AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le chasseur chassé {Darko&Eve}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Messages : 1076
Crédits : Cameleon&Tumblr
Groupe : Lycanthropes
Immatriculation : LG00CP050407D7

MessageSujet: Le chasseur chassé {Darko&Eve}   Lun 16 Avr - 0:22

Ça doit faire une bonne quinzaine de minutes que je suis discrètement les deux agents qui font je ne sais trop quoi dans ce coin du district. Une patrouille peut-être ? Sauf qu'il n'y a quasi personne ici. Ils cherchent quelque chose si ça se trouve. Comme moi...je cherche les problèmes ça va de soi. C'est plus fort que moi, quand j'en n'ai pas, il faut que j'en trouve sinon je ne me sens pas bien. C'est une sorte de dépendance, j'ai besoin de défier quelque chose, d'emmerder quelqu'un, de me mettre les deux pieds dans les plats. Ça m'amuse et parfois je me demande franchement pourquoi parce que ça finit toujours mal et généralement c'est moi qui paye les conséquences. Je suis peut-être masochiste ou un truc comme ça. Vous savez ce que le SUNH devrait faire au lieu de gaspiller ses effectifs à faire des patrouilles inutiles ? Il devrait nous envoyer des psy, je paris que la moitié du district en aurait besoin, moi le premier même si, et je tiens à le dire, ils pourraient se moucher avant que je daigne aller leur parler. Enfin...je les emmerdes voilà, ils se croient vraiment tout permit ces humains à la con ! Pourquoi ils ne restent pas sagement dans leur base au lieu de venir nous narguer sur notre territoire ? Non parce qu'ils ont rien à faire ici, déjà qu'ils nous ont mis en fourrière dans ce district, ils ne pourraient pas nous ficher la paix aussi...Qu'est qu'il va falloir faire pour les faire déguerpir ? Pisser sur les poteaux pour marquer notre territoire ? Et encore avec leur odorat de merde, ils ne le sentiraient même pas ! Les humains sont tellement désavantagés, c'est à se demander pourquoi on est en cage et pas le contraire. Ça doit être parce qu'on est tous trop indépendant, on veut marcher seul, faire les trucs à notre façon et pourtant à la base, si on se fie à nos cousins les véritables loups, on devrait avoir un sacré esprit de meute...c'est notre côté humain qui bousille tout, cette espèce est vraiment inutile !

Bref, entre mes pensée hargneuses pour mes confrères humains, je ne quitte pas les agents des yeux, sautant d'un toit à l'autre, dans un parfait silence comme j'ai appris à le faire très jeune sous la tutelle de mon père qui était un excellent chasseur. Évidemment je suis toujours sous ma forme humaine, la discrétion est plus ardu quand on est un loup de près de 2m. De toute façon je me débrouille très bien en humain, peut-être même mieux qu'en loup parfois, alors bon pour le moment, je suis plus à l'aise comme ça. Je m'occupe plutôt à chercher une idée saugrenue à exécuter, parce qu'emmerder le SUNH ça reste quand même l'un de mes passe-temps favoris et comme je suis incorrigible, toute les fois précédentes où je me suis bouffé de l'argent n'ont pas servi de leçon, je recommence, encore et encore, à chaque fois un peu plus imprudent et audacieux. J'imagine que mon immatriculation doit grimper de plus en plus dans l'échelle des bébêtes à garder à l’œil. Autant ne pas les décevoir. Je m'arrête donc, le temps de retirer mes vêtements -car oui les déchirer tout le temps c'est dur sur le portefeuille- et j'abandonne ma peau humaine pour me transformer en loup, poussant un grognement destiné à les avertir. Je les entends aussitôt s'alarmer, alors qu'ils pivotent sur eux-mêmes pour me chercher des yeux. Moi, je m'approche doucement du rebord du toit, posé sur mes quatre pattes pour rester le plus bas possible. Et si ma gueule m'avait permis de sourire je l'aurais certainement fait à les voir balayer prestement les alentours comme s'ils étaient poursuivi par le diable lui-même, leurs armes déjà au point. Je grogne une nouvelle fois, leur indiquant ma position et ils lèvent aussitôt les yeux vers moi. Je prends une posture agressive avant de sauter en bas pour me retrouver à quelques mètres d'eux, leur faisant face comme si je m'apprêtais à leur bondir dessus. «Tire-le !! Tire ! Tu vois bien qu'il veut nous attaquer !» «Non...s'il avait voulu nous attaquer, il se serait pas montré avant de le faire...» Je les toise du regard, presque déçu. C'est quoi cette réaction de merde ? «Reprends ta forme humaine le loup et décline ton identité» Je ne bouge toujours pas, l'air mauvais -c'est difficile de faire autrement-. Je ne vais pas lâcher si facilement, je commence juste à m'amuser moi. Je grogne à nouveau et sans avertir je fonce directement sur eux, pivotant brusquement pour les contourner et éviter la balle du premier agent, celui qui croit dur comme fer que je veux les attaquer. Pourtant, je reste surprit quand le deuxième tire à son tour, au moment où je passe à côté d'eux. Un coup. Deux coups. Je sens la brulure de l'argent me transpercer, me coupant le souffle au passage, je continue d'avancer, mais cette fois pour me tirer de là vite fait surtout. J'entends l'homme crier qu'il m'a touché et qu'il faut me suivre. Bah voilà qu'est-ce que je disais, ça se termine toujours mal mes plans débiles. Je tourne dans une ruelle, luttant contre la douleur, pour me cacher derrière un conteneur afin de reprendre ma forme humaine, cherchant en même temps quelque chose qui pourrait me servir à me défendre. La seule chose de potable qui me tombe sous la main étant un morceau de bois, je l'agrippe aussitôt au même moment où j'entends la voix des hommes au bout de la ruelle, l'un deux affirmant m'avoir vu tourner ici. Merde, je ralentis ma respiration pour ne pas faire de bruit tout en serrant les dents pour lutter contre la douleur qui m'élance, j'ai pas encore analysé le tout, mais je vote pour une balle dans l'épaule et une autre au niveau du ventre. Je déteste l'argent, ça met trop de temps à guérir et ça fait un mal de chien. Et là, je suis diablement en mauvaise posture. J'écoute leur pas qui s'approche tranquillement, serrant le morceau de bois entre mes mains, un peu ridicule face à des armes à feu, mais j'aurais au moins l'avantage de la surprise, le combat corps à corps étant ma force. Cela dit, je le sens mal avec ce fichu argent. Il me faudrait une intervention divine là, bon c'est ma faute vous me direz, je n'avais qu'à ne pas faire l'imbécile, mais ils n’étaient pas censé me tirer oui ! Des tafiotes ces agents, aucune couilles, juste parce qu'un loup leur grogne gentiment dessus, ils sortent tout de suite l'artillerie lourde, dans quel monde on vit ! Je m'attarde à regarder mes blessures quelques secondes, quand j’entends une voix de femme qui s'ajoute à la mêlée. Ah non pas une troisième ! Deux c'était déjà chaud...

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 1358
Crédits : Desdemoniac/tumblr
Groupe : Humains

MessageSujet: Re: Le chasseur chassé {Darko&Eve}   Mar 17 Avr - 3:23


    J’aurais du refuser d’avoir le téléphone. Quel engin de torture. Vous êtes tranquillement chez vous après une longue journée de boulot, à câliner votre chat quand vous recevez un coup de fil 1/ d’une personne que vous détestez et 2/pour le boulot. J’ai cru que j’allais balancer mon téléphone à travers la pièce quand le mec s’est annoncé comme un agent du SUNH. « Vous devez venir immédiatement. » Ah ouais il ne prenait pas de gants le type, pas du tout la bonne méthode pour me convaincre de faire quoi que ce soit. « Et on peut savoir pourquoi ? » grommelais-je, alors que je jetais un coup d’œil a mon pyjama tout propre et Friedrich qui s’était endormi sur mon ventre. Non mais ils sont gonflés, m’appeler a cette heure en me disant que je devais venir impérativement, et puis quoi encore ? Pour une fois que j’étais chez moi et pas au labo en plus. « Y’a un de nos gars qui s’est fait mordre. » En quoi ça me concernait, ils avaient compris que j’étais biologiste et pas médecin ? Fallait leur faire un dessin ou quoi ? « Emmenez-le à l’hôpital, je ne suis pas docteur moi. » Le type avait clairement le genre de voix qu’on associerait avec un vieux de la vieille, j’en déduis qu’il avait surement dû en voir des vertes et des pas mures, mais le type avait l’air quand même sacrément paniqué. « Vous ne comprenez pas, il est en train de se transformer, là, en ce moment même. » Alors la tu m’intéresse papi, je me suis redressée en vitesse grand V, faisant tomber Friedrich au passage qui m’a lâché un miaulement mécontent avant de se sauver, oups. J’en connais un qui va me faire la gueule. N’empêche, ce serait l’occasion pour moi de voir les modifications qui s’effectuaient durant la première transformation, je pourrais peut-être même avoir un échantillon de sang de ce moment précis où l’ADN doit être autant humain que loup et « …j’arrive le plus vite possible, prévenez le type au poste de garde. » Juste le temps de me changer vite fait j’y allais.
(…)
    Au final le type n’a pas survécu à la transformation, même pas le temps de prélever le moindre échantillon d’adn. Un vrai ascenseur émotionnel, moi qui m’étais pressée pour venir, tout ça pour rien. Inutile jusqu’au bout ses agents du SUNH. Adieu découverte fascinante, adieu. Autant dire que j’étais loin d’être contente, en plus je me trimballais ma mallette de (faux) docteur pour rien, j’aurai mieux fait de rester au chaud avec Friedrich. Je m’énervais toute seule quand j’ai entendu un coup de feu, je me suis immédiatement dirigée vers la source du bruit, j’avais à peine fait un pas qu’un deuxième coup de feu à retenti. Ben merde alors. Quand je suis arrivée, j’ai directement remarqué les deux agents du SUNH qui tenaient un loup-garou en joue. Il devait être blessé parce qu’il était sous forme humaine. Mais qu’est-ce qu’il s’était passé encore ? Bon, j’enclenchais mon cerveau sur le mode trouver un plan vite fait, un peu comme un GPS. J’aurais pu arriver par derrière et les frapper mais soyons réalistes, ca n’aurait pas marché. Il fallait donc ruser. Bon, j’avais un plan, enfin une ébauche mais on n’avait pas toute la nuit. « Hey ! » hurlais-je. L’un d’eux se retourna vers moi tandis que l’autre fixait le loup-garou, ne me prêtant pas la moindre attention et je pris grand soin d’arriver en faisant semblant d’être d’essoufflée, le second agent continuait de tenir le loup garou en joue. Il était blessé et.. ah ! J’eus du mal a ne pas montrer a quel point j’étais surprise, c’était l’espèce de crétin qui s’était amusé à me courser juste pour me faire peur la dernière fois. C’était plutôt ironique que j’allais le sauver maintenant. « Vous devriez laisser tomber, y’a vos collègues qui sont en très mauvaise posture, ils se sont fait attaqué par un groupe et.. » Bordel j’aurais du devenir actrice. « C’est par là. » Lâchais-je en indiquant une direction au hasard. J’espérais que l’autre n’était pas trop blessé et qu’il pourrait enclencher son détecteur de mensonge. « Attendez on peut pas le laisser s’en sortir comme ça.. » répliqua le type « Je m’en occupe. » lâchais-je, catégorique et lui coupant la parole au passage, avant de sortir une seringue de ma mallette. Le type eus l’air étonné mais je n’y prêtais même pas attention, je chargeais la seringue avec du sérum physiologique – alias le produit le plus inoffensif que j’aurais pu trouver – et avançais doucement vers le loup. J’espérai franchement qu’il allait capter que j’avais menti depuis le début.

