J'ai respecter ma part du marché !! Putain, pourquoi ça ne lui suffit pas ? Je ne me suis pas énervé, je lui ai dit que je sortais, il sait même où je vais, alors merde... 
Pourquoi il en rajoute ?
Qu'il prenne et qu'il m'achève à coup de pelle, ça ira plus vite, ça sera moins douloureux et plus efficace... 
Fous moi la paix merde... Juste ça. Je déglutie et renonce à tenter de percer sa défense pour atteindre la sortie, à la place, je pose mon cul sur les marches d'escalier et referme les yeux pour quelques secondes...
Il fait chier, putain.

Je ne veux pas entendre ses questions, et surtout, je ne veux pas tenter d'y répondre. 
Ça ferait trop mal, et surtout ça amènerai à d'autres choses encore plus douloureuses. Si il cherche à me briser, il est bien partie pour. Je suis à deux doigts de me boucher les oreilles et de chanter pour ne pas avoir à l'entendre...

- J'en sais riens... Tu n'as qu'à faire comme avant. Comme lorsque tu avais oublié ma mère et que je n'étais qu'un souvenir auquel tu ne pensais pas. Tu dormais bien la, non ?
Ce n'était pas un reproche, loin de la. Je préfère de loin qu'il puisse vivre sa vie sans se soucier de la mienne, plutôt qu'il en vienne à ce genre d'extrémité.
- Reviens à ça... Mais laisses moi passer... Parce que la maintenant... C'est tout ce que je veux.

Ma voix tremble légèrement... Du coup je me tais, le temps de regagner un certain calme. Tout du moins en apparence... Parce qu'il reste le dernier point à savoir ce que je veux... Il le sait pourtant... Je veux la tête du responsable de ma mère, je veux ma vengeance...
Ouais... Mais après ?
Après... Y'aura pas d'après. Y'a rien après. Juste le néant. Je ne visualise pas ce qu'il y a une fois ma vendetta terminée, parce que je sais qu'il n'y aura plus que des ruines, des failles et des cassures qui auront toutes les peines de ce monde à se reconstruire. Je donne tout pour ma vengeance, alors forcément... Après y'aura plus rien.

- tu sais très bien ce que je veux: Je veux la tête du type qui a déchiqueté ma mère ! Et c'est tout... Mais la maintenant JE VEUX MA PUTAIN DE DOSE !!

Ça me bouffe, ça me ronge... Et ça m'obsède. Une idée douloureuse, mais fixe, qui a au moins le mérite de le faire oublier les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Mer 9 Mai - 16:34

Il ne lui pardonnerait donc jamais d’avoir, l’espace de quelques années, préféré occulté son passé pour se consacrer à l’avenir qu’il avait à bâtir. Wayne avait choisi de faire table rase, de repartir de zéro pour ne pas passer le restant de son existence à se lamenter sur son sort et celui de ceux qui étaient brutalement sortis de sa vie. Il avait choisi d’aller mieux. Et aujourd’hui, le gérant du Hairy Dog souhaitait voir l’adolescent en faire autant.
Pour ça, il lui faudrait aussi oublier ce qui était arrivé à sa mère. On ne lui demandait pas d’oublier Nohra Ludwig, simplement d’occulter le reste, les mauvais souvenirs qui le hantait, laisser toute sa haine de côté et essayer d’avancer.
Wayne aussi aimerait mettre la main sur le responsable pour lui faire payer son abominable crime gratuit, mais il ne pensait pas que cette vendetta valait tous les sacrifices de Danhiel. Surtout, il ne pensait pas que l’intéressée aurait souhaité ça pour l’un ou pour l’autre. C’était une personne douce, à la force tranquille qui prêchait la bonne parole. Au début, le lycanthrope s’était révolté en comprenant que la psychologue souhaitait le voir pardonner l’être qui l’avait mordu pour réussir à passer à autre chose. Il n’avait d’abord pas compris, était plein de fiel, frustré, désespéré, et puis il avait eu un déclic. Il fallait que Danhiel trouve le sien. Le mieux était de le laisser faire, de le laisser trouver lui-même sa voie, mais le barman doutait qu’il soit fichu de le voir, même si le chemin lui était indiqué à coup de grandes flèches lumineuses… Danhiel ne voulait rien voir. Danhiel se mettait des œillères et s’enfermait dans sa détresse, se complaisait dans son malheur et le plaisir d’être triste et incompris. Du moins c’était l’effet qu’il lui faisait.

