AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The point of no return (Danhiel) -16

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: The point of no return (Danhiel) -16   Ven 11 Mai - 12:11

Wayne poussa un soupir et s'étira un moment, faisant craquer sa nuque avec soulagement, avant d'y passer sa main pour la masser. Il était penché sur ses comptes depuis bien trop longtemps à son goût mais il lui faudrait aller jusqu'au bout pour ne pas prendre de retard comme ça avait été le cas ces derniers temps. Tenir un bar n'était décidément pas une sinécure et par moment, le gérant du Hairy Dog se demandait comment il arrivait à allier cette vie à toutes les autres... Celle du faussaire, celle de l'amant et celle du parent de substitution à temps plein du petit Danhiel que ses parents ne viendraient plus chercher à la caisse 3. Pourtant, il les guettait avidement, le pauvre bougre.
Wayne jeta un oeil en direction de la salle de bain où se trouvait l'adolescent. Il lui avait fallut près d'une demi-heure pour remplir son bain d'eau chaude et ses allers-retours incessants avait finit par avoir raison des nerfs du lycanthropes qui avait remis ses comptes à plus tard. Et il était à présent plus tard et donc temps pour lui de s'y remettre sérieusement. Mais avec la chaine hi-fi qui tournait à fond, les petits crackers qui attiraient souvent son attention et sa troisième bière de la soirée qui l'appelait avec sa petite voix sournoise...

Non en vérité, ce qui le perturbait réellement, c'était d'imaginer ce qui se tramait à quelques mètres de là, dans la salle de bain. C'était sûrement une question d'hormones ou de... il ne savait quoi, mais il ne pouvait s'empêcher de penser à Doll, nu dans son bain. Ca avait commencé par la pensée que lui aussi aimerait se délasser un peu dans une beau brulante. Et puis il s'était imaginé piquer la place au gamin et le laisser à la porte pour le faire rager. Mais la seconde suivante, Wayne avait trouvé plus amusant de surgir de nul part pour se glisser avec Danhiel dans la baignoire et le mettre mal à l'aise... Sauf que c'était lui qui s'était mis à rougir et il s'était rapidement mis à songer que le gamin avait déjà vu plusieurs fois le loup... dans tous les sens du terme. Bon Dieu de merde, c'était même son gagne pain! Alors évidemment, très vite, le loup-garou s'était demandé ce qui se passerait s'il demandait à Dan de lui faire une petite démo, juste pour se marrer un peu... Un petit truc rapidos dans la baignoire remplie d'eau chaude.

Bref, son esprit avait rapidement divagué et il s'était rendu compte qu'au lieu d'écrire des chiffres dans son cahier, il dessinait des queues en érection... Un peu gênant. Pas autant que la trique qu'il avait réalisé se taper à cet instant cela dit. C'est là qu'il s'était levé pour prendre sa troisième bière avant de se débarrasser de son teeshirt pour se refroidir un peu. mais c'était peine perdue.
En temps normal, c'était totalement nu qu'il aimait se balader dans son appartement, mais depuis qu'il le partageait avec le gamin, Wayne n'osait pas vraiment, de peur de le mettre mal à l'aise ou de lui laisser penser des choses. Comme le fait qu'il pensait parfois à lui en se masturbant...

« Pervers » s'accusa Wayne dans un demi-sourire, avant de tiquer d'agacement puis de soupirer.

Il se pencha de nouveau sur son cahier de compte plein de ratures, et reprit ses comptes. Il fourra un craker dans sa bouche puis refit défiler quelques tickets de caisse devant ses yeux, chassant Danhiel et sa queue de ses pensées. S'y essayant du moins...
Mais ses pensées et son regard finissaient toujours par dévier vers la salle de bain fermée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   Ven 11 Mai - 14:45

Après l'effort, le réconfort, et putain... Ça fait du bien.
A peine le premier pied posé dans la baignoire qu'un long soupir d'aise m'échappe et se prolonge, jusqu'à ce que mon corps entier se retrouve plongé dans l'eau brûlante....
Ma tête disparaît même quelques secondes sous le liquide, histoire de profiter d'un calme salvateur, d'un monde aquatique libéré de la tension du quotidien. Je garde les yeux bien ouverts, fixant le plafond déformé par l'eau, gardant un maximum l'air dans mes poumons pour éviter de remonter trop vite à la surface... Mes paupières finissent pourtant par se refermer et mon esprit par divaguer.
Je n'ai pas eut une journée particulièrement stressante, d'ailleurs la semaine en elle même à été assez calme. Ca serait presque étonnant si je ne savais pourquoi. Y'a qu'une raison qui fais qu'on ne se soit pas disputés depuis la dernière fois, et seulement une: je ne me suis pas camé. Je ne suis pas sortie une seule fois pour prendre les putain de cachets qui sont pourtant juste dans la poche de l'un de mes jeans.
Et pourtant, la tentation est de plus en plus grande, le manque se fait sentir de plus en plus violemment et ce, à chaque seconde qui passe. Tic, et mon ventre se tort légèrement, Tac, et mon âme appelle à la délivrance. Je sais où sont mes petite pilules, Wayne est occupé, je pourrai, ça serait facile…
Mais je n’en ferai rien., en tout cas pas encore. Je tiendrai, jusqu'à ce que je n’en puisse plus. Mon esprit déjà appelle à une remise à zéro, il m’arrive même de trembler, mais je prends sur moi, encore et encore… Et si je ne cède, ou en tout pas encore, c’est juste parce que… Je ne veux pas me disputer avec Wayne. Pas encore, pas une fois de plus, surtout pas à cause de ça.
J’encaisse, je prends sur moi, et j’endure… C’est bien la première fois que je le fais, non pas parce que je ne n’ai pas le choix, mais parce que j’en ai envie.
Mais on ne va pas se leurrer… Je ne tiendrai pas longtemps encore. Ce soir, demain, ou la nuit prochaine… Quelques heures ou quelques jours, pas plus. Je le sais, et sans doute que lui aussi. Mais ni lui, ni moi ne voulons en parler… Comme ça on est bien…
Enfin je crois.

Je me redresse d’un coup, reprenant mon souffle, toussant légèrement, je suis rester plus longtemps que je ne le pensais sous l’eau, et dans le bain en générale. L’eau est devenue bien froide et je claque presque des dents. Cependant je souris… Parce que ouais, je suis vraiment de bonne humeur.
Je sors de la baignoire et attrape la serviette pour m’essuyer rapidement. Je récupère le jean que j’avais préparé et l’enfile après avoir mit mon boxer.
Je comptai faire la même chose avec le t-shirt, mais… Impossible à mettre la main dessus… Putain, j’étais sur, de l’avoir pris… Je râle en silence, et fais une légère moue boudeuse, abandonnant la serviette dans un coin s’en prendre le temps d’essuyer mes cheveux… Dans l'état de nerf que je suis, je pourrai presque me mettre à chialer pour ça... C'est que c'est mon t-shirt préféré en plus...

- Wayneeee ! Tu n’as pas vu mon haut ?!


Fis je en sortant de la salle de bain, cherchant déjà sur le canapé... Je me stoppe en le voyant assit devant de la paperasse qui me donne un mal de crâne rien qu’en la regardant…

- Ah… tu te travailles… Ce n’est pas grave.


Je me mordille légèrement la lèvre, et lui tourne le dos, je ne vais pas le déranger dans ses calculs sans doute plus que scientifiques et ardus. Je le retrouverai tout seul mon t-shirt, j’ai bien du le foutre quelque part. Je peste légèrement, et je me penche par dessus le canapé, les pieds sur les coussins…
Yesss… je savais que je n’avais pas pu le perdre, il a dut tomber quand je faisais le linge tout à l’heure… (Ouais, c’est moi qui lève le linge, et c’est aussi moi qui le plie et qui le range… Y compris celui du Lycan)
Je me penche d’avantage, tendant le bras pour l’attraper.

- Tu vas bosser toute la soirée ?


Finis je par dire en touchant enfin le bout de tissu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   Ven 11 Mai - 15:18

Les minutes s'étaient écoulées avec lenteur depuis le dernier passage du petit brun armé de sa casserole d'eau brulante qu'il peinait à transporter avec ses petits bras rachitiques. A présent qu'il sortait enfin de la pièce d'eau, l'aiguille avait pratiquement fait le tour du cadran et l'eau chaude fait son œuvre... transformé le petit en pruneau. Ça et terminer de le détendre. De son côté, Wayne aurait bien eu besoin d'un petit massage ou d'un bain chaud, mais il se doutait qu'il ne resterait dans le fond de la baignoire qu'une eau froide et crasseuse. Et puis sans Danhiel à l'intérieur, quel est l'intérêt ?
Le barman chassa rapidement cette idée de ses pensées et son regard retomba immédiatement sur son cahier de compte aussi stagnant que l'eau auquel il n'accordait pas assez d'attention depuis tout à l'heure. En temps normal, il terminait son inventaire et ses comptes dans la foulée en une petite heure, mais ce soir il était improductif au possible. la faute de Danhiel bien entendu ! Ce petit lui pourrissait la vie et plombait son business, il faudrait qu'il y remédie. mais plus tard, parce que pour le moment, Doll se baladait à moitié à poil, sans aucune retenue ! ...Bon, lui aussi était torse nu mais c'était chez lui, merde, il n'avait pas à demander la permission pour faire ce genre de chose !