    « Je vais rien te faire, m’attaque pas » murmurai-je si bas que seul lui avec son ouïe de loup-garou pouvait entendre, franchement c‘ était une chance que les humains soient sourd comme des pots. Encore une fois je comptais sur son détecteur de mensonge intégré, parce qu’au premier abord ça m’aurait étonnée qu’il me fasse confiance. Ma devise c'était bien ne jamais faire confiance à un mec en blouse blanche, ça devait sûrement être la même pour un tas de loup-garou. Même si je portais pas de blouse blanche à ce moment, ça m'étonnerait que j'ai l'air très rassurant avec ma seringue à la main. Mais l’autre type du sunh le tenait toujours en joue de toutes façons, alors je lui planté la seringue dans le bras, injectant le produit rapidement. « C’est bon, il ira nulle part avec ça. » lâchais-je a l’attention des deux agents qui ne sont pas fait prier pour partir. Je ne sais pas ce qu'ils se sont imaginé que je lui avait injecté, mais même le produit le plus efficace ne fait pas effet en deux secondes. Je me suis retournée pour les regarder partir. « Eh bah quelle bande de crétins. » C'était littéralement sorti tout seul tellement j'avais été surprise par leur stupidité. C'était incroyable, ils gobaient n’importe quoi. Non mais franchement, ils ne se sont pas dit qu’un groupe de loup-garou qui attaque ça fait quand même un peu de bruit ? Alors que quand j’étais arrivée il n’y avait pas eu le moindre bruit à part celui de leur propre coups de feux ? Soit je suis une actrice incroyable, soit ils ont du mal à se servir de leur cerveau. Bah, peu importe, ça m'arrange, et sûrement le loup-garou aussi. « Je te préviens tout de suite, je t’ai injecté un produit très dangereux, qui va bientôt te changer en humain, et après… te rendre impuissant. » Je marquais une petite pause, prenant bien soin de croire à mes conneries pour qu’il ne capte pas que j’étais en train de mentir. Je n'étais pas sûre que ça marche de cette façon mais ça ne coûtait rien d'essayer. J'aurai bien voulu lui rendre la monnaie de sa pièce pour m'avoir fait peur après tout. « Ou alors paralysé des jambes, ça dépend. » J’haussais les épaules. La tête qu’il a fait, ça n’avait pas de prix, j’ai limite cru que qu’il allait faire une crise cardiaque. J’ai éclaté de rire, ok, j'étais vengée. « Je déconne. Ca existe pas ce genre de produit, quoique ça doit pas être si compliqué à inventer. En tout cas rassure toi je t’ai juste injecté du serum phi. » Je lui ai donné une tape dans le dos, il avait toujours pas l’air rassuré. Bien que le terme exact serait plutôt qu'il avait l'air méfiant. Le pauvre bouchon, bien fait pour lui. « C’est un produit totalement inoffensif, on s’en sert même pour les personnes déshydratées, c’est pour dire. » Je roulais des yeux, ça voulait jouer au dur mais ça avait la trouille d’une petite piqûre ? Allons, allons. « C'est chiant quand les gens s’amusent à te foutre la frousse pour rien, hein. Allez debout mon gros loup, faut pas traîner ici. » Oui oui, on en était aux familiarités. Je venais de lui sauver la vie alors je pouvais bien l'appeler comme je voulais si ça me chantais. S'il était pas content il pouvait toujours retourner voir ses copains du sunh. Je le forçais tant bien que mal à se bouger les fesses, en même temps heureusement qu'il s'était décidé parce que c'est pas moi qui aurait pu le forcer a faire quoi que ce soit, et je l’emmenais aussi loin que possible avant que les types du sunh ne revienne pour finir ce qu’ils avaient commencé. Surtout qu’il y avait fort à parier qu’ils seraient plutôt en rogne en constatant que je les avais pris pour des cons. Une fois installé confortablement, ou pas, j’ouvris ma mallette et en sorti des gants « J’espère que t’es aussi courageux que t’en a l’air parce que va falloir que je vérifie si les balles sont ressorties. » Surtout que les balles en argents ralentissent voire même empêchent la guérison, c’était dangereux et il fallait pas prendre ça à la légère. Je marquais une pause le temps d’enfiler mes gants, que je fis claquer juste pour l’effet théâtral. « Ce sera pas la joie, je te le dis tout de suite. »

_________________

Because heaven sends and heaven takes. Yeah she's got a criminal mind. She's got her halo and wings hidden under his eyes, but she's an angel for sure. She just can't stop telling lies. But it's too late for his love, already caught in a trap. His angel's kiss was a joke, and she is not coming back

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 1076
Crédits : Cameleon&Tumblr
Groupe : Lycanthropes
Immatriculation : LG00CP050407D7

MessageSujet: Re: Le chasseur chassé {Darko&Eve}   Mar 17 Avr - 14:57

Pas étonnant que la majorité des gens croient que je suis fou ou juste stupide. J'agis de façon inconsidérée, me jetant carrément au milieu des problèmes avec un flegme scandaleux. Les agents du SUNH croient que je suis le dernier des débiles et avec raison, il n'y a pas beaucoup de loups qui sont assez crétins pour se jeter presque directement devant leur balle juste par souci de faire un peu de bordel. Après si vous croyez que mes bêtises sont totalement désintéressées c'est que vous n'avez absolument rien comprit. Je leur donne l'image que je veux qu'ils aient de moi. Si je jouais les malins, que mes provocations étaient réfléchies et calculées ils me jugeraient bien plus dangereux et ce n'est pas ce que je veux. Je suis certain que les agents ne sont pas tous aussi bêtes que les deux avec qui je fais mumuse en ce moment. Il doit bien y en avoir une poignée qui sait se servir de leur tête, du moins autant que leur médiocrité humaine le leur permet. Je sais qu'il y a mon frère, s'il y a un agent que je dois craindre en particulier c'est bien lui, il sait comment que je fonctionne, que je suis plus rusé que de la vermine et que mes gestes sont très rarement posé au hasard, malgré que j’essaie de laisser penser le contraire. Je le déteste, il n'a même pas besoin d'être là pour me foutre en rogne, le seul fait d'y penser est suffisant. Sauf que pour le moment, y penser ne fait pas partie de mes plans, inutile de me lancer dans une litanie d'insulte à son sujet, j'aurai bien l'occasion de le faire à un autre moment considérant le fait que je n'ai strictement rien à faire de mes journées hormis pourchasser les problèmes. Peut-être que je devrais me trouver un boulot fixe au lieu d'enchainer quelques jobs merdiques pour amasser un petit peu d'argent. Je pourrais vivre bien mieux que dans un vulgaire petit coin de sous-sol crasseux et poussiéreux si j'avais un travail mais la vérité c'est que je me plais parfaitement dans la pauvreté, je n'ai jamais connu autre chose alors...Ce sont les humains qui vivent grassement dans des maisons douillettes, je ne considère pas avoir besoin de ça...peut-être qu'au fond, contrairement à d'autres, mon côté loup est bien plus développé que mon côté humain tout simplement, ça expliquerait un tas de chose.

Sauf que voilà, pour l'heure la seule chose dont j'aurais besoin de m'expliquer c'est pourquoi j'ai fait ça...Pourquoi je me sentais obligé de faire cette connerie supplémentaire. J'ai l'air d'un bon diable maintenant avec la peau troué de deux balles d'argent, prêt à me défendre corps et âme avec un seul morceau de bois contre deux types entrainés et armés. Ça me donne un air légèrement primitif, mais s'ils veulent ma peau, ils devront la payer cher, plutôt mourir que de leur laisser me mettre la main dessus. Je me retrouve donc coincé en compagnie des deux hommes qui m'ont rejoint, me gardant en joue, leurs armes fièrement pointé sur moi. Je les fixe, vrillant mon regard sombre dans celui du premier homme pour le défier silencieusement. Apparemment deux balles ne m'ont pas suffi. De toute façon, ils ne vont pas tirer sur un animal blessé non ? Ce n'est pas humain de faire ça ! Ironie. J'analyse rapidement leur comportement en venant à la conclusion que le plus agressif des deux semble bien paré à m'achever, mais par miracle, ou pas, une femme de femme se fait entendre. Je pense d'abord à mon coup de grâce, avec trois agents sur le dos, j'aurais beau me battre comme le diable, je n'ai aucune chance de me sortir de là, sauf que la suite de ses paroles me laisse plutôt un brin d'espoir, tout en me faisant froncer les sourcils. Leurs collègues se font attaquer par un groupe de Loup ? Je tends l'oreille à la recherche d'un bruit quelconque mais bien évidemment il n'y a rien, je me disais bien que ça sonnait aussi faux que l'idée d'une humaine me portant secours. Elle se prend pour qui cette blondiche ? Je n'ai pas besoin d'aide ! Je maîtrise parfaitement la situation ! « Je m’en occupe. » Euh non ? J'avise aussitôt la seringue qu'elle sort de son sac, tous mes muscles se tendant instinctivement pour me laisser bien prêt à attaquer. Pour un peu, j'étais prêt à rassembler mes forces et reprendre ma forme de loup quand elle parle à nouveau, de façon à peine audible, du moins pour les deux hommes à côté. « Je vais rien te faire, m’attaque pas » Je la toise du regard, me rappelant enfin où j'avais vu cette petite tête blonde la dernière fois. C'est l'humaine que j’avais pris en chasse pour m'amuser et qui n'avait pas trouvé ça drôle du tout d'ailleurs. C'est mal pour moi maintenant, quoiqu'elle dit vraiment la vérité en affirmant qu'elle ne va rien me faire, ça m'étonne je dois l'admettre, mais notre sens pour détecter les mensonges est particulièrement fiable. Je continue quand même de la dévorer des yeux, historie de reste crédible face aux deux hommes qui se méfieraient de voir m'adoucir d'un coup. Cela dit, dans une réaction purement instinctive, je me cale contre le conteneur quand elle approche la seringue de mon bras avec la tête de quelqu'un qui serait sur le point de se faire amputer. Zéro point pour la bravoure, mais j'ai horreur de ces aiguilles, faut dire, je crois que je n'en ai pratiquement jamais vu de ma vie et de ce que j'ai pu voir, ça n'inspirait rien de bon. Et comme de grands crétins, les deux agents détalent aussitôt qu'elle leur assure que je ne bougerais pas avec ça. J'en connais qui n'ont pas inventé l'intelligence ici...et ils ont réussi à être agent ? Je paris que ça doit être des petits nouveaux. Quel bande de crétin oui ! C'est le cas de le dire. « Je te préviens tout de suite, je t’ai injecté un produit très dangereux, qui va bientôt te changer en humain, et après… te rendre impuissant. » Pendant une fraction de seconde, je mords à l'hameçon, me regard mauvaise se décomposant en un air paniqué. Me changer en humain ? Je ne veux pas être humain ! « Ou alors paralysé des jambes, ça dépend. » Bêtement, je bouge aussitôt mes jambes pour m'assurer qu'elles sont toujours fonctionnelles. «Quoi ?...» La seule chose que je parviens à glisser avant de me dire qu'elle est en train de me faire marcher et que je me laisse avoir comme un amateur, bien sûr que tout est faux et pourtant c'est loin de me rassurer. De son côté elle éclate de rire. Je la dévisage avant de me renfrogner prestement. « Je déconne. Ca existe pas ce genre de produit, quoique ça doit pas être si compliqué à inventer. En tout cas rassure toi je t’ai juste injecté du serum phi. » J'arque un sourcil, elle baragouine quoi celle-là ? «Du serum phi...?» J'ai une tête de biologiste peut-être ? Elle me donne une tape dans le dos m'irritant instantanément, de quel droit elle s'autorise ce genre de familiarité ? C'est une humaine ! J'ai horreur qu'on me touche d'abord ! Elle me donne ensuite quelques explications à propos du serum, affirmant que c'est totalement inoffensif, une bonne chance pour elle ou je la transformais en steak. « C'est chiant quand les gens s’amusent à te foutre la frousse pour rien, hein. Allez debout mon gros loup, faut pas traîner ici. » Au temps pour moi ! Ça me servira de leçon on pourrait dire, si seulement je retenais des leçons de temps à autre. «Mon gros loup ?» Je la dévisage, grimaçant presque et je ne sais pas si c'est de douleur ou de dégout. «T'es qui toi d'abord ? Je me débrouillais très bien tout seul, j'avais pas besoin d'aide !» Je finis quand même par obtempérer à me remettre debout, bien d'accord avec le fait que je dois partir d'ici avec que les deux rigolos reviennent. «T'es du SUNH ?» Oui parce que les deux hommes lui ont quand même fait confiance et ce n’est pas tout le monde qui se trimbale du serum je sais pas trop quoi avec des seringues. Autant dire que la perspective qu'elle en fasse partie me donne envie de lui bouffer la tête.

Une fois la distance de sécurité étable, on s'arrête à nouveau et je me pose, plutôt content d'arrêter de bouger et par conséquent de sentir la douleur à chaque mouvement. Cela dit, j'ai la soudaine envie de me sauver à toute vitesse en la voyant sortir des gants de sa mallette des horreurs. Qu'est ce qu'elle va me faire avec ça ? « J’espère que t’es aussi courageux que t’en a l’air parce que va falloir que je vérifie si les balles sont ressorties. » What ? NON. Je me recule légèrement quand elle fait claquer son gant, mon regard reprenant son air meurtrier. J'ai beau être sous ma forme humaine, mon instinct animal reste très fort. Me connaissant je serais même capable de la mordre. « Ce sera pas la joie, je te le dis tout de suite. » Je vais lui en faire de la joie moi. Je serre les dents, ne la lâchant pas des yeux une seule seconde. «Me touche pas...je vais très bien, c'est déjà presque guérit.» Elle n'a pas de détecteur de mensonge intégré elle ! Bon, cela dit, elle n'est pas stupide non plus...je ne vais pas la berner si facilement. «Je fais pas confiance aux humaines...encore moins aux blondes avec des seringues...»