« Ta putain de dose… Pourquoi faire au juste, je te prie ? » le moqua Wayne, conscient qu’en le faisant, il réveillerait le dragon piailleur qui sommeillait à l’intérieur de l’humain à la tête dure face à lui.

Mais avant que Danhiel ait pu réagir d’une manière ou d’une autre face à son sourire chargé d’ironie, Wayne enchaina.

« Pour t’évader ? Pour oublier… ? C’est pas ce que t’es en train de me reprocher ? D’avoir oublié ta mère ? » le défia le plus âgé, son regard brillant braqué dans le sien « T’es qu’un enculé d’hypocrite ! Tu peux dire de moi sur ce point, tu vaux pas mieux ! Tu crois que c’est en étant totalement défoncé que tu obtiendras quoi que ce soit ? Tu crois que ça va servir à QUOI QUE CE SOIT ? »

La drogue était pour Wayne un énorme point d’interrogation. Il n’en avait jamais consommé et ne comptait pas commencer, même si les effets sur les lycans étaient moindres et qu’il y avait un risque minime d’overdose pour quelqu’un comme lui. DE toute façon, si l’effet n’était pas garanti, à quoi bon tenter l’expérience ?
Mais sur Danhiel, les effets pouvaient être dévastateurs.

« Tu vas te défoncer et après quoi ? Tu vas planer un moment, ou bader si on t’a refilé de la saloperie -et crois-moi, Alejandro est une putain d’ordure tordue qui serait capable de te refiler de la daube sans hésiter- et ensuite tu redescendras sur Terre et ta mère sera toujours morte, ton père sera toujours un enculé qui t’a rejeté, t’auras toujours nulle part où aller et tu te sentiras plus minable encore ! T’auras rien gagné dans l’histoire ! Absolument RIEN, bordel de MERDE ! T’auras perdu du temps, de l’argent, des neurones et une petite partie de toi-même en prime ! Cette saloperie aura ta peau ! Peut-être avant que tu ais pu obtenir la tête du lycan qui a tué ta mère… Tu y penses ? Tu le sais ? »

Bien sûr qu’il le sait ce petit merdeux…

« Si c'est crevé que tu veux vraiment, arrête de tourner autour du pot et fais-le ! J'ai un fusil sous le comptoir, viens avec moi, je te le laisserai ! De toute façon, comme ça ou autrement, le résultat sera le même et je n'aurai pas à me faire un sang d'encre en attendant ! Tu joues avec mes nerfs, bonhomme, tu le sais ça ? Et ne me dis pas que tu ne peux pas te tuer avant d'avoir résolu ta petite enquête, tu fais tout pour crever avant d'y arriver ! T'es aussi lâche que tu m'accuses de l'être... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Mer 9 Mai - 18:34

Je me moque bien de souffrir, je me moque bien d'avoir mal, ou même honte, tant que j'en oublie la raison.
Mon paradis à moi se trouve dans les recoins sombres et obscurs de l'ignorance. Il m'a jeté en enfer le jour où j'ai su. À la seconde même où je l'ai vu, je me suis brisé. Pauvre, pauvre petite poupée cassée.
Ce n'est qu'en voyant son corps presque méconnaissable que j'ai compris, qu'elle ne reviendrai jamais. Les mots vides et froids de mon père n'avaient pas suffit à me faire réaliser que plus jamais je ne la reverrai. Il ne me resterai d'elle que des souvenirs qui s'étioleront avec le temps, et que je craindrai autant d'oublier que de m'en rappeler. C'était ça la dualité de la mort, chérir des souvenirs qui nous lacère le crâne.
 C'était pire qu'une claque dans la gueule, c'était comme foncé dans le mur, tête la première. Bang.
À cette seconde précise où le drap s'est soulevé pour découvrir son cadavre, j'ai su. Et à cette même seconde, j'étais déjà en quête d'oublie. La tête pleine d'horreur, le cœur creux, l'âme éclatée. 

Mon accalmie, je l'ai trouvé dans la came, après des années à craindre le noir, à refuser de fermer les yeux par peur de dormir, j'avais trouvé de quoi noyer mes angoisses.
Je me cale, je me came et j'oublie. Quelques heures par jour, par semaine, c'est tout ce qui me faut pour être capable de continuer, et d'en encaisser d'avantage. C'est une remise à zéro du système. On efface, et quand ça revient, on est prêt, et du parfois c'est pire, souvent c'est mieux.
Mais ça... Il ne peut pas le concevoir parce qu'il ne sait pas, parce qu'il ne connaît pas. 
Qu'il me juge, à présent, je n'en ai plus rien a foutre. Lui et moi, on ne se comprendra jamais. Parce qu'il refuse mon monde autant que je refuse le sien. C'est un dialogue de sourd, qui ne mènera nulle part d'autre qu'à la colère...
J'y ai cru pourtant, mais c'était une erreur. J'y ai cru parce que j'ai voulu y croire, et ça aussi c'était une erreur.
Seules les personnes qui ont choisit le chemin d'une vendetta pourraient le concevoir. La vengeance est un suicide qui parfois amène à la résurrection et c'est pour ce 'parfois' qu'on est prêt à se perdre. 