Tu deviens ridicule, mon pauvre ami. Fais-toi soigner ou branle-toi un bon coup, mais fait quelque chose, pitié !

Wayne choisit de se concentrer sur ses calculs. Il faisait tout de tête et devait avouer que sa méthode n'était pas très efficace et il devait souvent reprendre de zéro. Alors que le gérant du Hairy Dog envisageait de redescendre chercher sa calculatrice pour terminer sa caisse une bonne fois pour toute, le petit se pencha vers lui. Le lycan eut un mouvement de recule et émit un grognement agacé et animal.
Danhiel se figea dans son geste, indécis, son regard braqué sur lui, dans l'attente de la suite. Il fallut de longues seconde au loup-garou pour comprendre que le petit était simplement sur le point de se saisir du tee-shirt qu'il avait oublié sous un des coussins et qu'il disait chercher depuis tout à l'heure.

Crétin...

Wayne s'écarta, affichant une moue bougon pour mieux dissimuler sa gêne et déplaça son carnet devant lui sur la table basse.

« Tu peux pas aller jouer ailleurs ? Je vais bosser toute la putain de soirée si tu me déranges toutes les deux minutes pour un oui ou un non » le réprimanda-t-il.

Le gamin termina d'attraper son vêtement et se redressa pour l'enfiler, l'air de se foutre royalement de sa remarque. il avait l'habitude de ses sautes d'humeur typiquement lycanes après tout.
Mais Wayne se sentit tout de même morveux et après quelques secondes et un ou deux regards en biais en direction de la silhouette frêle de l'adolescent, il reprit la parole pour ne pas rester sur cette note accusatrice et injuste.

« C'est d'un bain d'UV que t'aurais besoin »

Bon d'accord, ça n'était pas franchement très fin et s'il souhaitait ne pas laisser la conversation dégénérer ou donner à Danhiel des occasions de se rebeller : c'était plutôt raté ! Après quelques secondes, d'un ton encore un peu bourru, le lycan enchaina.

« Désolé, j'ai toujours été un scientifique mais j'suis plus porté sur la biologie que les maths. Ca a jamais été mon truc et tu m'as fais perdre le fil... » se justifia le barman, n'osant toujours pas vraiment regarder le garçon dans les yeux.

Il aurait pu se sécher les cheveux au lieu de les laisser pendouiller dans tous les sens autour de sa bouille ! Et cette flotte qui dégoulinait partout sur son corps... Bordel de merde, il avait envie de venir remettre de l'ordre dans ses cheveux, passer la main dedans juste pour voir... pour savoir ce que ça ferait... rattraper les gouttelettes d'eau qui glissaient sur cette peau diaphane qu'il n'avait que rarement l'occasion de caresser avec sa langue pour...
Putain de merde, qu'est-ce qui lui prenait à la fin ? Il avait déjà envisagé de coucher avec le petit pour répondre à ses besoins et instincts (depuis que Danhiel avait emménagé, il n'avait plus fait monter aucune fille et n'avait plus découché, c'était normal du coup), mais n'avait jamais VRAIMENT visualisé la chose. pas avec autant de précision. Pas en ressentant le besoin si pressant, irrépressible, de lui sauter dessus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   Ven 11 Mai - 17:26

Wayne à dut égarer sa bonne humeur parmi ses feuilles de compte, les tickets de caisse et son stylo. Je l’aiderai bien à la chercher, mais là, maintenant, je doute qu’il accepte une quelconque aide. Il m’a littéralement grogné dessus. Ce n’est pas la première fois, mais d’habitude, c’est un peu plus justifier que ça. Cependant je ne dis rien, je suis décidé à ne pas me prendre la tête avec lui. Quoiqu’il arrive, quoiqu’il se passe, je garderai mon calme. C’est sans doute la dernière soirée que je pourrai faire sans aller me camer. La dernière, alors même si il va la passer à ronchonner, je m’en fou. Je resterai patient, et surtout, je ne me jetterai pas sur les cachets qu’il me reste. Du coup, je ne fais qu’hausser les épaules, en enfilant mon haut.
Sauf que je m’arrête net lorsqu’il reprend la parole. C’est vrai que je suis pâme, mais pour tout avouer, je men fou comme de l’an quarante.
Le soleil, ce n’est pas vraiment mon truc de toute façon, et si j’aime bien m’y prélasser comme un con, dès qu’il fais trop chaud, je me tire à l’ombre, ou sous une douche froide, pour le reste, hein…
Nouveau haussement d’épaules, je me contente de rajouter un sourire amusé, rien de plus… Vas y, vas y… On m’a déjà payé juste pour me cogner plus que pour me baiser, alors si tu veux te défouler en me gueulant dessus, ne te gêne pas…
Moi je m’en fou… j’ai mon t-shirt préféré entre mes mains… Mains qui tremblent très légèrement, mais je reprend vite le contrôle pour me concentrer sur autre chose, notamment sur les excuses de Wayne….
Oui, oui, ses excuses… Même moi j’ai du mal à entendre son désolé… Bah putain.

- Bah…. J’peux sortir si tu veux, le temps que tu finisses… ça me gêne pas, hein…


Sortir et sans faire de connerie. Je suis sur d’y arriver… Sans enfiler mon t-shirt, j’ai un peu la flemme, là maintenant tout de suite, je me laisse tomber sur le canapé, non de lui, et me rapproche d’avantage, me glissant carrément entre ses deux bras tendus pour regarder son cahier de compte.
Des tas de chiffre, des tas de ligne, des plus, des moins. Vive le mal de crâne qui m’attend, mais en même temps, j’aime bien me rendre utile.
Surtout si c’est lui que j’aide.

- Ou alors je peux t’aider ! Tu as même pas besoin de m’apprendre, je regarderai comment tu fais. Comme tu préfères…

Je relève mes yeux vers lui, en souriant légèrement, j’espère vraiment pouvoir le détendre. Ça je suis sur que je saurai faire, un massage ou une connerie du genre, ça marche à tous les coups. Mon regard repart sur les papiers qui trainent sur la table, puis sur lui, puis… Sur son entrejambe. J’avais pas remarqué, en tout cas, pas jusqu'à maintenant, mas là, ça me saute presque aux yeux. Son pantalon se tend sous une bosse qui ne porte nullement à confusion.
Je ne sais pas vraiment à quoi il a pensé pendant que je me douchais, mais visiblement ça lui a fait de l’effet. Sans doute à une de ses femmes qui viennent au bar, terriblement belle dans leur robe, terriblement femme. Je ne sais pas si il est du genre à un homme… Mais je sais très bien quels sont ses sentiments vis à vis de moi. Il a été très clair à ce sujet, dès le premier pas que j’ai foutu dans son bar.
Mon regard pétillant s’encre au sien, et un sourire passe sur mes lèvres que je mordille légèrement…

- Ouais… Je vais sortir hein… Le temps que tu te remettes de tes émotions, que tu te recentres sur ton travail, que tu te vides…. L’esprit…


Ouais, je me fou un peu de sa gueule… Mais il ne s’était pas gêné lui, la dernière fois. Je finis par rapprocher mon visage du sien et déposer mes lèvres au coin des siennes.
Non… ce n’est pas vraiment une provocation… juste…. Juste un petit jeu qui n’amuse que moi.

- A tout à l’heure.