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 1358
Crédits : Desdemoniac/tumblr
Groupe : Humains

MessageSujet: Re: Le chasseur chassé {Darko&Eve}   Mer 18 Avr - 17:08

    Je dois avouer que j’ai tellement l’habitude d’être du côté des loups-garous que ça m’étonne encore et même à chaque fois qu’ils refusent de me faire confiance, alors qu’en fait c’est la réaction la plus logique. Faudrait quand même que je me mette à jour et que j’intègre enfin que : ne jamais faire confiance a un mec en blouse blanche, ça s’applique tout autant à mon sujet. Surtout du point de vue d’un loup-garou. A part les loups-garous que j’avais fait s’échapper du laboratoire, c’est clair qu’il n’y en avait pas des tonnes qui me faisaient confiance. Et en même temps.. Ben ils avaient raison. Même si je faisais mon possible pour en sauver autant que possible, j’étais quand même responsable d’un sacré nombre de décès. Ce dont je n’étais vraiment pas fière, au passage. N’empêche que c’était quand même frustrant parce que moi, au final, tout ce que je voulais c’était aider autant que possible. Et même ce type-là, même s’il m’avait collé une de ces frousses, ben lui aussi je voulais juste lui filer un coup de main. Et puis, en même temps ce n’était pas comme si je n’avais pas connu pire, je m’en étais remise presque instantanément et au final il m’avait plus énervée qu’effrayée mais bon, rien que pour le principe, j’étais bien contente de lui avoir fait peur aussi. Non mais vraiment, quand je lui avais fait croire que le produit allait le changer en humain, son visage c’était décomposé, il était limite devenu livide. C’était quand même quelque chose. J’aurais du prendre une photo tiens, ça m’aurait été utile pour les fois où j’aurai été triste, il m’aurait suffit de revoir sa tête et hop, rire instantané. Et je n’exagère même pas ; son air paniqué était la chose la plus drôle que j’avais vu cette semaine. Le grand méchant loup qui a peur des piqûres, c’était quelque chose quand même. Surtout après qu’il ait osé me faire peur comme ça, c’était franchement bien fait pour lui. Je n’étais pas peu fière de ma connerie sur ce coup-là. «Mon gros loup ?» Je restais silencieuse et fis une moue sans même m’en rendre compte. Ouais, bon.. en y repensant j’aurais peut-être pu éviter ; mais c’était venu tout seul et j’avais bien aimé comment ça sonnait et c’était vraiment sorti tout seul. J’imagine que dans le feu de l’action tout ça.. ou pas. J’haussais les épaules, franchement je ne trouvais pas d’explications à lui donner, à part peut-être ‘ je dis ce que je veux et si ça te plaît pas c’est pareil’ mais en même temps il avait l’air déjà assez contrarié comme ça. Pas la peine dans rajouter une couche. J’imagine que j’ai bien fait de ne rien ajouter vu que c’est là qu’il à accepter de bouger. «T'es qui toi d'abord ? Je me débrouillais très bien tout seul, j'avais pas besoin d'aide !» Mais bien sûr, regardez-le le gros dur avec son minable bout de bois et deux trous dans le corps. Il n’avait pas besoin d’aide ; ben voyons. Voilà la meilleure de l’année. Je roulais des yeux et me contentais de sourire légèrement. « Je m’appelle Eve.» C’est tout ce qu’il avait besoin de savoir en même temps. Et encore j’étais gentille de lui dire mon prénom. « Et si toi t’avais pas besoin d’aide, alors moi je suis la reine d’Angleterre. » Lâchais-je, mon sourire s’élargissant un tout petit peu. Franchement, les conneries qu’il fallait pas entendre des fois. «T'es du SUNH ?» Ah, oui, ça c’était la question piège. Y’aurait pas pu avoir plus piège comme question. Bon, comment je réponds moi ? Non parce que j’avais la très nette impression qu’il ne le prendrait pas vraiment bien si je lui disais ‘oui, absolument’ en hochant la tête et en souriant. Ouais. Restons neutre. « Euh, pas vraiment. Enfin plus ou moins. » C’était plus hésitant que neutre. Zut. Mais c’était la réponse la plus vraie que j’aurais pu lui donner, parce que franchement, peut-être que je bossais dans les laboratoires du SUNH, ok, mais je n’étais pas comme les agents du SUNH, j’en étais même très loin. Et puis je ne me considérais pas comme étant du SUNH. Mais il n’empêche que… dans un sens.. Enfin bon, éluder la question m’a semblé être la meilleure solution.

    Par contre, je n’avais pas conscience d’être si effrayante que ça. Est-ce que je faisais peur ? Peut-être que j’avais une tête de savant fou.. C’est vrai que j’avais mes petits moments savants fous mais en général c’est quand je suis assise derrière un microscope, pas quand j’enfile une paire de gants. A moins que l’effet théâtral fut encore plus théâtral que prévu, non parce que quand j’ai fait claquer mes gants j’aurais pu jurer l’avoir vu reculer un petit peu. Le pire c’est que je n’avais même pas essayé de l’effrayer là, décidément c’était une revanche facile. Je me suis retenue tant que mal de sourire mais quand même. On pourrait appeler cette situation .. Un juste retour des choses. Bien fait pour toi mon vieux. Oui bon, c’est pas la peine de me regarder n’empêche, on aurait dit qu’il était prêt à me sauter à la gorge, j’avais juste dit que je voulais vérifier si les balles étaient ressorties, pas que je voulais lui couper un bras, ni que je voulais le découper et l’étudier au microscope.. Quoique.. Non je déconne. Franchement tout ce que je voulais c’était jeter un coup d’œil pour pas qu’il se balade avec de l’argent dans le corps un point c’est tout. Je fronçais les sourcils, non mais franchement, s’il pouvait arrêter de me regarder comme si j’étais un poulet rôti géant ce serait sympa. «Me touche pas...je vais très bien, c'est déjà presque guérit.» Je levais les yeux au ciel, mais bien sûr, et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d’alu aussi. A vu d’œil, j’étais à 85% sûre que la balle dans l’épaule n’était pas ressortie, tout simplement parce que la blessure n’avait même pas encore commencé à guérir. Je n’avais pas encore regardé l’autre blessure, mais rien que celle là méritait qu’on y prête attention. Je secouais la tête. « Arrêtes un peu de faire le bébé. » Grommelais-je « Laisser une balle en argent serait dangereux et tu le sais aussi bien que moi. » Sur ce, je ne me suis pas gênée pour inspecter sa blessure au ventre, évitant au maximum de regarder ailleurs. Non parce qu’au cas où ça ne vous serait pas venu à l’esprit, ce type était nu comme un ver. Bon, dans un sens j’avais l’habitude vu que je bossais avec – enfin sur, quoi que ça me semble pas le mot juste mais – bref je bossais avec des loups-garous. Mais même, j’en ai marre de voir des gens à poil moi ! Mais peu importe. Il était clair que la balle était ressortie pour cette blessure, la guérison était déjà en bonne voie. «Je fais pas confiance aux humaines...encore moins aux blondes avec des seringues...» Mais c’est pas possible d’être aussi borné ! « J’hallucine. » grommelais-je, clairement mécontente. Il m’envoyait balader comme ça, et pour des raisons aussi stupides en plus. Je le foudroyais du regard. Au passage, qu’est-ce que ça m’énerve quand on me sous-estime par rapport à ma couleur de cheveux. Je fronçais les sourcils et je le regardais droit dans les yeux. S’il le prenait comme ça, moi aussi je pouvais être agressive hein. « J’ai rangé la seringue déjà. Alors c’est quoi ton plus gros problème maintenant, que je sois humaine ou que je sois blonde ? Non parce que si t’as vingt minutes, tu peux rester là, blessé comme une espèce de crétin et te vider de ton sang pendant que je me teins les cheveux ? » J’espérais qu’il avait comprit a quel point son raisonnement était stupide, mais je ne suis pas sûre d’avoir été claire. Non mais sérieusement ? Une humaine blonde oh mon dieu fuyez tous ! C’est vrai que j’avais carrément un air féroce, moi, pire que Godzilla ouais. Bon, c’était peut-être pas une bonne idée de parler à un loup-garou blessé sur un ton aussi agressif mais il m’avait un peu énervée. Et puis franchement, c’était quoi le rapport avec mes cheveux. Il n’était pas très foncé de cheveux lui non plus, d’ailleurs. Et puis ses actions le rendaient sûrement plus ‘blond’ que moi. De toute façon mon père m’avait toujours dit que les loups-garous avaient en général tendance à respecter ceux qui leur tenaient tête, et pour ça j’étais championne.

    J’attrapais mon stylo qui faisait aussi office lampe de poche – oui comme les médecins dans les films – et, sans sa permission parce que je fais ce que je veux de toutes façons, j’inspectais la plaie encore ouverte et qui saignait encore. On était bien loin de l’hémorragie bien entendu mais il y avait quand même un saignement. Donc, c’est bien ce que je disais, si ce n’était pas guérit, c’est que y’avait de l’argent dans le tas. S’il y avait de l’argent, c’était pas bon. Bon sang si seulement j’avais réussi à soigner leur allergie à l’argent. Note personnelle : se remettre à plancher au plus vite. Mais pour l’heure le plus important c’était de retirer la balle, et pour ça il allait falloir y aller à la pince et, malheureusement pour lui, charcuter un peu. Ce que je ne pourrais pas le faire s’il ne coopère pas. Il paraît qu’il n’y a pas plus têtu qu’un loup garou, eh bah il paraît mal, parce que je suis tout aussi têtue qu’un loup garou, voire plus. Je ne suis franchement pas du genre à lâcher l’affaire et croyez moi quand je dis que si j’ai une idée derrière la tête je ne l’ai pas ailleurs. Je n’allais pas le laisser s’en aller comme ça, qu’il le veuille ou non j’allais finir ce que j’avais commencé. Mais c’était quand même un comble, j’allais devoir le convaincre de bien vouloir se laisser soigner ! Et dire que c’était la raison numéro une pour laquelle j’avais refusé catégoriquement de devenir médecin, en plus. Moi qui croyais que les loups-garous avaient un bon instinct de survie pourtant. Il allait falloir le convaincre donc. Je lâchais un soupir résigné et à nouveau je le regardais droit dans les yeux, soutenant son regard qui se voulait certainement mauvais, oui sauf que ce genre ça marche pas sur moi parce que j’en vois des tonnes tous les jours. « Bon. Je veux bien que tu me fasses pas confiance, c’est logique et je me ferais pas confiance non plus. » Doux euphémisme. « Mais franchement, si je voulais te faire du mal tu ne crois pas que je l’aurais déjà fait ? C’est pas l’occasion qui m’a manquée. Et puis pourquoi je t’aurais sauvé des deux abrutis déjà à la base ? Soyons logiques. Tout ce que je veux c’est te filer un coup de main. » Maintenant à lui de voir s’il voulait bien faire confiance à une humaine – blonde – ou s’il préférait continuer de saigner comme un imbécile.

_________________

Because heaven sends and heaven takes. Yeah she's got a criminal mind. She's got her halo and wings hidden under his eyes, but she's an angel for sure. She just can't stop telling lies. But it's too late for his love, already caught in a trap. His angel's kiss was a joke, and she is not coming back

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 1076
Crédits : Cameleon&Tumblr
Groupe : Lycanthropes
Immatriculation : LG00CP050407D7

MessageSujet: Re: Le chasseur chassé {Darko&Eve}   Ven 20 Avr - 14:54

Évidemment je ne peux pas m'empêcher de faire étalage de mon mauvais caractère, les gens ont parfaitement raison quand ils disent que j'ai l'humeur d'un vieux loup grincheux. Je suis toujours là, à râler pour un rien, à grogner dès que ça ne va pas comme je le veux, à crier à qui veut bien l'entendre que je n'ai besoin de personne et que je me plais totalement à rester seul dans mon coin à maudire et pestiférer contre le monde entier. Oui, je suis en colère, en rage contre les humains, contre les SUNH, contre mon frère, contre mes parents, contre cette blonde, contre ce district, contre la nourriture, contre le fait qu'il n'y a pas assez d'arbre, contre, contre, contre...Je suis incroyablement négatif comme mec c'est pas croyable, mais je m'assume parfaitement. Je suis un emmerdeur et tout m'emmerde voilà ! On peut dire que j'ai mauvais caractère oui, mais un être plus spécialiste en comportement dirait surement que j'ai une sorte de rancœur exacerbée ou un complexe de persécution quelque chose dans le genre, quand je vous dis que j'aurais besoin d'un psy. Personnellement je le justifie d'une toute autre façon. Je calcule le fait que je vis seul depuis mes 10 ans, que pendant trois ans je n'ai pas adressé la parole ni à un loup, ni à un humain. J'étais dans le fin fond d'une forêt et je mangeais du gibier. Alors niveau social, faut pas chercher, je suis rien d'autre qu'une bête sauvage qu'on a mis en cage dans ce district emplit de mes semblables qui parlent, boivent, partagent des choses...J'ai eu un mal fou à m'adapter au début, moi qui était prêt à mordre tout ce qui bougeaient, qui avait presque perdu le don de la parole et qui ne surtout ne faisait à confiance à personne. Et bon, on pire que rien de tout ça n'a vraiment changé aujourd'hui, sauf pour le don de la parole, j'ai retrouvé ma langue entre temps, au grand malheur de ceux qui m'entourent. Ils devaient bien m'aimer quand je ne disais pas un traite mot et que je rasais les murs.