- Je me moque bien d'être lâche quelques heures, si ça peut me permettre de continuer... Je me moque que tout soit pareil lorsque je redescend, parce que je ne cherche pas à changer les choses quand je me came. Et je peux d'assurer que si c'était la mort que je cherchais, y'a longtemps que ça serait fais, je ne t'aurai pas attendu pour le faire.

Je me relève, je n'ai même pas la force d'être en colère, mais ça viendra sans doute plus tard...
Je n'en veux pas au Lycan d'avoir préféré oublier, ou plutôt je ne lui en veux plus. Cette vengeance n'est pas la sienne. 

Fou moi dehors si il le faut Wayne, déteste moi, juge moi, mais putain, fou moi la paix... Moi je n'en peux plus

Parce que tout ce merdier, ce n'est pas moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Mer 9 Mai - 20:40

« Eh ben vas-y mon gars, va t’tuer » abrégea simplement Wayne se retenant de lui crier ce qu’il avait vraiment sur le cœur.

Et puis vue son état actuel, mieux valait pour eux deux qu’il évite de rester dans la périphérie de l’adolescent. Il sentait la rage bouillonner en lui, prête à se déverser et à fondre sur la carcasse de Danhiel. La Bête réclamait un sang qu’il ne voulait surtout pas lui fournir et le plus sûr était de s’éloigner et de laisser le gamin faire ce qu’il avait à faire. Wayne était doué pour jeter des draps sur ce qu’il ne voulait pas voir de toute manière et il n’aurait qu’à se persuader qu’il ignorait ce qu’acheter des cigarettes voulait vraiment dire. Le barman n’aura qu’à feindre ne pas remarquer son absence se prolonger dans la journée, la nuit et peut-être davantage.
Avec un peu de temps, si le gosse ne réapparaissait pas, il parviendrait à oublier la façon qu’il avait de tordre sa bouche quand il réfléchissait, d’hausser un seul sourcil quand il était sceptique, l’endroit précis où se formait la fossette sur sa joue lorsqu’il souriait. Wayne oublierait le son de sa voix, ses tempêtes et tout ce qui faisait de Danhiel qui il était. Plus de colère, plus de stress, il l’effacerait de sa mémoire. Et gare à ceux qui tenteraient de la lui rafraichir et de prendre des nouvelles d’un adolescent idiot et suicidaire qui n’avait jamais existé.

Sans attendre de réponse de Dan qui n’en pouvait pluuus, il le bouscula d’un coup d’épaule qui l’envoya cogner le mur, l’expulsant de son passage comme s’il n’était même pas. Il s’éloigna en direction de l’arrière salle où était stocké tout son bordel et claqua la porte sur son passage avant de se diriger vers le fond de la réserve. Sur place, il déplaça l’étagère du fond, celle qui à force d’être déplacée, avait creusé un sillon dans le parquet (qu’il devrait bientôt faire changer), et tapota frénétiquement sur un petit clavier métallique. Il rata son coup et laissa échapper une flopée de jurons. Il n’avait droit qu’à un seul autre essai s’il ne voulait pas que l’intégralité de ce que contenait la pièce adjacente soit brûlé…
Wayne inspira profondément et appuya plus calmement sur les touches du digicode. Le petit voyant vert clignota deux fois avant qu’un petit clic familier s’élève. L’instant suivant, la surface froide et métallique se rétracta d’elle-même dans le mur et les néons s’allumèrent automatiquement. Le lycan pénétra dans la pièce où il travaillait dans l’ombre depuis des années et tapa un autre code de verrouillage sur l’appareil. La porte se referma d’elle-même et ne pourrait à présent plus être ouverte que de l’intérieur.