Je vais pour m’écarter de lui, et reprendre mon t-shirt, qui faudrait que je pense à enfiler parce que je vais quand même pas sortir dehors à moitié à poil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   Ven 11 Mai - 17:58

Alors ça c’était du Danhiel Ludwig tout craché ! Il annonçait qu’il allait franchir le seuil de la porte pour lui laisser de l’air et lui permettre de se concentrer, tout en bouffant l’oxygène juste sous son nez sans retenu, en se prélassant limite sur ses jambes… Tout dans la contradiction et plus c’était chiant, mieux c’était pour lui vraisemblablement. Provoquer était une seconde nature chez lui et en même temps, il le faisait avec tellement de douceur, en affichant une moue si innocente que le barman se trouvait bien incapable de lui hurler dessus. Sans compter que pour le coup, c’était à bien autre chose que de la colère qu’il était en proie. D’ailleurs, c’était même carrément tout l’inverse puisqu’à cet instant, les effluves du parfum du garçon (naturelles, celles qui perçaient au travers des senteurs chimiques contenues dans le produit de douche qu’il avait utilisé juste avant) lui parvenaient et déclenchaient un sentiment d’excitation chez lui.
Wayne regrettait amèrement de ne pas l’avoir rejoint dans la salle de bain, dans la petite baignoire étroite qui les aurait contraints à rapprocher leurs corps au point de les faire fusionner. Il regrettait de en pas avoir son audace naturelle, son petit culot ingérable et agaçant qui lui permettrait de le prendre sur la table basse dans l’instant…

Je l’ai, réalisa pourtant très vite le lycanthrope. Il n’avait pas toujours été un garçon capable de spontanéité et qui préférait combler ses besoins primaires et désirs avant de prendre la peine de réfléchir aux conséquences. Même s’il gardait toujours en tête qu’il devait rester prudent et ne rien faire d’idiot, Wayne savait se laisser aller, surtout en ce qui concernait les besoins de chair. Pas de chair à manger, entendons-nous bien…
C’était sans trop réfléchir qu’il avait amené Cantara a écarter les cuisses pour laisser pénétrer son membre reproducteur en elle pour la première fois sur le comptoir du bar. Il l’avait prise parce qu’il le pouvait, parce que la Bête en lui réclamait son corps et voulait la posséder. Et la Bête en elle avait répondu à ses attentes.
Il voulait Danhiel. Il voulait le posséder, introduire sa langue dans sa bouche, y introduire plus que ça mais se frayer un passage dans d’autres parties de son anatomie également. Ses plus bas instincts s’éveillaient, affamés, sauvages, et si Wayne parvenait encore à se maitriser, il n’était pas certain que ce soit le cas encore longtemps. La dernière chose que souhaitait le barman : c’était de laisser l’adolescent penser qu’il n’était bon que pour une chose, qu’il s’intéressait à lui pour de mauvaises raisons et ne valait pas mieux que tous les autres. Danhiel n’était pas un objet sexuel qu’il voulait posséder, c’était… Wayne n’avait aucune foutue idée de ce que le môme représentait exactement pour lui. Tout ce qu’il savait, c’était qu’il avait faim de lui.
Et que c’était dangereux…

Il n’écoutait absolument pas ce que le petit racontait à propos des comptes. Ca ne l’intéressait pas le moins du monde… Il préférait observer son visage de profil, se perdre dans la contemplation de ses cheveux trempés qui gouttaient dans sa nuque fine… Wayne se donnait l’impression d’être un de ces vampires niais de film pour adolescent, attiré par le cou de la belle blonde, héroïne fragile qui ignore encore tout de la véritable nature de l’homme qu’elle aime et souhaite la dévorer. Il voulait goûter Danhiel. Pas forcément son sang –même si c’était très tentant !- mais savoir quelle saveur avait sa peau, quel goût avait sa sueur exactement, savoir à quels endroits il aimait être touché, caressé, mordu, savoir…

Le garçon se mordilla la lèvre, sans se rendre compte de ce qu’il provoquait comme sensations en lui, avant de laisser échapper une remarque sur un ton moqueur. Il fallut encore une fois un long moment au gérant du bar un étage plus bas pour tout saisir et réaliser ce que Danhiel venait de voir. Finalement il savait quel effet il lui faisait. Et bien évidemment, ce petit con en joua, venant déposer un baiser au coin de ses lèvres comme il le faisait parfois. Par jeu ? Par pur esprit de provocation ? Pour le pousser à bout et le prendre faute, pouvoir lui reprocher de ne pas valoir plus que tous ses autres clients ? Ou plus simplement : parce qu’il attendait une réponse à ce baiser qui n’avait rien de chaste quand on croisait l’éclat de ses yeux… ?
Wayne ne chercha pas à comprendre et céda enfin à ses pulsions, abattant toutes les barrières qu’il avait érigées depuis des jours. D’un geste vif, il contraignit le garçon à retrouver sa position, une main sur chacune de ses joues pâles et terriblement douces, nom de Dieu. Et pendant que ses mains le maintenait en place, ses lèvres capturaient les siennes avec beaucoup moins de retenus que l’adolescent en avait fait preuve. Il prolongea son baiser quelques secondes avant de l’abandonner.
Ses mains retombèrent et ses lèvres s’arrachèrent à celles du garçon à qui il faisait face tant bien que mal.

« Pour jouer, il faut connaitre les règles, petit. Joue toujours pour gagner. Pas de demi mesure » souffla-t-il simplement, d’un air entendu , son regard braqué dans celui du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   Ven 11 Mai - 18:38

Je ne sais pas encore ce que je ferai une fois dehors. Je ne sais pas vraiment où j’irai non plus, même si je sais déjà les endroits que je devrai éviter. Je n’irai pas trainer dans les quartiers d’Alejandro, je n’irai pas me balader là où les clients savent où me trouver, et je n’approcherai surtout pas de l’appartement de Cee… Parce que je sais très bien que sinon je céderai à mon vice, et que je m’accorderai quelques heures d’oublie. J’esseyerai peut être de retrouver un ou deux amis, parce qu’aussi surprenant que cela puisse paraître, j’en ai dans le secteur. Wayne dirait sans doute qu’ils ne sont pas plus fréquentables que Cee, mais Wayne aura le nez plongé dans son compte ou la main dans le pantalon, alors Wayne n’aura rien à dire.
Enfin bref… si je compte voir des potes faudrait peut être les trouver avant, et pour ça, faudrait peut être aller dans leur coin habituel, et pour ça faudrait se motiver à enfiler mon haut et bouger mon petit cul.
Allez à trois, je me redresse, je délaisse le barman pour qu’il retrouve ses esprits, et j’arrête de le faire chier ( c’est quand même un truc que je maitrise ça) et je me tire…
Un... Deux et….

Sauf que le trois ne viendra jamais. Et que visiblement, le gérant du Hairy Dog n’a pas vraiment l’intention de me laisser partir. Me faut au moins quelques secondes pour comprendre qu’il m’embrasse. Lui. Le moralisateur. Lui qui ne s’est pas gêner pour me dire que je n’étais absolument pas à son goût, et qu’il ne voulait ni de mon corps, ni de ma queue. Lui qui me rappelle constamment qu’il est un dangereux loup carnassier et que jamais, au grand jamais je ne devrai lui faire confiance. Lui qui me balance à tout va que la prostitution s’est mal et que je devrai arrêter que blablablabla…
Sauf que là… Il ne s’agit pas de faire ma pute. Il ne me donnera pas de tune après le baiser, et je ne lui en réclamerai pas… Ce n’est pas la catin qui l’a embrassée là… C’est moi.
J’y crois, non, j’ai besoin d’y croire. Et si jamais je venais à me tromper, si jamais… Lui aussi voulait juste profiter de ce que je vendais… Je partirai, et ce ne sera pas pour revenir.
Mon cœur s’accèlére brutalement alors que ses lèvres se pressent contre les miennes, ça n’a rien de doux, ça n’a rien de tendre, mais putain, au moins c’est passionné. Je ne comprends, je ne veux même pas chercher à comprendre, je sais juste que ses mains m’obligent à un baiser, que j’aurai de toute manière accepté.
Sait il au moins combien de fois j’ai pu y penser ? Combien de fois, en le regardant, je me suis vu le rejoindre pour lui proposer de jouer ? Et combien de fois j’ai repoussé l’idée, me répétant sans cesse que Wayne ne m’aurait pas vu moi, Danhiel… mais juste Doll ?

Je déglutie légèrement, alors qu’il se recule, son regard bien encré au miens. Mon cœur se refuse à se calmer, et mon esprit s’emballe à son tour sous la seule question qui me vient : Et maintenant ?
Mes doigts se portent sur mes lèvres, comme pour sentir encore l’essence de ce baiser… Oh putain, je vire à la folie, là.

- Tu… M’as embrassé…


C’est tout ce que je trouve à dire.
Youhou Danhiel, t’es vraiment observateur comme type, bravo ! Devient agent de sécurité ou détective, une grande carrière s’ouvre à toi.
Je secoue la tête, passant ma main dans mes cheveux encore trempés avant de me mordiller la lèvre avec insistance. A quoi il joue maintenant ?

- Je… Je ne joue pas… enfin je crois…


Je secoue la tête pour ressusciter mes neurones morts durant la décharge de plaisir qui m’a traversé durant cet échange, je veux me redresser pour partir… Mais en même temps… Je ne peux pas m’en aller maintenant… Pas sa savoir si il joue, pas sans savoir si il veut juste s’amuser avec Doll…
Alors au final lorsque je mordille de nouveau une lèvre, ce n’est plus la mienne, mais bien la sienne. Et si ça n’a pas la sauvagerie de son baiser, ça reste quand même bien plus qu’agréable.
Je me recule la seconde d’après, percutant finalement que ce n’est pas vraiment en lui sautant dessus que je vais sagement me calmer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   Ven 11 Mai - 23:05

« Pas de demi mesure, Danhiel » fit mine de le réprimander le lycan.