Je devrais peut-être recommencer à les raser d'ailleurs, ça m'éviterait d'être là avec la peau troué d'argent. Faire profil bas c'est pourtant la base de tout principe de survie et dieu sait que niveau survie, j'ai appris du maître. Mon père était un vrai coureur des bois. À croire que j'ai fini par prendre de mauvaises habitudes. Et si je mettais d'avantage servit de ma tête je ne serais pas en train de me coltiner cette blonde louche. « Je m’appelle Eve.» Bien ! Ça change tout ! Eve...c'est pas tellement ce que je voulais savoir quand je lui demandais qui elle était, mais c'est bien, maintenant je peux au moins mettre un nom sur ce jolie minois que j'ai envie de dévorer. Je lui lance un sourire totalement faux en guise de réponse, toujours aussi désagréable. « Et si toi t’avais pas besoin d’aide, alors moi je suis la reine d’Angleterre. » Bah peut-être, qu'est ce que j'en sais moi, elle pourrait très bien être la reine d’Angleterre, mais moi, je me débrouillais très bien seul ! Sauf que voilà, j'imagine que même si j'insiste à ce sujet, elle n'en sera pas convaincue donc autant ne pas me ridiculiser. Je saute plutôt à LA question capitale, à savoir si elle est du SUNH et donc si je dois être un gentil toutou ou la manger comme dessert de la journée. Bon cela dit, je parle beaucoup de la bouffer, parce que j'ai toujours une faim atroce à l'idée de chair humaine, mais je ne suis pas débile, je sais parfaitement que manger un humain, qu'il soit du SUNH ou non, c'est pratiquement signer son arrêt mort. « Euh, pas vraiment. Enfin plus ou moins. » J'arque un sourcil, à mille lieux d'être satisfait de la réponse, parce qu'en même temps, c'est nul comme réponse ! «Et ça veut dire quoi plus ou moins ?» Par chez-moi, le gris n'existe pas, c'est noir ou blanc, alors oui ou non ! Ça ne m'aide pas tellement à avoir d'avantage confiance cela dit et je continue de la fusiller des yeux, prêt à me défendre si elle fait un geste de trop.

Et en même temps, je ne peux pas m'empêcher d'être légèrement paniqué, ce que je trouve ridicule d'ailleurs, je suis bien plus dangereux qu'elle peut l'être elle non ? Sauf qu'encore là, je crois que ça me vient de mon côté sauvage, il y a un tas de choses qui appartiennent à notre monde moderne que je ne connais pas du tout, parfois on pourrait presque croire que j'arrive d'une autre époque carrément. Et même si je sais qu'il faut impérativement me retirer la balle d'argent, je ne peux pas m'empêcher de grogner en lui disant de ne pas me toucher. Qui sait ce qu'elle pourrait me faire celle-là ! Si ça se trouve, elle ne veut pas m'enlever la balle, mais juste me charcuter encore plus, mais comme elle le dit, faut que j'arrête de faire le bébé. Ce que je tente évidemment de faire quand elle commence à inspecter ma blessure au ventre, moi, me crispant aussitôt que ses doigts entre en contact de ma peau. Contact désagréable oui. Me faire toucher par une humaine du SUNH, sans façon ! Et c'est ce qui m'embête le plus dans l'histoire autant le dire, car sinon...le fait que je sois nu ne m'effleure même pas, pour les loups garous c'est presque normal vu le nombre de fois où on se retrouve ainsi. Et encore une fois, je trouve l'occasion de râler en lui laissant comprendre une fois de plus que je ne lui faisais pas confiance. « J’ai rangé la seringue déjà. Alors c’est quoi ton plus gros problème maintenant, que je sois humaine ou que je sois blonde ? Non parce que si t’as vingt minutes, tu peux rester là, blessé comme une espèce de crétin et te vider de ton sang pendant que je me teins les cheveux ? » Je reste surpris, gardant mon regard bien fixé sur elle, mais mon air de meurtrier devant sa proie disparait tranquillement, pour laisser place à une pointe de contrariété. Comment elle me cause maintenant ? Elle a vraiment aucun respect cette fille ! Sauf que bon ouais, à bien y penser, ça change quoi qu'elle soit blonde ? Je me renfrogne, pas content du tout qu'elle me tienne tête de cette façon. «Je déteste les humains...» Scoop du jour, bonjour ! Comme si ce n'était pas assez évidant à regarder mon comportement. Cela dit, aime, aime pas, il faut qu'elle me retire cette balle et je le sais très bien et ma seule autre option c'est d’aller la récupérer moi-même, mais je n'ai pas trop envie de le faire. Je la fixe encore un moment, avant de baisser les yeux pour regarder la plaie et le simple fait qu'il y ait encore un saignement indique clairement que l'argent est toujours là. Je l’entends soupirer et je relève aussitôt la tête, croisant son regard, le mien restant toujours aussi fermé et mauvais. « Bon. Je veux bien que tu me fasses pas confiance, c’est logique et je me ferais pas confiance non plus. » Elle n'est pas en train de s'enfoncer là ? « Mais franchement, si je voulais te faire du mal tu ne crois pas que je l’aurais déjà fait ? C’est pas l’occasion qui m’a manquée. Et puis pourquoi je t’aurais sauvé des deux abrutis déjà à la base ? Soyons logiques. Tout ce que je veux c’est te filer un coup de main. » Je sens bien que tout ce qu'elle dit est vrai mais...entre la croire et la comprendre, c'est un monde. Oui je la crois, non, je ne la comprends pas et ça m'embête de ne pas être capable de trouver une logique à tout ça. Je finis quand même par hocher la tête, lui indiquant qu'elle pouvait approcher de la blessure sans risquer d'avoir ma dentition d'imprimé dans le bras. «Je vois pas ton intérêt de faire ça...tu devrais plutôt être contente que je sois blessé, t'aurais même du m'achever pour bien faire...pourquoi tu m'aides ? Si tu travailles pour le SUNH...tu ne suis pas vraiment le protocole...» Je termine ma phrase et au même moment, je sers les dents, me crispant alors qu'elle s’affaire à aller récupérer la balle. Est-ce qu'on peut percevoir une pointe d'adoucissement dans ma voix ? Peut-être, même si je reste bien méfiant. J'ai quand même hâte qu'elle retire la balle, histoire d'être soulagé de cette douleur.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 1358
Crédits : Desdemoniac/tumblr
Groupe : Humains

MessageSujet: Re: Le chasseur chassé {Darko&Eve}   Sam 21 Avr - 21:56

    Eh bah il devait pas facile à vivre tous les jours celui-là ; Il me menait la vie dure alors que je lui avait sauvé la vie, c’était un comble quand même non ? Bon je comprenais qu’il me fasse pas confiance mais c’était pas une raison. Quoi que peut-être que si en fait. Mais il aurait pu faire un effort quand même pour contrôle sa mauvaise humeur. Heureusement, un de mes points fort c’était ma capacité à gérer les gens grognons. Ça doit être un des avantages d’être une fille de loup-garou, peut-être que c’était dans les gênes – faudra que je pense à regarder tiens – ou alors c’est juste l’avantage de voir des types grognons et prêts à vous sauter à la gorge tout les jours. Au final on apprend non seulement à supporter les gens de mauvaises humeurs mais on arrive aussi à empêcher d’être de mauvaise humeur soi-même. Oui enfin, dans la limite du possible. Surtout que je n’étais pas connue pour être patiente, et que j’étais la première à admettre que j’avais tendance à être légèrement colérique. Mais je savais que ça n’aurait fait que le braquer d’avantage, alors autant garder calme et sérénité. N’empêche, je me demande à quoi j’avais bien pu penser en répondant à sa question par un simple plus ou moins. Ce qui est sûr c’est que ce n’était pas une bonne idée, et c’est clair qu’il n’y avait pas moyen que ça marche. Donc ouais, je me demande pourquoi j’ai même prit la peine d’essayer. Personne ne se serait contenté d’une réponse pareille. Mais en même temps c’était vrai, moi je n’étais pas du sunh. Ou alors je refusais catégoriquement de me dire que j’en faisais partie. Personnellement je différenciais les scientifiques des autres agents du sunh. Déjà notre travail était totalement différent, on se contentait d’expérimenter plus ou moins violemment – bon ça dépendait du scientifique, hélas, on a aussi des sacrés spécimens de taré dans nos labos – alors que le sunh se contentait d’arrêter, de tirer a vue, et d’autres trucs encore moins charmants. Et puis c’était plutôt faux de dire que les scientifiques faisaient partie du sunh tout ça parce qu’ils bossaient dans les labos secrets reliés sunh ; pour moi le lien au sunh était seulement pratique afin de recevoir des cobayes plus vite. C’est horrible ce que je dis-là. Tant pis. Mais après tout les labos sont sous l’hôpital aussi, et personne ne dit qu’on faisait partie du personnel de l’hôpital, même si plein de monde le croyait en nous voyant. Bref, vous voyez la distinction entre sunh/scientifique quoi. Maintenant ajoutez à cela que je ne me sens pas du tout liée ni à mon employeurs, ni à mes collègues et que si ca ne tenait qu’a moi je serais a mon compte – si on peut dire – on comprend alors aisément que la réponse la plus simple à sa question c’était ‘plus ou moins’. « Et ça veut dire quoi plus ou moins ? » Je soupirais. Je n’allais donc pas y échapper. Je restais silencieuse, réfléchissant à ce que je pouvais – devais – dire. Je n’en avais aucune idée, et je n’allais quand même pas faire le même raisonnement que je venais de faire dans ma tête, quand même ! Même moi je m’étais embrouillée en cours de route avec ce raisonnement là. Une moue apparue sur mon visage tandis que je pensais à une explication claire, simple, et qui l’empêcherait de me détester encore plus qu’il ne le faisait déjà. Ah ! « En gros, c’est vrai que les type du sunh et moi on a le même employeur, mais ça m’empêche pas de vouloir les faire chier le plus possible. » lâchais-je avant d’hausser les épaules. Ouais, globalement, c’était plutôt ça. C’était plutôt même très ressemblant avec la réalité. Sans rentrer dans les détails de ma vie je venais de réussir à expliquer que oui c’était un connard du sunh qui me donnait des ordres mais que non je n’étais pas pareille que les autres et que, en plus, mon passe-temps préféré c’était de les contrarier. C’était bien ouais, j’aimais bien ma réponse. Ma réponse avait beau être bien ça ne l’a empêché de me foudroyer du regard. Ce devait être le genre de gars jamais content ?

    N’empêche, s’il ne m’avait pas autant énervée, sa réaction à ma petite tirade en colère aurait presque pu me faire rire. Il m’a regardé tout surpris avec des yeux de merlan frits. A croire qu’il ne savait pas qu’une humaine pouvait se mettre en colère et l’envoyer se faire voir. Désolée mais le coup du grand méchant loup, ça marche pas avec tout le monde et surtout pas avec moi. Je ne m’étais jamais laissé faire par qui que ce soit et je n’allais pas commencer maintenant. N’empêche que son air étonné était quand même pas mal drôle ; mais je n’ai même pas sourit. Le plus marrant c’est qu’après, il s’est renfrogné comme un petit vieux, et il a presque finit par avoir l’air vexé. Le pauvre bouchon. Il était vraiment marrant en fait ce loup là, j’avais bien fait de l’aider. «Je déteste les humains...» Je levai les yeux au ciel, un petit vieux ronchon je vous dis ! Franchement. Soit un gamin mécontent, soit un petit vieux ronchonnant. Bon c’est sûr qu’il n’avait le physique ni l’un ni de l’autre, mais au niveau caractère il oscillait entre les deux. Incroyable. « Mais oui, mais oui. » répondis-je d’un air léger, bien que je ne doutais pas un seul instant de la véracité de ses paroles, mais j’étais limite a deux doigts de sourire. On aurait dit un gamin pas content. Sauf que comme je voulais lui montrer que moi aussi je savais être désagréable, ben je me suis retenu et j’ai sourit juste intérieurement. Voilà. Moi aussi je sais ronchonner. Mais ce n’était pas le moment de faire le concours de qui a le plus mauvais caractère, même si qui sait, j’aurais pu gagner. J’ai repris mes esprits et je lui ai expliqué posément que je ne lui voulais pas le moindre mal. Bon j’avais bien eu envie de lui donner une claque en pleine poire quand il m’avait traité de blonde – j’ai toujours pas capté le rapport entre mes actes et ma couleur de cheveux au passage – mais a part ça je n’avais absolument aucune mauvaises intentions à son égard. Visiblement ça marche, comme quoi être honnête ça pouvait avoir du bon parfois. Il hocha la tête, ça devait être le seul moyen qu’il avait trouvé pour me donner sa permission. Bon au moins je savais qu’il allait coopérer et qu’il n’allait pas m’arracher un bras, c’était un bon point. Et puis dans un sens ça voulait dire qu’il commençait à me faire confiance un minimum. Ça faisait plaisir quand même. Je lui répondis moi-même pas un hochement de tête, agrémenté d’un petit sourire, tant qu’à faire. Il avait de la chance qu’on m’avait appelé pour une ‘intervention’ – même si c’était loin d’en être une – en même temps, autrement j’aurai du y aller avec les doigts et autant dire que c’est encore plus aléatoire qu’avec la pince. Quoi que, peut-être pas en fait. C’est ce qu’on allait voir. J’espérais que j’allais y arriver rapidement, il n’avait pas l’air du genre patient, et moi je n’étais pas une sadique contrairement à ce que certains se plaisaient à croire. Bon, ben y’avait plus qu’a. Je fouillais dans ma mallette en me demandant si j’avais même prit ce qu’il fallait. Heureusement, oui. Et en plus, c’était une pince stérile encore emballée. Bien qu’au final ça ne changerait pas grand-chose pour lui, je ne crois vraiment pas qu’un loup-garou pouvait mourir d’une infection. Les veinards.