« Petit con » pesta-t-il encore avant de se mettre au travail, commençant déjà son travail d’oublie…

**

Les heures s’étaient ensuite écoulées avec une insupportable lenteur, moite d’attente. Il avait été sur les nerfs toute la journée, s’attirant plusieurs remarques, mais peu de pourboires. Il avait finit par s’enfermer dans la réserve pour faire l’inventaire et éviter de croiser ses clients. Monica n’était pas de service aujourd’hui et c’était tant mieux. Il n’aurait pas supporté avoir à répondre à ses interrogations à propos de Danhiel. Elle le trouvait si adorable, si gentil, si blablabla ! C’était parce qu’elle ne le connaissait pas ! C’était un chieur ! Un insupportable petit salopard merdeux qui l’avait contraint à s’attacher et qui se mettait en danger pour RIEN ! IL le rendait fou bordel de nom de Dieu !
Kurt avait tenté de s’y mettre mais un simple grognement avait réussi à le faire taire. Il avait beau être un peu sourd et manchot, il n’était pas stupide ou aveugle. Et surtout : il le connaissait bien.

« Tu devrais arrêter de t’en faire pour ce p’tit »
« La ferme Kurt » marmonna Wayne dans un soupir, transportant une caisse de spiritueux derrière le comptoir.

Il avait parlé trop vite.

« Sérieusement, la paternité te va pas au teint ! »
« De quoi tu causes ? »
« On dirait qu’ta fille est sortie avec un d’ces crétins prétentieux et qu’elle est pas en train d’respecter le couvre-feu de dix heures… »
« Tu dis n’importe quoi » tiqua Wayne en arrachant à contre cœur son regard de l’horloge qu’il fixait depuis quelques secondes.
« Mouais… Moi c’que j’en dis c’est que t’es distrait et chiant. Ca t’ressemble pas. Tu connais la règle… »
« Ne pas s’attacher »
« Ne pas s’attacher. Ce sont tes propres règles, fils… »
« Occupe-toi d’ton cul tu veux ? » trancha Wayne en s’éloignant, laissant sa caisse en plan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Mer 9 Mai - 21:52

Allongé à même le sol, ma tête penche légèrement sur le côté alors long soupir d’aise m’échappe, je me cambre très légèrement, refermant les yeux. Ma main s’ouvre involontairement et laisse échapper quelques pilules colorées. A la seconde même où elle touche le sol, je ne suis plus parmi les biens pensants. Mon esprit échauffé se calme pour partir dans mon univers personnel et artificiel qui me garantie quelques heures d’errances, soit qu’aucune pensée parasite ne vienne s’infiltrer pour tailladé pour crâne déjà à vif.
Un voile sombre, vaporeux tombe peu à peu dans ma caboche. J’oublie les mots de Wayne, j’oublie son regard brûlant sous la colère, j’oublie la raison de notre dispute avant de l’oublier elle aussi.
La réalité laisse place à autre chose : des couleurs, des sons, des sensations uniques, inédites, qui me tirent quelques légers gémissements de bien être.
Plus rien à d’importance. Ce qui me lourdait l’âme tombe brutalement sur le sol tandis que mon corps à moi se fait coton. Je suis léger, je m’évapore presque et occulte ce qui m’entoure. Je plane, je décolle, et je vole, survolant toute cette merde qui m’entoure.
Les images qui me hantent quotidiennement s’effacent ne laissant derrière elle qu’un vide accueillant. Le cri, l’horreur, la terreur éclate brusquement comme une bulle qui aurait trop gonflée, libérant une douce mélopée qui finit par totalement m’obnubilée. La souffrance que Wayne avait provoquée d’un simple coup d’épaule devient une étreinte chaleureuse, ses bras se referment tout en douceur sur moi et me berce, m’insistent à quitter, temporairement, le moindre de mes tracas. Au bord du gouffre d’un trippe libérateur, je saute dans le vide, accueillant ce rêve toxique comme un ami de longue date.
Sweet Dream.