Il ne voulait pas brusquer le jeune homme et en même temps, quelque chose lui disait que c’était à lui de prendre les rennes. Wayne ne doutait pas que l’adolescent soit doué en la matière, puisqu’après tout, il avait fait du sexe une arme, un gagne pain, mais là c’était différent. Le loup-garou ne lui réclamait pas de prestation, ne lui demandait pas de jouer un rôle, il le voulait lui, tel qu’il était. Wayne voulait Danhiel et espérait que l’inverse soit vrai.
Il se faisait allumer constamment par le petit depuis qu’ils vivaient ensemble dans son appartement, mais il pouvait ne s’agir que d’un jeu. Ca avait été et ça restait l’une des craintes du barman qui ne voulait pas le brusquer ou lui forcer la main. Il ne voulait pas que l’humain se sente obligé de céder à ses avances, pour payer le gîte et le couvert, ou simplement parce que Wayne était plus costaud et risquait de le forcer à faire ce qu’il attendait de lui de toute manière.
Mais d’un autre côté, Wayne avait besoin de ce rapprochement, tant physique qu’intellectuel et émotionnel. Pour une fois, il voulait être totalement en phase avec le gamin : pas de faux semblant, pas de rancœur mal placée, pas de came et de peur. Pas de place pour el doute… Ils ne pouvaient pas se le permettre.

Wayne tenta une seconde approche après le baiser fébrile que lui avait offert Danhiel, rattrapant son visage entre ses mains qui paraissaient l’engloutir totalement. Il plaqua ses lèvres sur les siennes, espérant qu’effectivement, le garçon ne jouait pas et était sincère dans ses intentions.
Encore que de son côté, le lycan était loin de pouvoir garantir qu’il se rapprochait du garçon par amour ou quoi que ce soit du genre. C’était sans doute simplement le résultat d’une trop longue abstinence, une question d’hormones, ou peut-être juste l’envie d’aborder les problèmes de Danhiel sous un autre aspect… Allez savoir !
Il donna plus d’intensité à son baiser puis abandonna le visage de l’adolescent pour l’inciter à s’allonger sur le divan en appuyant sur sa poitrine, sans cesser de l’embrasser. Lorsqu’il décolla enfin ses lèvres des siennes, la tête détrempée de Dan reposait sur l’un des coussins usés. Il se tenait à quatre pattes au-dessus de lui, son visage à quelques centimètres du sien.

« On devrait en rester là... Si on commence à jouer à ce jeu, je ne serai peut-être pas capable d'en suivre les règles... Je ne serai peut-être plus capable de m'arrêter » chuchota-t-il, le souffle rendu un peu court par l’excitation et l’appréhension qui le partageait et le consumait.

Il avait envie de lui et en même temps, s’il s’attardait sur la pensée que le garçon n’était qu’un humain, vulnérable, à qui il pourrait rompre la nuque sans mal, sans même le faire exprès… S’il pensait à l’âge du garçon et à l’affection qu’il lui portait, toute paternelle selon lui jusqu’à présent… S’il pensait à la haine qu’il éprouvait pour tous ceux qui avait profité du jeune homme et qui…
Mieux valait arrêter de penser tout court. Spontanéité et plaisir étaient les mots d’ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   Sam 12 Mai - 1:12

A peine ses lèvres ont elles retrouvées les miennes que je réponds au nouveau baiser qu’il m’offre une fois encore. Une main sur son torse, l’autre s’égarant dans sa nuque. Je ne veux pas qu’il me repousse, comme je ne veux pas qu’il s’arrête ou qu’il rompt l’étreinte. Je ne veux pas non plus me prendre la tête avec des questions, mais elles finissent forcément par débouler, au moment même où il se redresse légèrement.
Pourquoi fait il ça ? Pourquoi m’embrasses t-il alors qu’il n’est même pas censé me trouver à son gout ? Une fois ça aurait put être une erreur de parcours, mais pourquoi recommencer alors ?
Et si il voulait une compensation… Si… il avait trouvée un moyen que je règle le paiement du loyer, la nourriture et le reste ? Si c’est ça qu’il voulait en échange…
Je ne ferme pas les yeux mais encre plutôt mon regard au sien. Ça serait logique en même temps. Ca serait retourné sur un terrain que je connais. On me saute et on me paie, du fric, des informations… pourquoi pas un le logement après tout. Ce n’est guère différent.
Ce qui voudrait dire que lui non plus n’est pas différent des autres. Tous les mêmes, y’a que la forme qui change, c’est tout, la forme, et les mots qu’ils balancent …

Non, non, NON. Wayne n’est pas comme ça, Wayne est DIFFERENT, Wayne doit être différent. Je le veux, je prie même pour ça, alors qu’il y a longtemps que je ne crois plus en rien.
Alors merde, putain, qu’on me laisse au moins ça. Je préfère entendre qu’il a juste besoin de se vider les couilles, plutôt qu’il me dise que je le paierai comme ça dorénavant.
Ouais… je préfère être à ses yeux une poupée gonflable, qu’une pute. Je me mordille nerveusement la lèvre alors qu’il reprend parole…

- On ne peut pas avoir de règle à ce jeu… et… tu n’auras pas à t’arrêter.


Putain… J’ai rêvé de ce moment. Depuis que je l’ai revu, depuis qu’il m’est tombé dessus alors que je quittais le district. Je ne sais même pas. Ça doit être purement physique, juste une envie comme ça, une envie qui faut assouvir pour passer à autre chose. Une fois que ça serait fait, je ne l’aurai plus en tête, et alors, nos disputes me toucherons moins, ses colères, ses regards, sa déception…
Je me raccroche à cette idée, alors même qu’une petite voix perfide me siffle à l’oreille que ça sera une nouvelle addiction.
Dès que je l’aurai gouté, j’en voudrai encore, et encore, et encore.

Ma main se pose sur sa joue et je reviens l’embrasser, avant de glisser mes lèvres dans sa nuque, mordillant sa peau, lapant sa chair jusqu'à remonter vers son oreille.
Ces gestes routiniers pourraient presque être vide de sens, tant j’ai l’habitude de les faire… Mais cette fois si. Ils ne sont pas dénués de sens. Ils ont une signification et ne sont pas fait par le désir d’une récompense sonnante et trébuchante mais bien par le désir tout court…

- Mais si tu veux le faire, c’est maintenant ou jamais.


Finis par murmurer juste au creux de son oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   Sam 12 Mai - 15:56

IL était en train de violer toute les petites règles de bonnes conduites qu’il s’était imposées jusqu’alors. Les choses se faisaient naturellement, juste comme ça, sur un genre de coup de tête. D’un côté, Wayne savait que c’était faux et qu’en réalité, il se muselait depuis un moment déjà, mais tout ça lui paraissait néanmoins bien étrange. Y a une petite heure, il partageait l’appartement de Danhiel, plus préoccupé par la façon dont il allait le contraindre à se sevrer que par la saveur de sa peau, de ses lèvres. Il y a une heure environ, il s’était mis en tête de faire ses comptes, prêt à passer une soirée pépère à l’étage en s’enfilant une bière, peut-être deux, avant de dévorer une pizza ou quelque chose de gras en compagnie du môme. Il lui aurait proposé de lui apprendre à jouer au poker et puis chacun aurait regagné sa couche jusqu’au lendemain. Une petite soirée routinière en somme, sans se prendre la tête, entre mecs qui se respectaient et pourraient devenir amis…
Et à présent, il avait couché le petit sur le sofa, brûlant d’un désir irrépressible de le posséder, de le pénétrer, de l’entendre jouir jusqu’au petit matin. C’était un changement radical et le barman n’arrivait pas vraiment à définir à quel moment précis les choses avaient basculées. Etait-ce lorsqu’il avait tenté d’imaginer Danhiel dans la baignoire ? Ca n’était pas la première fois qu’il se lavait, Dieu merci, alors pourquoi MAINTENANT ? Mais c’était encore se poser beaucoup trop de questions.

De l’action bordel, donne-moi de l’action ! Donne-moi tes lèvres, Dany…

Il fallait qu’il s’arrête, c’était plus prudent, c’était la chose à faire. D’abord parce qu’il était lycanthrope et pouvait se laisser un peu trop aller au plaisir, ce qui pourrait entrainer une transformation s’il n’était pas prudent. Ensuite parce que ça leur éviterait d’avoir à se regarder par la suite dans le blanc des yeux en se demandant l’un l’autre comment ils avaient pu laisser les choses dégénérer à ce point !
Pour Wayne à cet instant, malgré le désir qui le consumait, cette expérience unique et transcendante serait sans lendemain. Ils allaient laisser libre court à leur pulsion, se laisser dominer l’espace de quelques heures par leur instinct, puis tout redeviendrait normal. Aussi normal que pouvait l’être leur relation parfois tendue… Sauf que même s’ils s’arrêtaient maintenant, il y aurait toujours cette gêne entre eux. Peut-être pas de la gêne mais en tout cas, ce désir inassouvi qui les rendrait dingue.
Et Danhiel finirait par partir. Cette possibilité était inenvisageable pour le loup-garou. Danhiel devait rester. Danhiel devait lui appartenir corps et âme. Il ne pouvait pas en être autrement.