    Je pris une grande inspiration. « Bon. Ca va le faire. » soufflais-je en regardant la blessure. Et j’aurais eu du mal à dire si c’était pour moi ou pour lui que je disais ça. Sûrement un peu les deux en fait. Je commençais surtout par essuyer le sang, autant bien voir l’étendu des dégâts avant de m’attaquer au plus compliqué. « Je vois pas ton intérêt de faire ça...tu devrais plutôt être contente que je sois blessé, t'aurais même du m'achever pour bien faire...pourquoi tu m'aides ? Si tu travailles pour le SUNH...tu ne suis pas vraiment le protocole...» Mon intérêt ? C’est vrai que j’en avais aucun, mais quelle importance ? Je roulais des yeux, pourquoi est-ce que j’aurais été contente qu’il soit blessé ? J’ai à ce point une tronche de sadique ? Franchement. De toute façon, j’étais trop occupée à le charcuter pour répondre. Donc au lieu d’utiliser des mots, je me suis contenté de lui grogner dessus, façon de dire ‘tais toi je bosse’. Je me suis dit qu’il valait mieux y aller franco, comme avec un pansement, n’est-ce pas ? Mais même si c’est ce que je me suis dit, au final ça ne m’a pas empêchée d’y aller doucement. Le pauvre, ça devait faire un mal de chien. Je serrais les dents en écartant un peu la plaie de façon à faire entrer la pince. J’avais limite l’impression de ressentir la douleur par empathie, et je me suis sentie faire une grimace, mon nez se plissant tandis que j’essayer d’attraper la balle avec cette espèce de pince chirurgicale a la noix. Incroyable comme un si petit truc pouvait être aussi chiant ! Les sourcils froncés au maximum, je continuais de lutter bec et ongles pour l’attraper. « J’y suis presque. » grommelais-je, agacée au possible par ce petit bout d’argent qui m’enquiquinait un maximum. A la limite je me demandais si je n’aurais pas été plus vite en me servant de mes doigts. Mais j’ai fini par y arriver, et une fois que j’avais attrapé la balle j’ai tout ressorti d’un coup, et je me suis surprise en train de regarder le petit machin d’un air satisfait, à la limite du ‘je t’ai eu espèce de petit con’ avant de le balancer par terre. Oui bon, personne n’a dit que j’étais saine d’esprit hein. Je lâchais un soupir soulagé et inspectais les dégâts de la blessure. Je ne l’avais pas charcuté tant que ça en fait. Il avait dû avoir mal mais ça allait se refermer tout seul et tout irait bien pour lui. Encore une fois, j’essuyais le sang et je me suis enfin décidée à lui répondre. « J’suis pas du sunh, pas dans ma tête en tout cas. Et j’emmerde le protocole t’imagine pas à quel point. Pourquoi je t’ai aidé hein. C’est simple en fait. » J’haussai les épaules. « Mon père. C’était un loup-garou. » Ça me semblait être suffisant comme réponse, pour moi c’était logique que c’était le lien avec mes actes. J’eus un petit sourire nostalgique cependant et je décidai de lui en dire un tout petit peu plus. Juste le strict nécessaire. « Il aidait toujours ses semblables alors j’ai décidé de faire pareil. Même si moi je ne suis pas un loup-garou, ça m’empêche pas de vouloir donner un coup de main. » A nouveau, j’haussais les épaules, et devant l’avalanche de sentiments et surtout de nostalgie qui m’arrivait dessus vitesse grand V, je secouais la main pour mettre fin a cette discussion et décrétais : « Enfin on s’en fout c’pas le moment de faire dans le sentimental. Tant que j’y suis je te mets un pansement ?» J’avais ce qui fallait pour, autant en profiter.

_________________

Because heaven sends and heaven takes. Yeah she's got a criminal mind. She's got her halo and wings hidden under his eyes, but she's an angel for sure. She just can't stop telling lies. But it's too late for his love, already caught in a trap. His angel's kiss was a joke, and she is not coming back

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 1076
Crédits : Cameleon&Tumblr
Groupe : Lycanthropes
Immatriculation : LG00CP050407D7

MessageSujet: Re: Le chasseur chassé {Darko&Eve}   Lun 23 Avr - 14:21

À travers ma douleur et ma méfiance j’essaie d'établir un schéma logique à ce qu'elle dit. Son employeur est du SUNH mais elle, elle ne travaille pas pour eux et s'amuse à les faire chier ? Euh ? Si son patron est du SUNH, elle fait partie de l'organisation quand même puis qu'elle reçoit ses ordres de lui. Et puis pourquoi diable elle voudrait les emmerder ? C'est pas un peu stupide...si elle ne les aime pas, fallait pas travailler pour eux en même temps. Et puis le SUNH il a des gravas à la place du cerveau c'est ça ? Il embauche des gens qui s'amusent à leur tirer dans le pied ? Ils ont une drôle de façon de gérer les choses, personnellement, si une petite rebelle me faisait chier, je me gênerais pas des masses pour lui filer un bon coup de dent. Pas étonnant que les deux agents qui m'ont apostrophé étaient de vrais crétins, ils ont tous des QI d'huitres les humains, de vrais crustacés. Bon cela dit, celle-là d'humaine m'a quand même sauvé la mise, elle a été plus maligne que les deux autres nigauds réunis, donc je ne sais pas trop comment la qualifier. Qu'est ce qui serait le plus juste entre exception à la règle ou folle ? Car après tout la folie peut faire faire n'importe quoi à n'importe qui et qui dit génie, dit toujours folie. Ça doit être pour ça qu'on m'appelle Crazy Darko dans le coin, parce qu'apparemment je suis fou, mais à mon avis ça fait plein de sens puis qu'inversement je suis plus malin que la moitié d'entre eux, bon sans vouloir me vanter évidemment, mais il n'en reste pas moins que beaucoup des lycans du district sont devenu de vraies bêtes domestiques, ils ont perdu leur combativité, leur tempérament sauvage, ce sont de bons chiens. Heureusement il en reste une poignée comme moi qui refuse de se plier au SUNH, qui préfère encore se bouffer de l'argent que des rester tapis dans l'ombre à attendre qu'un miracle tombe du ciel. Je n'ai pas peur de narguer les agents ouvertement parce qu'au fond je n’en ai rien à faire de vivre ou mourir, je préfère encore crever que devoir rester dans cette cage pour le reste de ma vie. Je suis un esprit libre, j'ai besoin de liberté !

Cela dit je n'ajoute rien à propos de cette première réponse, me contentant de râler sur le fait qu'elle soit humaine, blonde, qu'elle est une seringue et je ne sais pas trop quoi. Râler chez-moi c'est naturel donc faut pas chercher. Je peux le faire pour un oui ou pour un non, pour du blond ou pour du brun, bref, je ne suis jamais content de toute façon. J'ai vécu trop longtemps en ermite, reclus tout seul dans mon coin à maudire la terre entière, j'en ai perdu le sens de l'appréciation. Pour un peu on pourrait aisément dire que je ne suis rien qu'un vieux radin malcommode qui grogne sur tout ce qui bouge. Ou inversement que je suis un sale gamin colérique qui gère tout en boudant ou en piquant des colères. Elle ne manque pas de riposter avec un répondant qui me surprenant assez je dois l'admettre. Je n'ai plus côtoyé des humains depuis longtemps j'avais oublié à quel point ces êtres inférieurs pouvaient se montrer effrontés et arrogants malgré leur médiocrité. Et pour toute réponse, je me contente de clamer que je n'aime pas les humains. Ce qui ne m'aide pas des masses à avoir l'air crédible en tant que méchant loup prêt à la bouffer, d'autant plus qu'après je me renfrogne comme un gosse contrarié. « Mais oui, mais oui. » Voilà, c'est ce que je disais, elle ne me prend pas du tout au sérieux. Je crois que c'est ça mon plus grand problème, je ne réfléchis pas assez, j'avance beaucoup trop à l'instinct, j'ai laissé mon côté loup prendre le dessus sur mon côté humain, alors au lieu de réfléchir à mes faits et gestes en prenant en compte la façon dont ils pourraient être perçu, je m'exécute tout simplement comme les instincts me commandent de le faire. Après, je ne peux pas blâmer les agents qui disent que je suis juste une bête sauvage, ce n'est pas très loin de la vérité. Dans tous les cas, la dite Eve semble bien disposé à me laisser ronchonner comme je le veux et se mettre à la tâche pour me soigner. Petite impertinente va ! Je devrais la mordre rien qu'un bon coup pour lui apprendre les bonnes manières. Elle risque de s'imaginer que je suis qu'un gentil toutou sinon. L'idée me semble très agréable, mais inexploitable malheureusement. Pourquoi ? Bah premièrement si je la mords, elle ne voudra plus m'enlever cette fichue balle, deuxièmement j'ai une résistance vraiment très fragile face à ma faim de chair humaine. Beaucoup de lycan la contrôle parfaitement, mais moi j'ai encore beaucoup de mal à contrôler mes pulsions, alors j'ai bien peur que si je m'autorise à la mordre une bouchée va venir avec. Et troisièmement bah...j'en reviens encore au fait qu'elle m'a quand même sauvé la peau donc...j'aurais l'air de quoi si en guise de remerciement je lui plante mes dents dans le bras juste parce que je la trouve énervante à me parler comme si j'étais n'importe qui. Je cherche d'ailleurs à comprendre son comportant en lui exposant que normalement, elle ne devrait pas agir comme ça avec moi en guise de réponse je reçois un grognement assez significatif pour me dire de me la fermer alors qu'elle se concentre sur la balle.

De toute façon, moi je me concentre très rapidement sur la douleur, me crispant quand elle enfonce les pinces dans la chair pour tenter d'extirper le bout d'argent. Je serre les dents aussi, car encore une fois je me serais bien cru capable de lui claquer les dents sur le bras pour qu'elle arrête de me charcuter. Non mais sérieusement les humains ne se rendent pas compte à quel point ils sont douillets, eux quand ils sont blessé, soit on les endort, soit il gèle la zone pour qu'ils ne ressentent pas la moindre douleur, alors que nous...on vit tout à froid et c'est une erreur de penser qu'on ne ressent pas la douleur parce qu'on guérit très vite, on souffre comme tout le monde. Cela dit, elle doit bien le savoir elle, elle a l'air de connaître ça... « J’y suis presque. » Merci de l'info. Je roule les yeux. Bravo ! Maintenant dépêche-toi de sortir cette salope de balle que je puisse respirer à nouveau. Et enfin, je sens le feu de l'argent s'atténuer d'un coup, signe qu'elle a réussi à sortir la balle. J'appuie ma tête contre le conteneur laissant échapper un soupir de soulagement. Bordel ça fait du bien ! Maintenant ce n'est qu'une question de temps avant que la plaie ne guérisse d'elle-même. « J’suis pas du sunh, pas dans ma tête en tout cas. Et j’emmerde le protocole t’imagine pas à quel point. Pourquoi je t’ai aidé hein. C’est simple en fait...Mon père. C’était un loup-garou. » Je la fixe pendant qu'elle parle, ne perdant rien de mon air glacial, mais une lueur de curiosité se glisse bien malgré moi dans mon regard. Apparemment elle n'aime vraiment pas le SUNH, ce qui est compréhensible si son père était un lycan, mais elle travaille quand même pour eux cela dit ! Et puis ça ne veut rien dire, mes parents étaient humains et je déteste bien les humains. Donc papa lycan ou pas, elle pourrait très bien détester les loups. Bon par contre je ne capte pas de mensonge dans ses mots, donc je présume que c'est la vérité. « Il aidait toujours ses semblables alors j’ai décidé de faire pareil. Même si moi je ne suis pas un loup-garou, ça m’empêche pas de vouloir donner un coup de main. » J'avoue que je n'avais jamais vraiment envisagé les choses sous cet angle, il ne me plait pas cet angle non plus d'ailleurs, c'est bien plus facile de se dire que tous les humains sont pareils. « Enfin on s’en fout c’pas le moment de faire dans le sentimental. Tant que j’y suis je te mets un pansement ?» Je crois que mon regard c'est quelque peu adoucit en chemin. Il faut bien lui accorder qu'elle m'a soigné malgré le fait que j'étais véritablement désagréable. «Non...je crois pas que le pansement soit nécessaire.» Et bon allé, un petit effort de gentillesse, ça ne va pas me tuer. «Merci...normalement je dois les retirer moi-même, c'est plus...compliqué.» Douloureux aussi, vous imaginez devoir vous tâtonner dans la chair à l'aveuglette pour attraper un petit bout d'argent qui peut s'être glissé n'importe où. Ça laisse aussi sous-entendre que ce n'est pas la première fois que ce genre d'incident arrive. «Moi c'est Darko...» Peut-être qu'elle s'en fiche royalement mais bon, elle a pris la peine de se présenter c'est la moindre des choses que je le fasse aussi, de toute façon elle aurait bien finit par croiser mon dossier, enfin si elle y a accès. Je me demande si elle connait mon frère...Je ne vais pas lui poser la question cela dit. «Tu fais quoi au SUNH alors, t'es médecin ? Pourquoi tu bosse pour eux si tu les déteste autant que tu le dis ?» Oui oui, je pose des questions je sais, mais je veux juste comprendre, me justifier que je fais bien de ne pas lui arracher la tête. Et puis bon, je suis curieux, ça ne date pas d'hier.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 1358
Crédits : Desdemoniac/tumblr
Groupe : Humains