*********

Un œil puis un autre, je cligne ensuite plusieurs fois des yeux, et un bref soupire finit en sourire. Le soleil perce par la fenêtre et éclaire doucement mon visage. Je passe quelques minutes à fixer le ciel, encore nuageux, mais qui laisse apparaître la boule dorée. Je me refuse encore à bouger, trouvant le sol plus confortable qu’un mouvement. Je ne plane plus, mais je ne suis pas totalement redescendu, moment fugace où le rêve côtoie la réalité, où il faut tout réaligner, avec une objectivité nouvelle. Tout ranger pour ne plus se laisser submerger, chaque chose à sa place, surtout dans ma petite caboche, je n’ai pas le choix, si je veux que ça marche. Ce n’est qu’une fois que l’ordre est enfin mit, que mon esprit ressemble à autre chose qu’un tas de ruine que je me redresse, m’asseyant sur le sol. L’appartement de Cee est toujours aussi… Merdique, mais il a le mérite de m’offrir une sécurité qu’aucun autre squatt ne peut m’apporter. Le seul danger à y être, c’est le propriétaire bien sur, mais vu qu’il est encore en cage, ici je ne risque rien…
Ma main s’égare dans mes cheveux sombres, pas encore motivé à me relever, tandis que l’autre s’égard sur le sol. Mes doigts heurtent les deux cachets que j’ai lâchés… Je m’en saisis pour les regarder. Ce n’est pas la came d’Ale. Je l’ai acheté à un autre dealer de ma connaissance, non pas avec des tunes mais des informations.
C’est con, mais je n’ai pas réussi. Après le discours de Wayne, après que je me sois tiré, et que j’ai voulu tapiner pour avoir du liquide… je n’ai pas pu.
Ca m’arrive parfois, alors je n’ai pas cherché à comprendre, et surtout, je ne me suis pas forcé, parce qu’alors, il ne m’aurait pas fallut qu’une dose…

Je me frotte les yeux après avoir glissé les cachets dans ma poche, et je me relève enfin, m’étirant quelques minutes. Après, c’est direction la salle de bain. Ouais, je fais comme chez moi, mais que Cee aille se faire foutre et que son appartement serve à quelque chose durant son absence.
Douche froide, douche courte qui n’a eut que pour seul mérite de réveiller mes derniers neurones endormis… Va falloir rentrer maintenant, espérer que Wayne aura digérer mais envisager le pire. En l’occurrence, qu’il me foute dehors. Non pas parce que je me retrouverai à la rue, mais bien parce que je ne veux pas partir de chez lui. Je me plais chez lui. Quoiqu’il en pense, quoiqu’il en dise, et malgré nos engueulades, j’aime vivre au Hairy Dog. J’aime la douceur de Monica, les histoires de Kurt et les verres d’alcool qu’il me file en douce tandis que je l’écoute. J’aime le Wayne qui y travaille, qui n’est pas le con qui me sert sa morale gerbante…
Je me rhabille, enfile ma veste, et mes chaussures, et je quitte les lieux, claquant la porte derrière moi. Je perds quelques secondes à planquer la clef et file ensuite dehors…
Méditant tout le long du chemin à ce qu’il a pu dire. J’en suis à peu près sur maintenant, Wayne veut m’aider, mais c’est une vrai quiche dans la matière…
Je shoote dans une canette vide, ne m’arrêtant que devant le bar. Je déglutie, main dans les poches, hésitant. Je fais comme si de rien ou j’entre en faisans la gueule ? Je rentre d’ailleurs… Ou je fais demi tour pour me camer d’avantage et repousser l’échéance ?

Putain, c’est chiant… J’ai pas envie de me prendre la tête, pas maintenant, pas encore, je résiste à l’envie de m’allumer une clope et me contente de pousser la porte du bar. Les habitués me reconnaissent de suite et me saluent d’un signe de tête. Un sourire et je leur renvoie leur bonjour, avec la sensation d’avoir ma place. Juste là, juste ici.

- Putain, Doll, tu ferai mieux de revenir d’où tu viens…
Finit par dire un client régulier alors que je passe devant sa table. Wayne est d’une humeur massacrante depuis ce matin, j’te jure, il pourrait nous casser une bouteille sur la tête qu’il nous accuserait d’être responsable !

Son pote hoche la tête en portant son verre à ses lèvres.
Bon, bah l’accueil jovial et chaleureux, j’oublie… Me reste toujours l’option de monter sans un mot mais… J’peux pas… Je ne veux plus ça. Je ne veux plus de ces embrouilles de merde en guise de quotidien, c’est ma nouvelle résolution…
Alors à la place, je vais jusqu’au bar, et m’assois prêt du manchot, zieutant vers le Barman.

- Salut Kurt…
Je regrette presque ma résolution pour le coup. Et ça fait même pas 30secondes que je viens de la prendre. – Salut Wayne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Jeu 10 Mai - 13:57