Il préféra répondre à la remarque du garçon étendu sous lui par un nouveau baiser fiévreux, alors que ses mains courraient sur le torse du garçon. Il chercha à atteindre son pantalon à peine renfilé après son bain d’une main, pendant que l’autre glissait sur les tatouages du gosse et que sa bouche s’aventurait à présent sur la gorge offerte et pâle de Dan. Il explora sa peau de sa langue experte, le goutant, s’imprégnant de son odeur. Il en était à s’attarder sur l’un de ses tétons lorsque l’attache du jean céda enfin. Les mains du gamin s’étaient déjà glissées dans son propre jean qu’il portait comme à son habitude sans sous-vêtement.
Wayne embrassa les lèvres de Danhiel avant de se redresser un peu pour le débarrasser totalement de son jean.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   Dim 13 Mai - 14:49

Mon souffle vacille, et le fondement de mes questions s’écroule. A quoi bon se torturer sur le pourquoi du comment ? A quoi se prendre la tête avec ce qui se passera après ? Et surtout, à quoi bon se demander quelles sont les motivations du Lycan ? Il est là, juste en train de faire ce que je me suis tant de fois imaginé. Il est là, au dessus de moi et ses lèvres s’égarent dans ma nuque. Je rejette légèrement la tête en arrière pour lui laisser plus de peau à déguster, alors que mes mains se perdent sur son ventre puis son bas ventre, s’enfonçant dans son jean pour y trouver sa virilité déjà bien enflammé.
Savoir que je suis l’origine de ce feu qui se consume me procure une sensation presque perfide de satisfaction. En ces secondes, je suis tout ce qu’il désire, tout ce qu’il lui faut, la seule chose qui puisse le combler. Et putain, ça fait du bien.
Mes doigts finissent par se refermer sur son membre et commencer un léger va et vient alors que ma seconde défait le bouton de son jean.
Ce n’est pourtant pas la première fois que je couche avec quelqu’un, non pas pour de l’argent, mais bien par envie, mais là… Chacun de ses gestes m’élèctrisent comme jamais. Ses caresses, ses baisers, me brulent de l’intérieur pour irradier jusqu'à mon âme. Et quand il s’attaque à l’un de mes tétons, un premier soupir de plaisir m’échappe. Je me mords la lèvre inférieure pour en retenir d’autre, mon cœur s’affolant dans ma poitrine.

Alors qu’il se redresse pour me retirer mon bas, j’en profite pour me glisser sournoisement jusqu'à son entrejambe, baissant tout en même temps son pantalon. C’est sans trop de mal que je le fais asseoir alors que je souffle doucement sur sa virilité, rien que pour le provoquer d’avantage, la seconde d’après, quelques coups de langue habillent se mêlent à la partie. Je retourne sur le sol, m’y agenouille et glisse ma tête entre ses cuisses pour finalement venir le prendre en bouche.
Je ne veux pas que lui faire du bien. Je veux qu’il s’oublie totalement durant ces instants. Qu’il en perde ses mots, qu’il se perde lui même, jusqu'à ne plus savoir comment il s’appelle. Je ne veux entendre que mon nom sortir de sa bouche, et surtout, je veux le voir grogner, gémir du plaisir que je lui donnerai… Et pour ça, j’use de tous mes talents.

Si ma clientèle me choisit au début pour ma gueule, elle revient me voir juste parce qu’elle sait ce dont je suis capable. Y’a pas grand chose que je sais faire, mais ça, je gère et je dirai même que j’y excelle, ce qui pour une fois me rempli de fierté alors que je le sens se gonfler sous le désir.
Une de mes mains s’attarder en même temps que ma bouche sur son membre, l’autre explore, et découvre les contours de son corps, cherchant avec avidité ses endroits sensibles, les points qui le feront frissonner d’un plaisir vif et accru.
J’aime ça. C’est toujours lui qui domine en temps normal, c’est lui qui ordonne, lui qui à le dernier mot, lui qui peut me ridiculiser à son bar en me donnant des boissons ridicules, lui à qui je dois obéir, mais là, là c’est moi qui est le pouvoir, pour la simple et conne raison que j’ai sa queue dans ma bouche. Je suis libre d’accélèrer la cadence pour le faire grogner, libre de la ralentir pour qu’il en vienne à demander plus, libre d’arrêter et juste de le taquiner de ma langue pour qu’il en vienne presque à quémander d’avantage.
Et putain, c’est jouissif.

Je pourrai bien évidemment en profiter, mais là, maintenant, la seule chose dont j’ai envie, c’est juste le rendre accro. Qu’il comprenne ce qu’est avoir une addiction.
Je veux être dans toutes ses pensées, je veux qu’il s’imagine des moments comme celui, jusqu'à ce que le manque se fasse sentir et qu’il revienne exiger sa drogue, que je lui donnerai sans même hésiter une seule seconde.
Parce qu’au final, tout ce que je veux, c’est lui appartenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   Dim 13 Mai - 17:24

Petit con, avec sa grande gueule et sa grosse queue… Il avait parfaitement conscience de l’état dans lequel il le mettait et son air pas peu fier le lui prouvait mais ne l’agaçait pas autant que d’habitude. En temps normal, quand il le voyait arborer ce genre d’expression, annonciatrice d’un coup en douce, il s’arrangeait pour émietter sournoisement l’égo du petit en lui servant une menthe à l’eau ou ce genre de connerie, mais cette fois, il n’était pas mécontent de voir ce sourire mutin apparaitre sur les traits fin de Danhiel.
Il n’avait pas envie de dominer l’adolescence, d’étaler sa science et sa prétendu sagesse, il voulait se laisser porter, guider par le garçon qui savait clairement ce qu’il faisait et maitrisait la situation. S’attarder à penser qu’en fin de compte, être un expert en matière de sexe parce qu’il était contraint de se prostituer ne ferait que casser la magie du moment et Wayne préféra chasser ce genre d’idée. Il voulait que Danhiel le possède, il voulait qu’ils fusionnent, peu importait que le garçon le fasse professionnellement ou pas au fond. Et puis lui aussi avait de l’expérience après tout… Mieux valait se contenter de profiter de celle du garçon.
Le barman se laissa donc totalement faire et ne le regretta pas, se laissant littéralement mener par le bout de la queue par le mioche à genou devant lui. Dans un premier temps, le gérant du Hairy Dog se laissa aller contre le dossier de son sofa, étalant ses bras de chaque côté de celui-ci en rejetant la tête en arrière. Les yeux clos pour donner plus d’intensité aux mouvements de va et vient de la bouche de Dan sur son sexe en érection, sentir uniquement avec son sens du toucher, sa langue le caresser…
Putain de petit con !
…il profitait de chaque seconde avec fébrilité. Les battements de son cœur s’accéléraient pendant que l’air paressait se raréfier et l’obligeait à inspirer plus profondément pour faire pénétrer l’oxygène dans son organisme. S’en était presque douloureux en fait. Sa poitrine se soulevait à intervalles irrégulier alors que le souffle lui manquait un peu et se saccadait. Sans vraiment s’en rendre compte, alors que le petit continuait de travailler activement sur son dard comme une gentille petite abeille butineuse, il laissa échapper un petit gémissement, entre le plaisir et la souffrance.
Il avait l’impression d’être torturer. Une torture sournoisement douce. C’était assurément addictif et plus il en demandait, moins le petit lui en donnait, lui faisant même parfois laisser penser qu’il allait en rester là, qu’il avait terminé avant même d’avoir commencé. C’était insupportable. C’était divin.
Plein d’appréhensions, Wayne décida rapidement qu’il était hors de question que Danhiel s’arrête un jour. Il devait continuer de le supplicier jusqu’à ce que mort s’en suive... Le barman referma soudain sa main droite sur l’une des mèches détrempées du gamin, et tira un peu dessus en guise d’avertissement.

« Arrête ça… et j’te scalpe » marmonna-t-il d’une voix à peine audible, hachée de plaisir, un sourire dansant pourtant sur le bas de son visage.

Il rejeta à nouveau la tête en arrière, tenant toujours le gosse par les cheveux pour être capable de l’empêcher de fuir avant l’heure, et ses paupières s’abaissèrent à nouveau. Les secondes s’écoulèrent, hors du temps, pouvant finalement être des heures, et à chacune d’elle, les mouvements du garçon s’accéléraient, se faisant plus poussés et intenses. Ils y venaient, ils y venaient bordel de merde.
Wayne avait l’impression d’être en feu. Sa température corporelle venaient de grimper d’au moins un degré, si ce n’était plus et il savait que dans très peu de temps, il allait être fixé sur une question qui le taraudait depuis un petit moment…
Est-ce que Danhiel avalait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   Dim 13 Mai - 18:13

Mes yeux s’encrent aux siens, l’espace de quelques secondes alors qu’il me « menace ». Je sais qu’il aime, je sais qu’il prend son pied, j’ose même dire comme jamais, et putain, je ne pourrai pas me sentir plus fier. Mon sourire se fait presque malicieux alors que je lape le bout de son membre en guise de réponse.
Bien sur que non, je n’arrêterai pas, je n’en avais pas l’intention de toute façon, la seule chose que je voulais, c’était bien qu’il me fasse comprendre qu’il ne voulait pas que je me stoppe.
Je lui avait jeté quelques regards avant, pour voir son plaisir, plutôt que de le ressentir, et putain qu’il était sexe ainsi calé dans le canapé, nu, en proie à un plaisir aussi douloureux que jouissif.
Cette putain d’image là, je ne risque pas de l’oublier, mieux encore, je ne veux pas l’oublier. Il n’est pas un client. Il n’est pas un coup que je voudrai oublier en me camant, il n’est pas un de ses pervers qui me file la nausée chaque fois que je peux y penser.
Non, il est Wayne, et rien que ça putain, suffit à me filer la trique.