MessageSujet: Re: Le chasseur chassé {Darko&Eve}   Mer 25 Avr - 4:05

    En y repensant, j’aurais peut-être dû faire médecine. Même si je n’avais absolument pas la patience et encore moins les compétences relationnelles requises pour m’occuper des patients, j’aurais fait un médecin d’enfer. Bon, j’imagine que le loup-garou l’aurait très mal pris et aurait refusé que je lui refile un coup de main si je lui avais dit que les seules occasions où j’avais fait ce genre d’intervention chirurgicale c’était sur des morts. Ouais, pour sûr il aurait un peu hésité avant de me laisser faire. Je n’étais même pas légiste à la base en plus. En même temps je m’en étais plutôt bien sorti, non ? Avec un bon anesthésiant ce serait passé comme une lettre à la poste, ni vu ni connu. Comme quoi j’avais bien fait de vouloir assister/participer a des autopsies. Je le savais bien que ça me servirait un jour. Parce que l’anatomie et tout ça, c’est pareil qu’on soit vivant ou mort après tout. Mais j’imagine que ce serait flippant si je disais ça à haute voix. Rien que le fait de le penser pouvait sembler vachement flippant en fin de compte. Heureusement que les loups-garous ne lisaient pas les pensées. Mais ça remontait à loin quand même et puis après tout ça avait vraiment bien servit, et franchement j’étais bien contente d’avoir réussi, non seulement je l’avais aidé et sa blessure pourrait se soigner correctement, mais en plus dans un sens je lui avais bien montré de quoi j’étais capable. Non mais oh, autant il ne faut jamais faire confiance à un mec en blouse blanche, autant il ne fallait jamais sous-estimer une petite blonde dans mon genre. Ce qui était assez bizarre par contre, c’est que j’arrive aussi facilement à lui tenir tête. J’avais l’habitude de réagir de la sorte, et j’étais extrêmement têtue, et surtout j’avais la grande – et mauvaise – habitude d’aboyer des ordres sur les gens, mais tout de même. C’était un loup-garou blessé quand même. Et ce n’était même pas que je ne le prenais pas au sérieux en fait, même si je ne me suis pas gênée pour le remballer et pour me moquer un peu de lui, c’était juste que je n’avais pas peur de lui. Peut-être parce qu’il était blessé, ou peut-être parce que je venais de le sauver, inconsciemment je devais me dire qu’il ne me ferait aucun mal du coup, à cause de cette histoire de dette dont les gens parlent quand on leur sauve la mise. Pourtant ça ne voulait rien dire du tout, parce que parfois – souvent en fait – les loups blessés sont beaucoup plus dangereux que les autres. En attendant je ne tremblais pas du tout à l’idée qu’il m’arrache un bras. Je mettrai ça sur le compte de l’habitude après réflexion. A moins que je sois tout simplement une kamikaze de première catégorie, c’était possible aussi, on me l’avait souvent dit. Il n’empêche que je n’avais pas eu peur de lui grogner dessus pour qu’il la ferme. Mouais, je pense qu’il ne fallait pas chercher en fin de compte, j’étais une kamikaze et puis c’est tout. Mais au moins comme ça, il savait que moi aussi je pouvais grogner sur les gens quand je voulais. De toutes façons ça m’énerve quand on me sous-estime. Je ne suis peut-être pas un loup-garou mais moi aussi je pouvais être dangereuse si je le voulais. A moins qu’on ait enfin dépassé le stade du « moi loup-garou, toi humaine, moi détester toi parce que toi maléfique » Grr. Mais c’était tant mieux, ça faisait toujours plaisir quand quelqu’un vous accorde le minimum de confiance alors qu’ils ont toutes les raisons de se méfier.

    Donc en fin de compte, la vraie raison de mon comportement pourrait simplement être que la confiance est réciproque. Tout simplement, lui arrête de s’imaginer que je suis le grand méchant chaperon rouge prête a piéger le grand loup; et moi du coup je me dis qu’il ne va pas jouer le grand méchant loup prêt a me dévorer. Ça devait être ça en fait. Et puis même, déjà la dernière fois quand il s’était amusé à me prendre en chasse pour ‘rire’ il n’en avait pas profité pour me croquer un bout de mollet, alors pourquoi le ferait-il maintenant ? J’en étais pas non plus au point de vouloir lui confier mes secrets – est-ce je les confierais un jour a quelqu’un, et est-ce que ce quelqu’un existe sont les vraies questions – mais lui non plus, surtout qu’il continuait de me fixer avec cet air faussement mauvais. N’empêche que j’étais à peu près sure qu’on pouvait le mettre dans case des gentils. Bon en même temps on ne peut pas savoir ce qu’il se passe dans la tête des gens mais il était quand même peu probable qu’il me saute à la gorge maintenant. Et puis il était bien trop occupé à me poser des tas de questions. Et c’est quand même dingue comme parfois, il suffit de parler un tout petit peu pour que plein de souvenirs et de sentiments vous frappent en pleine tronche. Un rien peut vous ramener en arrière ; et c’est vraiment irritant. Si mes souvenirs sont enfouis ce n’est pas pour rien, voilà pourquoi je ne fais pas dans les confidences ni dans le sentimental et que la plupart du temps je préfère soit ne rien dire, soit mentir, parce que c’est beaucoup plus simple en fait. Ça demande plus d’efforts mais c’est tellement plus facile. Sauf que ce loup-garou là, monseigneur roi des ronchonneurs, il était curieux en plus. Du coup j’en étais venue à parler de mon père, et franchement, c’est quelque chose que j’évite de faire au maximum. C’est drôle parce qu’en général, quand je sauve un loup-garou, soit il est méfiant du début jusqu'à la fin et il se barre comme un voleur après que je l’ai aidé, soit il me fait confiance directement et ne pose pas trop de question. J’imagine que ce loup-là était un mélange des deux. Je remarquais qu’après lui avoir retiré la balle, même s’il prenait grand soin de le cacher, il était beaucoup moins hostile à mon égard. Il continuait de me regarder comme si j’étais le diable en personne mais en même temps ça se voyait que l’idée qu’il se faisait de moi avait au moins un peu changée. J’imagine qu’au bout de deux, trois fois à répéter que je suis contre le sunh et que je ne lui voulais pas de mal, il avait finit par comprendre. Et c’était tant mieux. C’était aussi pour ça que je préférais passer du temps avec des loups-garous plutôt qu’avec des humains, au moins ils savent – ou finissent par comprendre – qu’ils peuvent vous faire confiance et au bout d’un moment tout devient beaucoup moins compliqué. Enfin bien sûr, ça dépend de quel loup-garou on parle, certain ont beau avoir leur détecteur de mensonge intégré, ils refusent quand même catégoriquement de faire confiance à quelqu’un, peu importe le nombre de fois qu’on leur rabâche la vérité. C’est têtu un loup-garou un même temps. Et puis y’a ceux qui mentent ouvertement aussi, mais c’est une autre histoire. En fait c’est super compliqué un loup-garou, j’ai bien fait de m’en tenir à leur adn. Et puis une cellule n’a jamais arraché un bras a personne, enfin jusqu’à preuve du contraire ; Quoique j’aimerai bien voir ça tiens.

    Bref, j’ai bien dû répondre à ses questions, il aurait sûrement vu d’un mauvais œil que je refuse de lui répondre. Surtout qu’il venait tout juste de m’accorder le minimum de confiance quoi. J’ai quand même essayé de le distraire avec cette histoire de pansement pour qu’il arrête de me poser des questions mais visiblement ça ne marchait pas beaucoup. Au moins ça m’empêchait de penser à mon père. «Non...je crois pas que le pansement soit nécessaire.» Zut. J’haussais les épaules, bon c’était comme il voulait en même temps. Et puis c’est vrai que ce n’était pas exactement nécessaire. «Merci...normalement je dois les retirer moi-même, c'est plus...compliqué.» Pour le coup, je restais plus que surprise. Je l’ai fixé, carrément bouche bée, le temps que mon cerveau traite l’information. Ce type qui venait de dire qu’il détestait les humains venait de me dire merci, à moi. Cette fois-ci je lui souris franchement. « De rien. » C’est sûr que ça avait du être plus simple de cette façon, surtout que l’argent ça l’aurait brûlé alors. « Mais comment ça ‘normalement’, ça t’arrives souvent de te faire tirer dessus ? » je savais que de beaucoup loups-garous s’amusaient à chercher des noises aux agents du sunh, même si je ne trouvais pas ça le truc le plus intelligent du monde, c’était son choix. C’était toujours marrant d’entendre que tel gars avait fini par se faire croquer un bras. Et puis bon, lui il aimait se battre avec le sunh, moi j’aime bien passer des trucs au microscope. Chacun son truc. N’empêche que mon passe-temps à moi, il était beaucoup moins dangereux. «Moi c'est Darko...» Eh bah, il m’a dit son prénom sans même que je le lui demande ! Incroyable. Moi qui étais persuadée qu’il aurait refusé catégoriquement de me le dire, c’était même d’ailleurs pour cette raison que je n’avais même pas pris la peine de lui demander. On aurait presque dit une autre personne. « Enchantée. » répondis-je avec un petit sourire en coin. Et non, ce n’était pas sarcastique, non ce n’était pas parce que c’était l’expression courante, j’étais complètement sincère en fait. Je finis par froncer les sourcils cependant, Darko.. Ça me disait quelque chose. Où est-ce que j’avais bien pu entendre ça. Sûrement au qg du sunh mais je faisais tellement peu attention à ce que disaient les agents du sunh que bon.. Au final même si ça me disait quelque chose je n’arrivais pas du tout à me souvenir. Bon. Ça me reviendrait bien à un moment ou un autre. «Tu fais quoi au SUNH alors, t'es médecin ? Pourquoi tu bosse pour eux si tu les déteste autant que tu le dis ?» La vache, c’était vraiment un curieux lui. Je n’ai pas pu m’empêcher de sourire, médecin ? Moi ? J’avais vraiment du faire forte impression avec le coup de la balle, parce que pour qu’il pense que je suis médecin.. Je n’ai pas pu m’empêcher de lui lancer un petit regard malicieux. « Je suis pas médecin du tout. » lançais-je en secouant la tête doucement, un sourire en coin gravé sur mon visage. « Mais je suis quand même douée hein. » Oui bon, se vanter un tout petit peu n’a jamais fait de mal a personne après tout.