C’était à croire que le môme avait attendu qu’il soit au comble de l’agacement pour faire son grand retour –comme si de rien était- et enfoncer encore un peu plus le clou… Sauf qu’au lieu d’éprouver de la rage ou de la rancœur en voyant la petite bouille de Danhiel apparaitre dans son champ de vision, le barman ne put s’empêcher d’être envahit par un curieux soulagement. Les battements de son cœur subir une petite accélération alors que sa main se resserra un peu plus sur les sachets de cacahuètes qu’il ramenait de la réserve.
Il n’était pas simplement content de le voir revenir en un seul morceau et pas la gueule dans les baskets, il était simplement heureux de revoir ses traits fin, sa petite bouche colorée au milieu de son visage pâle, ses petits yeux souvent ailleurs… Ce petit crétin avait réussi à lui manquer malgré le peu de temps qui les avait séparés et leur dispute. S’il avait été sur les nerfs depuis ce moment, ça n’avait pas seulement été parce que le gérant du Hairy Dog peinait à retrouver son calme après la dispute ou parce qu’il tenait encore rigueur au gamin pour ses conneries : c’était parce qu’il était mort d’inquiétude et qu’il culpabilisait de ne pas avoir su trouver les mots pour le faire rester à ses côtés, en sécurité.
Il avait été trop loin en parlant de Nohra de cette manière et en faisant comprendre au gamin qu’il ne savait rien faire et n’avait finalement aucun avenir. Bien sûr, au fond c’était son père qu’il blâmait vraiment et le lycan qui avait dépecé sa mère, mais tous ses mots avaient été tournés à l’encontre de Dan. Dan qui avait su garder son calme pourtant et respecter sa part du contrat oral qu’ils avaient passé… Bordel, il avait chié d’un bout à l’autre et c’était en prime torché sur les murs avant d’accuser le petit pour l’odeur. Très classe, très mature…

Il ne répondit pas tout de suite au salut de Danhiel, préférant aller déposer ses sachets de cacahuètes avant de se diriger vers la caisse de spiritueux et la vider. Peut-être qu’il était soulagé, peut-être qu’il avait eu tort, mais l’adolescent était allé se droguer et il ne pouvait pas faire comme s’il cautionnait, comme si ça n’était pas si grave. Il fallait qu’il marine au moins un petit peu, que Wayne marque le coup.
Danhiel le prendrait peut-être comme une attitude injuste, peut-être qu’il n’accepterait pas la punition ou penserait que l’adulte en était encore à ressasser leur dispute, mais tant pis. S’il n’était pas fichu de réaliser tout seul qu’il n’approuvait pas et s’inquiétait pour lui…

« Bordel, embrassez-vous ou mettez-vous sur la gueule qu’on en finisse » marmotta Kurt en plongeant le nez dans son verre.
« Je vais te le dire une fois encore, Kurt, mon chou… Occupe-toi de ton gros cul plein d’escarres »
« Tu te souviens cette fois où je t’ai cassé mon verre sur le crâne ? On s’était bien marré hein… »
« OK, ok » soupira Wayne en levant les yeux au ciel, avant de revenir se poster face à Danhiel « J’te sers quelque chose ? Soda, menthe à l’eau,… ? »

Il faisait son maximum là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Jeu 10 Mai - 17:01

Bon, effectivement, l'accueil à bras ouvert, l'étreinte de réconciliation et le verre d'alcool en guide de calumet de la paix... J'oublie. Je dirai même que je peux me le foutre bien profond dans le cul. 
Je m'en doutais de toute façon, il n'est jamais jovial quand je reviens, des fois il fait comme si de rien, mais souvent, il affiche cette même tête de type franchement déterré. Sa manière à lui de me rappeler qu'il est loin d'apprécier que je sois un petit junkie. 
À moins que ce ne soit la dispute qui lui reste encore en travers de la gorge, ça aussi je peux le concevoir, même si ça me pète sévère les couilles... Je fais des efforts, putain. Je me suis camé raisonnablement, j'ai pas été voir Alejandro, et même que j'ai trouvé un endroit où me défonce tranquille, le tout sans avoir à écarter mes cuisses... Et la seule chose que j'aurai voulu en échange c'est un de ses sourires qu'il a parfois....

Je soupir légèrement face à son absence de réponse et dessine du bout des doigts du table, mordillant nerveusement ma lèvre inférieure, j'aurai peut être du attendre d'avantage, non ?
Quelques heures... Un nuit... Le temps qu'il digère ou qu'il se fasse à l'idée que quoiqu'il dise, quoiqu'il fasse, je continuerai à me doper avec tout ce qu'il me permettrai d'avoir un instant d'oublie.
Je fais une légère moue, sentant presque peser les regards de Kurt aller sur le gérant du bar, puis sur moi, puis dans son verre.
Je sentais bien qu'il allait pas tarder à dire une connerie... Et ça n'a pas loupé.