Lorsque je le sens sur le point de venir, mes mouvements se font plus rapides, et plus poussés. Je joue légèrement de ma langue avant de le garder bien en bouche, même lorsque je sais qu’il ne tiendra plus très longtemps. En temps normal, je m’arrête pratiquement la, j’avale jamais, ou si peu, mais là putain, je le ferai. Par seulement pour lui, mais aussi parce que j’en ai envie.
Ses doigts dans mes cheveux se crispent alors que son corps entier se tend, c’est sans même me poser la moindre question, sans aucune hésitation que j’avale à chaque spasme, me reculant lorsque sa main relâche son étreinte. Je souris amusé, provoquant, passant ma langue sur mes lèvres avant de claquer très légèrement contre mon palai. C’est presque moi qui pourrai en redemander.

- Hmm…


Je pourrai presque rire.
Je finis par me redresser, passant ma langue sur son bas ventre, puis son ventre, remontant sur son torse, laissant au passage quelques légers coups de dent. Sa chair est brûlante, bien plus que d’habitude et sa température n’a rien d’humaine. Je me cale tout contre lui, et lape doucement sa nuque, avant de revenir vers ses lèvres sans pour autant l’embrasser. Je peux sentir son souffle saccadé, et les battements –très- rapidement de son cœur. Vous ne pouvez pas savoir l’effet que ça me fait, lorsque je pense que je suis bien le seul responsable de son état. C’est juste… Parfait et ça passera au stade divin, le jour où il me demandera de recommencer, encore et encore et encore.
Mes doigts s’égarent sur tout son corps, recherchant toujours ses points faibles que je pourrai m’amuser à taquiner lorsque j’aurai envie de le faire chier. Quelques minutes passent ainsi, avant que je ne me redresse… C’est pas tout, mais ça m’a donné soif. Je ne le lâche pas vraiment du regard alors que je pars vers la cuisine pour prendre une des bouteilles de lait que je ne tarde pas à ouvrir pour boire à même le goulot. Wayne est vraiment, vraiment trop sex putain…
Le plaisir lui va si bien.

J’imagine alors bien autre chose que la pipe que je viens de lui tailler… Je l’imagine me prendre sur le canapé, ou même contre le meuble auquel je m’adosse actuellement. J’imagine ses coups de rein, ses coups de bassin, la sensation de le savoir en moi…
Je tousse légèrement, alors que le lait coule de mon menton sur ma nuque puis mon torse. Merde, ça m’apprendra à me perdre dans mes fantasmes alors que je viens juste d’en vivre un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   Lun 14 Mai - 18:01

Un sourire ravi flottait sur le visage radieux de Wayne qui avait l’impression curieuse d’avoir rajeuni de dix ans en l’espace de quelques instants. Il se sentait en pleine forme, avait conscience de chaque parcelle de son corps, de tous ses muscles et durant un moment, Danhiel avait été une prolongation du plus précieux d’entre eux, ou presque. Wayne retenait un éclat de rire entre l’étonnement et le plaisir. L’expression du visage du gosse avait été si… Bordel ce petit con le surprendrait toujours !
Son souffle retrouvé, Wayne se redressa du sofa, jetant un regard amusé sur ses comptes qu’il allait devoir remettre à plus tard du coup. Mais à quand ? Quelque chose lui disait qu’ils n’en avaient pas encore terminé ici et qu’après les prolongations (pitié, faites que Dan ne s’amuse pas à le torturer en se refusant à lui !) la dernière chose que le barman aurait envie de faire, c’était de s’installer face à des séries de chiffres à additionner…

Le gérant du Hairy Dog se dirigea d’un pas nonchalant vers la cuisine, relevant son jean sans prendre la peine de le refermer pour autant. De toute façon, il aurait eu un peu de mal. Il observa un moment Danhiel pendant que celui-ci buvait son lait à même le carton, finissant par s’étouffer avec et en laissant couler sur son corps. Wayne attira son attention dans un éclat de rire attendrie, puis s’approcha, attrapa à nouveau les joues du gamin entre ses grande paluches et vint embrasser ses joues. Il lécha son menton dans un nouvel éclat de rire puis secoua doucement la tête.

« Je déteste le lait » lâcha-t-il en se remettant néanmoins à la tâche, s’employant à rattraper chacune des gouttes qui avait dégouliné sur la peau de Danhiel.

Il explora son torse de ses lèvres, tandis qu’une de ses mains avait glissé sur la joue du garçon pour rejoindre sa nuque, et que l’autre recommençait à effleurer tous les tatouages l’habillait. Sans discontinuer, Wayne avait finit par faire reculer l’adolescent jusqu’au frigo et il abandonna sa nuque qu’il caressait pour plaquer sa main sur la surface métallique et glacée. Le gosse déposa le carton de lait sur le meuble pour avoir les mains libres, même s’il ne les utilisait pas beaucoup, le laissant faire pour le moment, ou jouant les inaccessibles indifférents, comment savoir ce qui se tramait dans le crâne de ce p(tit chieur.
Le lycan ne releva la tête qu’une fois sa mission accomplie avec brio et, lorsque son regard croisa de nouveau celui du gamin, il se remit à sourire. Gardant sa main sur le réfrigérateur, s’y appuyant négligemment, il essuya ses lèvres du dos de sa main avant de la porter à la bouche de Dan pour y laisser glisser son pouce.

« Tu donnes une saveur nouvelle à tout c’que tu touches apparemment » minauda-t-il avant de se redresser pour coller son torse à celui du môme.

Il l’embrassa à nouveau et, lorsque le petit tenta de lui rendre son baiser, écarta son visage du sien, l’obligeant à venir les recapturer lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   Lun 14 Mai - 20:25

Je ne veux plus qu'il s'arrête. Dés que ses lèvres se posent sur mon torse, et que je peux sentir sa langue glisser sur ma chair pour recueillir les gouttelettes de lait, je voudrai pouvoir mettre l'instant sur pause. Que sa bouche consume ma peau comme à cette seconde, que je le sente tout à sa tâche, tout à moi pour l'éternité.
Mon cœur s'emballe légèrement alors que mes doigts se crispent sur la brique de lait, que je tiens toujours. Sans même m'en rendre compte, bien trop accaparer à ressentir le moindre de ses gestes, je me retrouve dos contre le frigo. Le métal glacée me tire un long frisson qui  se termine par un soupir de bien être.
Je ne veux pas qu'il s'arrête, mais c'est pourtant ce qu'il finit par faire, une moue boudeuse passe sur mes lèvres, juste avant que son pouce ne vienne flirter avec. Je suis à deux doigt de reprendre la bouteille de lait, posée non loin, pour m'en asperger le corps afin qu'il recommence sa douce torture encore et encore.

Je me tâte, j'hésite et au final j'oublie, à la seconde même où il vient m'embrasser. Baiser si fugace que je ne peux que rester sur ma faim... Il s'amuse, je le sais, c'est visible, il ne le cache même pas. Je claque ma langue de mécontentement sur mon palais et reviens prendre possession de ses lèvres, avec envie, avec impatience.
La seconde d'après, mes doigts s'égarent sur ses points sensibles tout juste découvert et ma langue passe dans sa nuque, remontant vers son lobe que je mordille doucement. 

Wayne Ma voix n'est qu'un gémissement, presque supplique, que je sais sensuel. Wayne... Tu... Peux pas t'arrêter comme ça... Mon bassin se colle au sien, comme une légère provocation à demi voilée S'il... S'il te plaît...

Et histoire d'être bien convaincant, l'une de mes mains descend de son torse, jusqu'à son pantalon encore ouvert pour venir se saisir de sa virilité.
Je me mordille la lèvre, relevant mes yeux azurs vers lui, alors que je rougi légèrement. Putain, avec lui, j'ai presque l'impression d'être un ado pré pubère encore puceau. Ce qui est machinale avec les autres, mécanique avec les clients, est juste magique avec lui... 
Il est mille et un fantasmes à lui tout seul.
Je ne sais pas ce qu'il adviendra après, mais je sais que ça ne peut pas être la fin de ce jeu si délectable. Pas déjà, pas alors qu'il vient tout juste de commencer et qu'on en découvre que seulement le plaisir. 