    Bon, par contre, est-ce que je devais lui dire c’était quoi mon boulot ou pas ? Le truc c’est que je n’avais pas envie qu’il m’arrache un bras parce qu’il n’aimait pas la réponse. J’en avais besoin moi, de mon bras ! Le pire c’est qu’il en aurait des raisons de m’arracher le bras en question. Après tout même si je me servais de mon boulot pour aider, ça n’empêchait pas que pour ne pas paraître suspecte aux yeux de mes collègues, je me devais de faire des expériences sur eux quand même. Du coup s’il venait à être au courant de ce que faisaient les chercheurs du sunh, ben j’étais plutôt dans la merde en fait, non ? Il y avait de fortes chance qu’il se braque et/ou qu’il devienne encore plus agressif qu’il ne l’était au début. Rien qu’en y pensant, j’arrêtais de sourire. En même temps si je restais silencieuse, j’aurais l’air encore plus suspect. Je rangeais tout mon attirail de faux docteur et refermais ma mallette. « Je suis une scientifique en fait. » Finis-je par répondre après un petit silence. Ma bouche se tordit une espèce de moue/grimace et j’haussai les épaules. « Avec deux doctorats j’aurais été bête de faire autre chose. » marmonnais-je, surtout pour moi-même en fait, avant de reporter mon regard vers lui. « Pour dire la vérité, je me suis juste dit que détruire le sunh de l’intérieur ça pouvait être bien aussi. C’est sûr que c’est moins tape à l’œil que votre méthode mais bon, je fais ce que je peux.» Ce n’était peut-être pas précis mais ça avait le mérite d’être vrai. Pour le moment je n’avais pas beaucoup de résultat, j’en avais un peu, libérer un loup-garou c’était déjà un exploit considérable, surtout vu que la sécurité continuait d’augmenter encore et encore, mais c’était encore loin de tout faire péter. Alors que tout faire péter au sunh c’était mon objectif premier dans la vie. « Ça m’étonnerais que tu ailles leur répéter mais dans le doute; vaut mieux garder ça secret hein. » J’avais pas trop envie de finir avec un sac noir sur la tête. Bon au pire il me suffirait de tout nier mais bon. Sans le lui demander – j’ai déjà précisé que je fais toujours ce que je veux, hein ? – je pris l’initiative de vérifier si ses blessures étaient en train de guérir, et c’était le cas pour l’une, elle était pratiquement guérie. Quant à l’autre c’était vraiment en bonne voie. Je lâchais un soupir et secouais la tête, franchement j’aurais bien aimé pouvoir guérir comme ça. Et dire qu’il me fallait au moins deux semaines pour me débarrasser d’un rhume de rien du tout. « Au fait, dis moi, ces agents du sunh ils t’ont attaqué en premier ou c'est toi qui a été les faire chier ? » Que je sache si je devais les retrouver et faire de leur vie un enfer. Oui je savais faire ça, en général bien sûr, des fois je n'y arrivais pas. Mais ça ne m'empêchait pas d'essayer. Et puis, en plus vu ce qu'il m'avait fait à moi ce Darko, il y avait des raisons de se poser la question.

Gnééé c’est vraiment pas terrible je suis désolée ! ><

_________________

Because heaven sends and heaven takes. Yeah she's got a criminal mind. She's got her halo and wings hidden under his eyes, but she's an angel for sure. She just can't stop telling lies. But it's too late for his love, already caught in a trap. His angel's kiss was a joke, and she is not coming back

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 1076
Crédits : Cameleon&Tumblr
Groupe : Lycanthropes
Immatriculation : LG00CP050407D7

MessageSujet: Re: Le chasseur chassé {Darko&Eve}   Sam 28 Avr - 2:00

C'est à se demander si je ne suis pas devenu masochiste ou un truc comme ça. Après tout, on peut effectivement dire que je cours après les problèmes. Je pourrais très bien me concentrer de faire comme les autres, me trouver un travail, essayer de me construire une vie et voir les bons côtés qu'il peut y avoir dans tout ce bordel. Sauf que ce n'est pas mon genre, d'être positif tout simplement, mais surtout de vivre dans l'acceptation d'une situation qui ne me convient pas. Et c'est au-delà du fait que je sois un loup-garou, ça n'a peut-être même rien à voir avec mon mal du pays si je peux dire, j'aurais été humain, totalement humain que ça n'aurait rien changé, je ne peux pas supporter ce mode de vie, je ne suis pas un sédentaire, rester au même endroit je ne peux pas le supporter, je n'aime pas la ville premièrement, ça m'étouffe. J'ai besoin d'espace et ça me dégoute de penser que tous ces crétins de petits humains y ont droit, ils ont droit d'aller partout, de faire ce qu'ils veulent et moi je ne peux même pas m'offrir le putain de luxe d'un minuscule petit weekend en forêt, je suis cloué ici, dans ce dépotoir de béton où les seuls arbres qu'on trouve sont à moitié mort. Et je vous parle même pas du gibier, pas de cerfs, pas de lapin. Si je veux chasser, je me contente de rats et de chats et encore je crois que les chats ont compris que ce n'était pas un bon terrain pour s'installer. Après, je ne suis pas encore assez désespéré pour m'en prendre aux corbeaux et aux mouettes. Si ça ne tenait qu'à moi je ferais un petit nettoyage côté humain, une bonne chasse à l'homme ce serait tellement délectable, mais apparemment que ce serait très mal vu. Les humains sont nos amis apparemment...ouais...alors quelqu'un m'explique pourquoi on est en cage ?

Bref, évidemment que c'est complètement ridicule d'agir comme je le fais. Ça ne fait aucun sens, il n'y a rien de particulièrement intelligent dans le fait de se jeter directement devant les armes du SUNH en faisant mine de vouloir les attaquer. Le seul avantage que ça m'apporte c'est de me faire une réputation de dingue et donc les amener à ne pas me prendre au sérieux. Après ça laisse l'effet de surprise, mais en dehors ça, je n'en retire rien de bon. Un peu de divertissement et de satisfaction certes, mais surtout beaucoup de problème et des balles dans le corps. D'ailleurs je n'ai jamais pris la peine de compter combien de fois c'est arrivé. Je dirais surement trop souvent pour être sain. Je me demande même si à force je ne vais pas être listé comme étant une menace...si ça se trouve ils vont finir pas mettre ma tête à prit ou essayer de me mettre en prison ou je ne sais pas quoi...Y'a une prison pour les lycans ? Peu importe la réponse, je n'ai pas envie d'y aller, je me sens déjà coincé dans le district je n’ose pas imaginer dans une cellule. Enfin...pour aujourd'hui je peux dire que je suis chanceux. Non pas le fait que je me sois fait tiré, mais que je sois tombé sur cette...humaine du SUNH qui n'en fait pas vraiment partie et qui franchement n'a pas trop l'air de savoir elle-même ce qu'elle ait. Tant pis pour elle si c'est le cas, mais je le suis quand même reconnaissant de m'avoir aidé sur le coup et avec les balles aussi, car même si je me débrouille bien seul, me jouer dans la chair pour les retirer moi-même ce n'est pas ce que je préfère. « Mais comment ça ‘normalement’, ça t’arrives souvent de te faire tirer dessus ? » Je fronce les sourcils, visiblement embêté par la question. Bah pourquoi elle demande ça ? J'ai une tête à me faire régulièrement tirer dessus ? «Non ! Quelques fois...le SUNH n'a pas tellement le sens de l'humour...je voulais pas les manger...même s'ils auraient surement été très appétissant...» Je laisse apparaitre un léger sourire à ma remarque, parce que oui, je ne vais pas le cacher, niveau contrôle je ne suis pas dans les meilleures, je suis encore affreusement tenté par la chair humaine et je me demande même comment j'ai réussi à tenir jusque-là sans en croquer un seul. Cela dit, je vais me retenir de lui dire qu'elle sent la bonne viande, je crois que niveau compliment ça risquerait de mal passer. Je me contente donc de me présenter, même si je ne sais pas trop pourquoi je le fais, je ne vois pas ce que ça changera à son existence de savoir mon nom, peut-être même que ça pourrait m'attirer des ennuis, après tout...je ne sais pas si mon frère a déjà parlé de moi...peut-être pas, il me déteste tellement, il ne doit pas se vanter d'avoir un frère loup-garou, ou alors il le fait juste histoire de dire à tout le monde quel être abominable je suis. Je ne perds pas de temps pour enchainer avec des questions, car oui, j'ai beau être un asocial de première, je suis quand même un sale curieux. J'ai vraiment l'impression de ne rien connaitre de ce monde parfois, entre ma vie de pauvre et les années passées à l'écart de la civilisation, tout me semble nouveau, bizarre... « Je suis pas médecin du tout. » Alors elle est quoi ? Elle découpe des cadavres peut-être ? C'est pour ça qu'elle sait retirer une balle aussi habillement...Si ça se trouve c'est une psychopathe oui, une maniaco-sadique. « Mais je suis quand même douée hein. » Je souris à nouveau tout en la regardant d'un air plutôt perplexe. Oui, je me permets de remettre ses compétences en question quand même. «J'aurais pas fait mieux...»

Tout en rangeant son attirail de torture, elle poursuit sa réponse, apportant enfin quelque chose de satisfaisant à entendre, ou pas. Alors elle est scientifique. Scientifique ? Une lueur de méfiance se glisse aussitôt sur mes traits. Scientifique ce n'est généralement rien de bon non ? Ce sont des dingues qui analysent tout, font des expériences...des trucs horribles...Oui bon j'ai beau être sauvage, j'ai quand même quelques notions, je sais qui est Einstein et Frankenstein. Qu'importe le nombre de doctorat qu'elle a en poche, si elle charcute des trucs dans ses labos, je vois pas l'intérêt d'avoir des diplômes pour faire ça, n'importe quel imbécile est capable d'en découper un autre en morceau au nom de la science. « Pour dire la vérité, je me suis juste dit que détruire le sunh de l’intérieur ça pouvait être bien aussi. C’est sûr que c’est moins tape à l’œil que votre méthode mais bon, je fais ce que je peux.» Détruire de l'intérieur ? Mouais...peut-être. «Et ça fonctionne ?» Je suis plutôt sceptique pour le coup, je ne vois pas comment elle espère les détruire en travaillant pour eux. Pour ce qui est de garder ça secret, ce n'est pas un problème, je ne vois pas trop à qui j'irais le répéter de toute façon et entre nous je ne vais surement pas me vanter de m'être fait sauver la mise par une humaine. Puis sans avertir, elle s'avance pour vérifier l'état de mes blessures, me faisant presque sursauter au passage. Faut dire je suis encore totalement sur la défensive, prêt à attaquer au moindre faux geste et maintenant que je suis presque guérit ce serait bien mal pour elle. « Au fait, dis moi, ces agents du sunh ils t’ont attaqué en premier ou c'est toi qui a été les faire chier ? » Je me renfrogne bêtement, comme un gamin prit en faute et le plus chiant, c'est que je sais parfaitement que c'est bête de le faire justement. «J'ai pas fait grand-chose...j'ai juste grogné un peu, pour les énerver...c'est pas ma faute s'ils ont pensé que je voulais les attaquer...» Bon j'ai également bondit directement dans leur direction avec les crocs bien en évidence, mais c'est un détail. «Ils ont pas à venir ici, c'est notre territoire...enfin...celui des autres...c'est pas chez-moi ici...» Non j'y suis coincé, mais j'ai bien l'intention de trouver une façon de me barrer un jour ou l'autre.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 1358
Crédits : Desdemoniac/tumblr
Groupe : Humains

MessageSujet: Re: Le chasseur chassé {Darko&Eve}   Mar 1 Mai - 22:27

    C’est vraiment agaçant cette sensation d’avoir déjà entendu un nom quelque part, sans pouvoir se rappeler qui l’avait dit et où. C’est comme quand on vous pose une question et que vous connaissez la réponse sans pouvoir la formuler à haute voix. C’est incroyablement agaçant. En même temps un rien m’agace mais quand même. Surtout que j’étais absolument persuadée d’avoir déjà entendu parler d’un Darko, et j’avais beau réfléchir, non ça ne me revenait pas. Enfin bon, tant pis, ça finirait surement par me revenir à un moment ou un autre. En attendant, je connaissais – ou bien j’avais entendu parler de – beaucoup de loups-garous qui faisaient des conneries du genre de s’attaquer au sunh, soit c’était uniquement pour défier leur autorité toute relative, soit simplement pour s’amuser. (Parfois pour les manger aussi mais bon.) Peut-être que c’était pour ça que son prénom me disait quelque chose. En tout cas, même si certains passaient au travers des mailles du filet, bien d’autres finissaient chez moi. Bien sûr j’essayais de les sortir de là le mieux que je pouvais mais souvent ils n’avaient même pas le temps d’arriver aux labos vivants. On disait que les loups-garous avaient du mal à se retenir quand ils étaient de mauvaise humeur mais franchement les agents du sunh n’étaient pas mieux parfois. En attendant j’étais bien contente d’avoir réussi à sauver Darko de ce destin-là. De toute façon, rien qu’avec le peu que je connaissais de lui, je pouvait dire qu'il aurait sûrement causé beaucoup trop problèmes au labo, bon ç’aurait été plutôt marrant à regarder mais les conséquences n’auraient certainement pas été marrantes pour lui. Et vu comme je me connais ça n’aurait pas été marrant pour moi non plus en fin de compte. Bref je lui avais donc demandé s’il lui arrivait souvent de se faire tirer dessus. Sa réponse ne m’a pas étonnée le moins du monde. «Non ! Quelques fois...le SUNH n'a pas tellement le sens de l'humour...je voulais pas les manger...même s'ils auraient surement été très appétissant...» Quelques fois. Mais bien sûr. Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d’alu. Mais en y repensant, ça devait être pour ça qu’il m’avait couru après aussi alors, pour s’amuser. Personnellement ça ne m’avait pas amusée du tout cela dit. Mais c’est dingue comme ça me paraissait si loin à présent, pourtant il avait quand même réussi à me mettre très en colère. Peut-être que c’était le fait de le connaître un petit peu qui m’avait rendue moins en colère. Et il souriait en plus. C’était une première ça, tiens. Quoique. En tout cas je savais bien ce que voulait dire « quelque fois » ; ouais, ça voulait dire tout le temps. Ou très, très souvent. Au moins il ne voulait pas les manger, c’était déjà ça. Mais les mecs du sunh n’avaient déjà pas très bon caractère, si en plus on les attaquait même pour rire, il ne fallait pas s’attendre à ce que ces abrutis le prennent à la rigolade. Mais en même temps n’importe qui vu comme une proie deviendrait agressif, la preuve avec moi. Enfin avant que je me mette à courir quoi. Enfin bref. Il a enchainé sur ses questions et très honnêtement, j’aurais vraiment voulu pouvoir éluder tout ça, surtout la question à propos de mon boulot. J’aurais pu lui laisser croire que j’étais médecin, mais j’avais préféré être honnête avec lui. Allez savoir pourquoi, à chaque fois que j’étais avec un loup-garou, je préférais être sincère ; en même temps c’était plus facile. Il n’y a rien de plus compliqué que de mentir à un loup-garou en ayant l’air crédible. Autant éviter les efforts inutiles. Bref, je lui avais dit que je n’étais pas médecin, et disons que j’avais fait durer le suspense sur mon vrai métier. Ce n’est pas comme si j’en étais très fière en même temps. «J'aurais pas fait mieux...» qu’il a répondu, ne cachant pas qu’il doutait de mes capacités. J’eus un petit rire parce que bon, il avait raison en même temps. J’haussais les épaules en souriant et ne prit même pas la peine de répondre à cette boutade.