Qu'on se frappe sur la gueule... La maintenant tout de suite, je n'ai pas vraiment envie de me battre avec Wayne, premièrement parce que, on ne va pas se mentir, mais je ne suis pas vraiment doué pour ça, ensuite parce que, malgré tout ce que peut penser le lycan, je n'ai pas vraiment envie de mourir sous d'atroce souffrance et que surtout... J'ai aucune envie de le cogner... 
Je pencherai donc plus pour l'embrasser. Juste comme ça, hein. Histoire qu'on passe à autre chose, un p'tit baiser entre homme...
Je me mord la lèvre un peu plus en imaginant la scène, mon coeur loupe un battement mais je me suis déjà repris la seconde d'après, et de toute façon ils sont bien trop occupés à se crêper le chignon, que de voir mes joues très légèrement colorées...
On se reprends, on ne pense pas aux lèvres du barman contre les miennes... Et on garde en mémoire qu'il préférerait sans doute m'en coller une que me rouler le patin du siècle. 
Trop prit dans mes pensées, je sursaute presque lorsqu'il daigne m'adresser la parole, et qu'il se retrouve juste en face de moi... Cette fois ci, c'est la peur qui brutalise les battements dans ma poitrine, je supporte pas être pris en surprise comme ça, je crains toujours un coup, une gifle, ou une saloperie du genre.

- hein ?! Je met quelques secondes à cogiter ses paroles... - ah... Oui... Oui,  du l..euh... Menthe à l'eau, s'il te plaît. ( alors pour le coup, j'ai plus envie d'un grand verre de lait qu'autre chose, mais.... Je passe déjà pour un con à prendre de l'eau sucrée dans un bar, on ne va pas en rajouter une couche, hein...)

Je soutiens quelques secondes son regard avant de le porter sur Kurt, qui allez savoir pourquoi, pouffe dans son coin comme un con. En réponse à mes œillades curieuses, il se contente de tapoter légèrement mon dos avant de se reprendre et de regarder le gérant du Hairy Dog...

- quand est ce que tu lui servira de l'alcool à ce grand garçon ? Ça se voit tout de suite que c'est un homme pourtant !

Le reste de sa phrase de perd dans un nouveau rire...
Okay... La c'est clair, il se fou de ma gueule. Première réaction ( très très virile) bouder... Sauf qu'un sourire tarde pas à passer sur mon visage... Le rire de Kurt, il est vraiment trop marrant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Jeu 10 Mai - 18:22

« Va pour une menthe » approuva Wayne en se retournant pour honorer la commande.

Il avait conscience que, chaque fois qu’il devait commander quelque chose au comptoir, Danhiel se sentait un peu ridicule, pas à sa place, et c’était un petit plaisir que le gérant savourait chaque fois. Il ne cédait que très rarement sur ce point et n’autorisait que des bières au gamin, qu’il lui servait seulement quand ils étaient seuls, à l’étage. Doll jouait les grands, consommait des drogues douces et dures, se prostituait, mais il n’avait pas droit de boire de l’alcool dans un bar. Tout ne lui était pas permis et Wayne voulait mettre un point d’honneur à ce qu’il ne l’oublie pas. Pas sous son toit, dans son établissement.

« Dis, tu veux qu’on m’retire ma licence, gros malin ? » répliqua simplement Wayne, faisant mine de ne pas comprendre tout le sarcasme dégoulinant que Kurt mettait derrière sa remarque « Où est-ce que tu irais mourir si mon bar fermait, hein ? »
« Bien dis. Continue à siroter tes petites menthes à l’eau en attendant de devenir un grand garçon ! »
« Fiche-nous la paix Kurt » soupira Wayne qui ne put s’empêcher de sourire à son tour.

Son regard clair croisa alors celui du gamin qu’il avait soigneusement évité jusque là et, même si son sourire s’effrita un peu, ses traits durs et fermés jusque là se détendirent enfin et son regard se fit plus doux. Il n’avait pas envie de formuler des excuses en bonne et due forme, mais Wayne n’avait pas non plus envie de se quereller encore et encore avec le gamin. Il était heureux qu’il soit revenu et il voulait que Danhiel le sache. Le barman voulait qu’il sache que malgré ses reproches, ses colères, il était heureux de l’avoir sous son toit et voulait qu’il se sente en sécurité ici. Pas forcément chez lui, c’était sans doute trop demandé mais… le Hairy Dog devait être un havre de paix où Danhiel saurait toujours qu’il pourrait venir se réfugier en cas de problème.
Son sourire n’était plus simplement du à la réplique de Kurt mais était adressé au garçon en signe de paix.