Mes lèvres remontent vers les siennes que je saisis rapidement, ne me lassant pas de leur goût... Mes bras passent autour de son cou, et mes jambes se soulèvent pour s'enrouler autour de sa taille... Je ne pèse rien pour lui, que dalle, alors j'en profite. 
Je veux plus, encore, toujours. Je suis insatiable de son corps, de sa chair, je le veux lui, et pas un autre, alors qu'il en profite. Putain, ce n'est pas tous les jours que je me veux enchaîné à un homme non pas pour le fric, mais bien par l'envie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   Mar 15 Mai - 15:16

Wayne s’oubliait parfois, laissant échapper des grognements de plaisir bestiaux tandis que les lèvres de Doll étaient au travail. Une part de lui s’agaçait qu’il soit si doué et savait exactement pourquoi et comment, mais il préférait se laisser submerger par le plaisir que lui provoquaient les caresses et coups de langue du gamin. Il savait à quoi s’attendre depuis qu’ils avaient commencé à jouer, non ? Le barman n’avait aucune raison de se plaindre de l’agilité du gamin alors autant ne pas se prendre la tête et simplement savourer le moment, le savourer lui et se laisser déguster… C’était ce qu’il y avait de mieux à faire.
Danhiel savait où le titiller. Il savait quoi dire, sur quel ton et quelle expression faire apparaitre sur son visage angélique pour le faire. Il apprenait très vite. C’était une facette de sa personnalité que le lycanthrope n’avait pas encore vraiment eu l’occasion d’explorer. Il le savait malin sur certains aspects, plutôt débrouillard, même s’il jouait encore les attardés quand ça l’arrangeait et pouvait être immature, mais à présent, il se demandait s’il ne s’était pas fait avoir une ou deux fois… Danhiel savait berner son monde, il le prouvait en minaudant face à lui, en suppliant. Il jouait les faibles, les garçons vulnérables et dépendant et le faisait bien. Ce petit con flattait son égo et c’était tellement naturel que Wayne se laissait prendre.

A présent, le corps nu de l’adolescent était enroulé autour du sien, ce qui amusait le barman autant que ça pouvait l’exciter. Se laissant dévorer le bas du visage de baisers, il le porta jusqu’au plan de travail de la cuisine et le nettoya dans des gestes précipités d’aveugle. Une fois la place nette, sans vraiment avoir utilisé ses yeux pour le savoir et s’étant contenté d’y aller en tâtonnant, il installa le môme sur le meuble et lui rendit ses baisers voraces avec passion. Des grognements continuaient de s’échapper de ses lèvres en action à intervalles réguliers alors que Danhiel, lui, ponctuait leurs échanges par de petits halètements et autres gémissements lascifs. Et plus il geignait entre ses bras, plus Wayne sentait son membre viril durcir et son excitation grandir. Ce petit merdeux aurait pu le faire jouir rien qu’avec le son de sa voix… Mais en plus de ça, il avait des mains.
Ca n’était pas aussi intense qu’une patie de jambe en l’air avec un loup-garou (bon Dieu Cantara avait bien failli le tuer une ou deux fois rien qu’en utilisant sa langue…et d’autres fois plus littéralement en utilisant ses griffes) mais c’était certainement sa relation lycan/humain la plus forte et décadente. Et surtout, c’était sa première fois avec un humain de type masculin.
Il s’était déjà fait un lycanthrope mâle la nuit de ses vingt et un ans. Un dénommé Felton qui était con comme ses pieds, beau comme un Dieu et aussi fou qu’un Chapelier... Ca avait été excitant, mais c’était surtout l’interdit, l’impression de fauté qui les avait excités l’un comme l’autre. Là c’était différent. Il y avait quelque chose en plus. Wayne n’avait pas vraiment l’impression de faire quelque chose de franchement mal, même si une voix lui rappelait parfois qu’il était mineur, humain, brisé. Mais il parvenait à la contrer en lui disant qu’il savait ce qu’il faisait, qu’il était sincère dans sa démarche, ne lui voulait aucun mal, surtout pas. Il voulait lui faire du bien et il voulait que Danhiel lui fasse du bien. Toutes les ondes étaient positives alors pourquoi se torturer en se restreignant ? C’aurait été stupide…

Après quelques baisers furieux échangés sur le comptoir, Wayne décida qu’il en voulait plus. Il connaissait bien évidemment un moyen de faire encore plus de bien au garçon et de se procurer un peu plus de plaisir. Mais ils n’y parviendraient pas en restant face à face de cette manière…
Sans le prévenir, Wayne repoussa encore un peu le gamin sur le comptoir avant d’y grimper lui-même d’une impulsion. Prenant les choses en main, un sourire dansant sur ses lèvres, il testa la souplesse du môme. Il releva ses jambes sur ses épaules, y calant ses genoux et l’obligeant à soulever son bassin en se couchant sur lui. S’appuyant sur la table centrale où il l’avait allongé, il l’embrassa en se frottant à lui, cherchant le point d’entré mais laissant quelques secondes au gamin pour changer d’avis…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   Lun 11 Juin - 13:42

Je veux.
Je crois que jamais encore je n’avais voulu à ce point. Je veux. Je le veux lui, je veux le plaisir qu’il m’offre, je veux ses grognements de désir, je veux ses coups de bassin qui ne sauraient tarder, je veux le sentir sur moi, en moi. C’est tout. Je veux tout ça, mais en même temps rien de plus. Il me comble. En ses secondes, alors qu’il balance tout ce qui se trouve sur la table de travail (et que je me refuse à penser que c’est moi qui vais encore devoir tout ranger) il me comble totalement.
Je sais ce qui va suivre, et putain de merde, ça fait du bien.
Je réponds à chacun de ses baisers, fiévreux, mes mains parcourant tout son torse, glissant parfois un peu plus bas pour venir taquiner son entrejambe déjà bien dur… Savoir que je lui fais cet effet me plait d’avantage à chaque instant.
Je gémis, je soupir, je succombe à cette envie de plus en plus violente.

Je me cambre légèrement avant qu’il ne se décide enfin. Il monte sur le comptoir et me plie presque, souple, je n’ai pas de mal à tenir à la positon qu’il m’impose, parce que même là, il se veut dominant. Je m’en fou, je m’en moque, pour une fois ça me tire même un sourire alors que je sens son membre si proche de mon intimité. Il attend…
Je sais ce qu’il veut, je sais ce qu’il attends. Mon consentement. Pourquoi doute t-il encore merde ?! Je crève d’envie et lui prends le temps de patienter…
Pourquoi putain ? Est ce qu’il a vraiment besoin de ça pour se déculpabiliser ? On en a rien à battre que je sois mineur, rien à foutre que je sois jeune, et encore rien à battre qu’il me juge affaiblie, putain WAYNE JE TE VEUX. Y’a rien à dire de plus, rien à comprendre…
Je me mords la lèvre pour ne pas simplement le supplier, je me contente juste de gémir d’impatience, rouvrant les yeux pour encrer mon regard au sien.
Le souffle légèrement vacillant, tremblant presque, je finis cependant par céder.

- Wayneee…

Si avec ça il ne comprends pas. Ma voix est plus entre coupée par le supplice que je ne le voudrai, mais ça ne peut pas être plus criant de vérité.
Et putain, quand il se décide enfin c’est une vague intense qui prend possession de tout mon corps jusqu'à mon âme. Je cris presque sous ce plaisir, pas joué pour le coup, et referme les yeux pour me laisser submergé. Encore heureux que le bar soit vide, parce qu’au m’entendrai gémir sans retenu.
Y’a pas à dire putain, je préfère qu’on me fasse l’amour plutôt qu’on me baise, et je préfère Wayne à n’importe lequel de mes clients.
Je reviens prendre possession de ses lèvres, pour un baiser rendu maladroit par toutes les sensations qui me parcourent.

Je ne veux pas qu’il s’arrête putain. Quoiqu’il arrive et surtout quoiqu’il se passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   Lun 11 Juin - 19:03

Il ne pouvait pas ignorer l’impatience dont faisait preuve l’adolescent sous lui, mais voulait tout de même obtenir son consentement. Pour se différencier des clients du gamin et ne pas avoir l’impression d’abuser de lui ? Pour se déculpabiliser pour des raisons similaires et par rapport à sa mère ? Ou simplement pour le faire un peu rager et tester son envie…
Un large sourire réjoui apparut sur le bas de son visage lorsqu’il entendit Dan soupirer son nom avec fébrilité et impatience. La dernière fois qu’on avait prononcé son nom de cette manière lui paraissait horriblement lointaine. En réalité, Wayne n’arrivait pas à vraiment se souvenir d’une seule fois où il avait été autant désiré. Parce qu’il était évident qu’à cet instant, l’adolescent aurait été prêt à n’importe quoi pour qu’il aille jusqu’au bout, pour qu’il réponde à ses appels désespérés. Wayne se sentait tout puissant, la sensation était grisante et son excitation était encore montée d’un cran. C’était exactement de cela qu’il avait besoin après ces dernières semaines de tensions. Il fallait qu’il évacue le stress accumulé et le lycan comptait aussi en profiter pour régler plus ou moins ses comptes avec Danhiel qui lui en avait fait voir des vertes et des pas mûres depuis qu’il était entré dans sa vie...

Jugeant que la torture qu’il infligeait au gamin (et à lui-même, il fallait bien l’avouer) avait largement assez duré, Wayne le pénétra enfin. La position n’était pas forcément des plus confortables pour l’adolescent sans doute, mais il ne l’entendit pas s’en plaindre et le pensait de toute manière assez souple pour l’endurer. De toute façon, le jeu en valait la chandelle, non ?
Le lycanthrope y alla carrément, se laissant submerger par le désir qu’il éprouvait et le semblant de rancœur qui refaisait surface insidieusement. Renforçant son appuie sur la table sous eux, il donna autant d’impact que possible à ses coups de reins, savourant la violence des contacts et les sursauts forcés de Danhiel qui devait subir ses assauts. La violence de leurs ébats ne paraissait pas le déranger, que du contraire. Wayne se laissa embrasser maladroitement par le garçon, sans pour autant chercher à les lui rendre. Il appréciait mais était trop excité, trop concentré sur ses allers-retours maitrisés pour se laisser distraire aussi facilement.
Et puis ce petit côté négligeant frustrait le petit et l’incitait à venir le chercher…

Wayne ne voulait cela dit pas qu’il pense qu’il était simplement la pour le fourrer et après un petit moment, il ralentit un peu ses mouvements et tenta de capturer les lèvres du garçon à chaque coup de reins. Son sourire n’avait toujours pas disparu et son regard rieur semblait dévorer le corps mince de l’adolescent avec autant d’ardeur que sa bouche qui s’activait.
Mais après un moment, incapable de s’en tenir à cette allure si peu satisfaisante pour son excitation à son paroxysme, le loup-garou reprit son ancien rythme, accélérant même encore un peu, jusqu’à entendre les gémissements de plaisir autant que de tourment du gamin qui encaissait royalement. Lui-même se laissa alors aller et accompagna les complaintes du garçon à grands renforts de soupirs de plaisir et d'exclamations lascives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 239
Crédits : Rokku
Groupe : Humain

MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   Lun 11 Juin - 19:43

C’était plus qu’une délivrance, c’était une jouissance en soit. Chacun de ses coups de bassin, aussi violent soit il, trouvait un écho dans tout mon être. Je me moquais bien de savoir que demain j’aurai sans doute un ou deux bleus à rajouter à la panoplie, rien à foutre de sentir une vague de douleur lancinante se répercuter dans mes muscles… Non rien à foutre.
La douleur, venant de lui, je peux aisément la supporter et mieux encore je l’accepte totalement. ça me fait chier de l’admettre, mais qu’importe, pour le moment la seule chose qu’il compte, c’est de savoir que le plaisir qui me brûle le corps, c’est lui qui me l’impose…
Le rythme qu’il m’impose est le même que mes clients, mais putain, pas une seule seconde il me viendrait à l’esprit de lui réclamer des tunes après. Je le voulais, j’ose espérer autant qu’il me désirait.
Je gémis de plus belle, me cambre tant bien que mal, cherche ses lèvres pour ensuite rejeter la tête en arrière… Je me laisse aller, refusant de penser au demain, au reste, me concentrant sur ses coups de rein, son putain de sourire qui me fait perdre la tête.

Le rythme change et un sourire perce finalement sur mes lèvres, je sais pertinemment pourquoi il change la cadence, il ne veut pas que je le prenne pour un chien enragé, ou pire encore, pour un client, pour Cee. Il ne veut pas que je me pense comme une pute, et putain… ça fait du bien, c’est lui qui domine, lui qui a le contrôle, mais c’est moi qui est le pouvoir.
Souffle court, vacillant, je referme les yeux une nouvelle fois, savourant les baisers qu’il m’offre avant que sa nature ne reprenne le dessus et qu’il ne reprenne ses mouvements rapides. Je griffe légèrement son bras sous un élan de plaisir presque douloureux.
Son prénom m’échappe une fois encore alors que je me sens venir, et une nouvelle fois lorsqu’il vient en moi.

Revenant à une position plus normale, j’allonge mes jambes sur le comptoir, respiration vacillante. Mon cœur bat à tout rompre dans ma poitrine, et mon corps irradie d’une chaleur agréable… Malgré moi, malgré tous les airs que je voudrai me donner et tous les genres de petits caïds qui en font chier plus d’un… c’est contre lui que je viens me serrer, relevant mes yeux clairs vers lui pour l’observer.
Je finis par poser mes doigts sur ses lèvres puis les caresser doucement, un léger sourire à croquer sur les lèvres. Putain… Wayne est décidément trop sexe…
Et moi trop con. Je dois ressembler à une pétasse accro à me comporter comme ça… Putain Danhiel, c’est pas le moment de t’extasier sur ses traits si séduisants, si… TA GUEULE… recommences pas…

Je secoue la tête pour moi même, et me serre d’avantage contre lui, disparaissant presque contre son torse. Je referme les yeux, caressant doucement sa peau du bout des doigts. En temps normal, si c’était un client, il me foutrait dehors… Cee lui essayerait de glaner quelques minutes supplémentaires pour me garder dans ses bras… Mais vu que ce n’est pas un client, ni un de mes amis avec qui je baise juste comme ça… Je ne sais pas vraiment ce qui va se passer. Là, maintenant tout de suite, je veux juste rester là, à sentir sa chair contre la mienne, son souffle contre ma peau, son cœur battant à vive allure contre sa poitrine.
Je suis bien là, et putain… je ne veux plus penser à rien d’autre que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 134
Groupe : LYCANTHROPE
Immatriculation : LG00WG17072005D7

MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   Sam 16 Juin - 16:33

Encore un peu essoufflé, Wayne ne quittait plus des yeux l’adolescent toujours étendu sous lui, contre lui. Il le laissa caresser ses lèvres étirer dans un sourire satisfait du bout de ses doigts fins, se concentrant sur les battements de son cœur qu’il percevait sans peine. Son sourire s’étira encore lorsque Danhiel vint trouver refuge contre sa poitrine, l’attirant contre lui, se cramponnant presque, comme s’il avait peur de le voir lui échapper. Mais l’humain pouvait se rassurer, il n’était attendu nulle part et n’aurait bougé de là pour rien au monde.
Il se sentait enfin totalement détendu pour la première fois depuis longtemps et tous ses soucis lui laissaient un peu de répit et l’esprit tranquille. Nan, c’était le mioche qui l’apaisait… Lui qui habituellement était la source de tous ses tracas et lui menait la vie dure avec ses sorties, ses dépendance et son caractère de merdeux d’adolescent.
Wayne demeura immobile encore un petit moment, s’abandonnant au plaisir simpliste de sentir la chaleur d’un autre corps contre le sien, savourant le contact presque désespéré de Danhiel, accroché à son corps comme si sa survie en dépendait. Mais finalement, il fit mine de se redresser. Evidemment en réponse, l’adolescent resserra sa prise, mais le lycan l’incita à le lâcher d’un baiser rassurant, passant une main dans ses cheveux en désordre et encore un peu mouillé.
DE toute façon, que Dan se rassure : il avait prévu de l’emporter avec lui.

Descendant du plan de travail central de son loft, Wayne incita le garçon à en faire autant en l’attirant jusqu’au bord. Il s’inséra dans l’écart formé par ses jambes qui pendaient dans le vide et attrapa son visage juvénile entre ses mains pour le couvrir de baisers tantôt tendres, tantôt mordants. Il finit par descendre pour venir couvrir son cou de baiser puis titiller ses tétons durcis par l’excitation. Pendant ce temps, ces mains couraient sur son corps et commençaient à se perdre sur ses cuisses, se rapprochant toujours plus de son entrejambe offerte.
Il prolongea ses baisers en refermant l’une de ses mains sur son sexe en érection et travailla encore un peu plus Danhiel au corps, souriant à pleine dents qu’il refermait par moment sur son corps pâle.
Au moment où l’adolescent commença à vraiment se laisser aller, poussant quelques gémissements excités Wayne lâcha prise.

Adressant un sourire sournois au gamin, il recula de quelques pas, se mettant hors de sa portée. Il le jaugea dans toute sa nudité et haussa les sourcils d’un air aguicheur en croisant le regard un peu déstabilisé de Danhiel qui venait de rouvrir ses yeux clairs et le questionnait muettement sur ce revirement de situation intempestif.

« Tu voulais jouer alors ? » le moqua le lycanthrope d’un ton de défi, levant les mains en faisant signe à son vis-à-vis de venir le chercher…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The point of no return (Danhiel) -16   

Revenir en haut Aller en bas
 

The point of no return (Danhiel) -16

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Aristide Says He Is Ready to Return to Haiti, Too
» Les broderies au point compté de la souris
» valeur en point
» liste d armee a 1000 point pour un tournoit
» 05. return to me
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
District 7 :: district 7 :: Memorial. :: Hairy Dog.-