« Tu dois avoir faim. Je vais te préparer quelque chose »

Inutile de lui demander ce qui lui ferait plaisir, il commençait à connaitre ses goûts. Il était agacé de céder aussi facilement, mais s’il ne voulait pas avoir à ramasser la crevette à la petite cuillère, il allait falloir qu’il la nourrisse !
Il s’éloigna vers les cuisines après avoir terminé de ranger ses bouteilles pendant que Kurt reprenait ses petites remarques puériles. L’ours grognon qu’il avait rencontré il y a des années lui paraissait bien loin à présent, même si le manchot était encore capable de dépecer un humain, voire un lycan, en quelques coups de dents… Il s’était pris d’affection pour Danhiel, au même titre que lui et Wayne ne pouvait s’empêcher d’en être un peu jaloux. Il n'était plus le petit protéger du loup-garou sans âge et c'était à la fois flatteur et blessant. Il avait passé le flambeau à Dan qui avait bien plus besoin d'un chaperon plein de sagesse que lui-même, mais ne plus se sentir protéger le contrariait bien un peu et il avait l'impression qu'un poids pesait à présent sur ses épaules... Le poids de la responsabilité. Il n'était pas seul à prendre soin de Danhiel mais la tâche était titanesque et il avait peur de ne pas être à la hauteur, pour la première fois depuis des années.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   Ven 11 Mai - 1:16

Enfin…
Après tout ce temps passé à soutenir son regard chargé de reproches silencieusement, je peux voir ses lèvres s’étirer en un sourire délicieux… Rien que pour moi (bon, y’a Kurt aussi, et je me doute bien que j’en suis pas l’unique destinataire, mais un bref instant, j’ai envie de croire que si… Va savoir pourquoi.) Du coup, ma bonne humeur grimpe d’un coup pour atteindre des sommets, et les remarques de Kurt m’amusent plus qu’autre chose. Qu’il se moque tant qu’il veut de ma menthe à l’eau, au moins, Wayne est de bonne humeur, sa colère n’est plus qu’un lointain souvenir qui se rappellera à moi lors d’une dispute prochaine, que je refuse pour le moment d’imaginer.
Je veux profiter de ce moment, et là, maintenant tout de suite, tout est juste parfait. Kurt rit, même si c’est de moi, Wayne ne m’en veut pas… Et je vais même avoir de quoi me remplie le ventre, parce que l’air de rien, il fait quand même faim.
J’hoche vigoureusement la tête et bois d’une traite mon verre.

- Vas y mollo avec ça, gamin. Ca serait con que tu t’enivres.


Il s’étouffa à moitié en éclatant de rire et boit quelques gorgées d’alcool histoire de se remettre de ses émotions. Je me redresse et finit par passer au dessus du comptoir pour aller derrière le bar. J’adore être ici. J’ai l’impression d’être dans le monde du barman…
Qu’ici je peux le comprendre,
Je regarde les bouteilles, les verres, la caisse et le reste avant de me poster en face de Kurt. A la dérobée, j’observe le barman à la cuisine…
J’aime l’idée que ce soit pour moi qu’il cuisine, j’aimerai le rejoindre et… STOP. On ne va pas partir dans des délires qui ne doivent appartenir qu’a mes rêves toxiques… Là c’est la vie réelle… Je me mordille la lèvre, et retient de justesse un soupir, alors que le manchot frappe légèrement contre la table.

- Tu m’écoutes gamin !?

- Hein ? Ah… Oui… Pardon… qu’est ce qu’il y a ?

-Puisque tu es là, rend toi utiles, et ressert moi donc un verre.

- Oui M’sieur !
- Bah tu vois qu’on peut en tirer quelque chose de ce gosse !

Lance le vieux loup en souriant de toutes ses dents.
Je lui tire la langue en guise de réponse et lui sert son verre de whisky. En guise de merci, il me glisse un billet.
- Tiens, il est pour toi celui là Danhiel… En voilà un que tu peux être fier d’avoir gagné.


Je saisis l’allusion mais préfère ne pas la relever. Je n’ai pas vraiment envie de me prendre la tête maintenant. Surtout avec lui. Surtout quand je sais qu’il a raison.
Je me mordille doucement la lèvre et hésite à prendre l’argent qu’il me tend. C’est pourtant vrai… c’est sans doute la première fois qu’on me donne de la tune contre autre chose que mon corps.
C’est…. Presque plaisant.
Kurt fait mine de rien et passe à autre chose, un autre sujet que j’écoute à peine, serrant le billet entre mes doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sweet Dream (Wayne)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sweet Dream (Wayne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
District 7 :: district 7 :: Memorial. :: Hairy Dog.-