    J’ai fini par lui dire ce que je faisais dans la vie, scientifique. Mais je ne suis pas idiote, et je savais qu'il ne l'était pas non plus, c’était donc plus qu’évident qu’il ferait le rapprochement : sunh – scientifique – loups-garous. Je pense que j’ai eu de la chance qu’il ne m’ait pas sauté à la gorge rien qu’en entendant que j’étais scientifique. Et comment louper cet air suspicieux qu’il avait prit ? Bien évidemment que ma réponse l’avait rendu instantanément plus méfiant à mon égard. Évidemment. Je ne pouvais pas l’en blâmer d’ailleurs. Après tout ma devise n’était pas de ne jamais faire confiance à un mec en blouse blanche pour rien. Mais ça aurait pu être pire, si je ne lui avais rien révélé il aurait sûrement été encore plus suspicieux. Je pense avoir bien fait, mais on n’est jamais sûr de rien. Ça ne l’a pas empêché de me questionner encore plus et j’ai donc décidé de répondre à ses questions avec toute la bonne volonté dont j’étais capable. Mais s’il essayait de me percer à jour et de savoir qui j’étais vraiment, il aurait beaucoup de mal. Tout simplement parce que même moi je l’ignorais. J’avais tellement de facettes et j’étais tellement habituée à mentir et à jongler avec les personnalités que parfois je m’y perdais moi-même. Je ne savais même pas si je devais dire que j’étais du sunh ou pas, je ne savais pas si j’étais une gentille ou une méchante. J’aimerais tellement que dans la vie ce soit soit noir soit blanc mais j’étais l’exemple même du gris. J’aimais me dire loyale mais en même temps je suis un traître. J’aurai voulu me dire loup-garou mais je suis humaine. Bref je ne savais pas et même avec toute la bonne volonté du monde je n’aurais jamais pu lui dire qui j’étais vraiment et donc il ne pourrait jamais vraiment le savoir. En tout cas pas avec un laps de temps aussi court. Et quand bien même, après tout j’étais sortie avec Wayne pendant un petit moment et j’étais presque sûre qu’il ne me connaissait pas. C’est pour dire. Même si pour le moment Darko me paraissait être quelqu’un de très bien et que je l’aimais bien il ne pourrait jamais me faire confiance parce que je ne pourrais jamais me confier a lui. Ce serait pratiquement impossible pour moi. C’était quand même navrant qu’une personne brillante comme moi – sans vouloir me vanter hein – n’arrive même pas à se connaître soi-même. Tant pis. La biologie est bien plus intéressante que moi de toute façon. D’ailleurs je n’ai aucune idée de pourquoi je lui ai dit que mon objectif était de détruire le sunh. En général c’est plutôt le genre de truc qu’on garde pour soit pourtant. Mais là, c’était presque sorti tout seul. «Et ça fonctionne ?» Je grimaçais légèrement et haussais les épaules. J’aurais franchement voulu lui dire que oui, mais là c’aurait vraiment été mentir. C’était relativement efficace, et d’un point de vue sauvetage de loup-garou c’était une réussite, mais du point de vue destruction du sunh, ca ne marchait pas des masses. Je secouais la tête. « Ben.. Disons que tout est relatif quoi. » Je faisais de mon mieux, mais je ne pouvais faire confiance à personne ou si peu de monde, à moi toute seule il me faudrait un sacré bout de temps avant que je trouve le moyen de détruire le sunh ; parce que même si, par exemple, je faisais sauter les laboratoires, ce ne serait qu’une question de temps avant qu’un autre laboratoire soit construit. Oui, j’y avais pensé. J’y avais pensé tellement souvent. Une petite bombe et on parle plus. Sauf que les mecs a la tête du sunh sont moins cons que les agents qu’ils envoient sur le terrain et on pouvait être sûrs que tout était prévu au cas où. Il fallait que je trouve autre chose, mais quoi ? C’était ça la question. « C’est pas évident tu sais, mais j’y travaille. Je fais ce que je peux avec ce que j'ai. » Un jour, j’y arriverai. C’était littéralement mon but dans la vie. Et non, je n’exagère pas, et je ne plaisante pas non plus. Je viendrais à bout de ces types, je ne sais pas quand, je ne sais pas comment, mais j’y arriverai.

    Au fait pourquoi est-ce que je lui confiais tout ces trucs, moi ? J’avais pris un coup sur la tête ou quoi ? Fallait que j’arrête avant d’en dire beaucoup trop. Je préférais lui demander ce qui s’était passé, au moins ça m’éviterait de dire n’importe quoi. «J'ai pas fait grand-chose...j'ai juste grogné un peu, pour les énerver...c'est pas ma faute s'ils ont pensé que je voulais les attaquer...» Je roulais des yeux, exactement comme ce qu’il avait fait avec moi, sauf que, eux ils étaient armés. Une mauvaise idée en somme. J’eus un petit sourire en coin cependant, en pensant que des agents du sunh qui sont censés être des professionnels, avait plus peur d’un loup-garou que moi. Mais surtout je souriais à cause de Darko qui avait l’air d’un gamin qu’on avait attrapé en flagrant délit de vol de bonbons. « Hmm. » lâchais-je pensivement. « Je crois qu’ils sont encore plus à cran aujourd’hui que d’habitude, parce qu’un des leurs a été mordu au point de se transformer. » En général, c’était quand même une sacré blessure pour que ça aille jusque là. J’haussais les épaules et, me disant que Darko n’apprécierait peut-être pas spécialement qu’un agent devienne un loup-garou, je décidai de le rassurer. « Mais le type n’a même pas survécu à sa transformation. » J’essayais de cacher le ton déçu de ma voix, mais je n’étais pas certaine d’y être arrivée. Pourvu qu’il ne me prenne pas pour un savant fou. Même si j’en étais un, le principal c’est d’éviter d’en avoir l’air. En tout cas une chose était certaine, il n’y avait aucune empathie dans ma voix. Je me fichais pas mal que ce type soit mort. Est-ce que c’était mal ? Théoriquement j’imagine que oui mais bon, je le connaissais pas moi, ce mec. J’arrivais presque jamais à ressentir de l’empathie pour les agents du sunh de toute façon. J’en voyais beaucoup trop être des espèces de dingues sadiques pour ça. Oui, bon, je les mettais tous dans le même sac sauf exception mais bon. Enfin bref c’est Darko qui m'a sorti de mes pensés bizarres. «Ils ont pas à venir ici, c'est notre territoire...enfin...celui des autres...c'est pas chez-moi ici...» Je fronçais les sourcils et penchais la tête sur le côté, essayant de comprendre où il voulait en venir. Bien sûr je comprenais le principe mais j’avais du mal à comprendre pourquoi il ne considérait pas le district comme son territoire au même titre que les autres ? En fait j’avais même du mal à comprendre pourquoi il disait que c’était le territoire de qui que ce soit. De toute façon pour moi le district n’était que la pire idée du siècle, voire même de tous les temps, et en plus de ça c’était une espèce de prison à ciel ouvert pour loups-garous. Le district n’est le territoire de personne. « Tu trouve franchement que ça à l’air d’un territoire ce truc ? » lâchais-je sans m’en rendre compte. « C’est pas assez bien pour qui que ce soit. » Au lieu de trouver une solution, les grands chefs ont préféré emprisonner tout ce qui pourrait éventuellement causer peut-être un problème un jour, sans réfléchir. Sans même savoir s’il y allait avoir un problème ou pas. Un peu comme s’ils passaient le balais et cachaient la poussière sous les meubles. C’est nul. J’ai failli poursuivre mon raisonnement à haute voix, sauf que je n’en ai pas eu l’occasion. Non, on m’a littéralement coupé la parole. Un grondement, ou un grognement, ou peut-être même un peu des deux à la fois. Je me suis figée, un sourire nerveux s’est gravé sur mon visage tandis que je jetai un regard à Darko qui voulait dire ‘ c’est ce que je pense que c’est ?’ avant de me retourner lentement vers la source du bruit. Un petit « Ah. » crispé m’a échappé tandis que je fixais la bêbête. Malheureusement, c’était bien ce que je pensais que c’était. Pour sûr, un loup-garou affamé qui avait senti l’odeur du sang, et d’un loup-garou blessé, et d’une humaine – moi. J’imagine que dans l’esprit du loup-garou, j’étais l’entrée, et Darko était le plat principal. Ou alors j’étais le dessert, au choix. Mais aucun de ces choix ne me plaisaient honnêtement. Je gardais cependant mon calme et me retournais à nouveau vers Darko, lui jetant un regard qui voulait clairement dire que j’espérais qu’il était guérit ou du moins assez et qu’il pourrait nous sauver les miches. Je lui aurais bien dit a haute voix de nous sortir de là mais ça nous aurait sûrement mis dans une situation encore plus délicate; après tout il ne fallait surtout pas qu’on passe pour des proies potentielles, ni moi ni même lui. Du coup j’espérais que mon regard suffise à lui faire comprendre qu’il faudrait qu’on se tire de là, et vite fait. Moi pendant ce temps je prenais grand soin de me tenir droite et de ne pas avoir l’air d’avoir peur. Bon pour le moment je ne puais pas la peur à plein nez – sans même faire d’effort surhumain je n’étais pas en état de panique, et heureusement – mais je sais que mon instinct fait des trucs vachement bizarres des fois. N’empêche que je réussissais à garder mon calme avec un surprenant succès. Avec un peu de chance ce loup était une de mes connaissances, ou une de Darko. Mais un ami alors si possible parce que si c’était un de ses ennemis la situation serait encore pire. J’ai déjà mentionné que ce serait bien qu’il nous sorte de là ? Oui ? Ben je le redis quand même. Espérons qu’il ne me laisse pas en plan, mais franchement je préférais ne même pas penser à cette éventualité.

_________________

Because heaven sends and heaven takes. Yeah she's got a criminal mind. She's got her halo and wings hidden under his eyes, but she's an angel for sure. She just can't stop telling lies. But it's too late for his love, already caught in a trap. His angel's kiss was a joke, and she is not coming back

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 1076
Crédits : Cameleon&Tumblr
Groupe : Lycanthropes
Immatriculation : LG00CP050407D7

MessageSujet: Re: Le chasseur chassé {Darko&Eve}   Sam 5 Mai - 14:45

J'ai bien souvent l'impression de n'avoir ma place nul part. Je ne suis certainement pas humain, ces êtres inférieurs empestent la médiocrité et je n'en suis pas là. Le seul hic c'est que j'ai beaucoup de mal à me considérer comme un lycan. Oui, j'en suis un, mais je fais tâche dans le décor, du moins selon mon point de vue. Je ne suis pas comme les autres, je suis...bizarre ? Je crois qu'il y a une sorte de court-circuit entre mon côté humain et mon côté loup. Je ne suis pas spécialement fan à l'idée de me transformer en loup, préférant de loin ma forme humaine, mais même sous celle-ci, je me comporte bien souvent comme une bête, comme si mes réflexes et mes habitudes de loups ne disparaissait pas en même que ma fourrure. Et puis j'ai aussi tendance à dédaigné les autres lycans, autant que je dédaigne les humains. Non pas que je me considère supérieur à eux mais je ne me sens pas comme eux tout simplement. Vous me direz peut-être que je ne sais tout simplement pas qui je suis et qui je dois être. J'ai eu ma première transformation très tard, j'étais donc habitué à être un humain, mais rehaussé des capacités de loups qui apparaissaient tranquillement au fil des années. J'ai donc été très longtemps à balancer entre deux mondes, à me demander si au final j'étais plus loup qu’homme ou le contraire. Et mon isolement volontaire n'a surement pas aidé, je suis devenu outrageusement méfiant, suspicieux, affinant mon mauvais caractère au point que toute présence étrangère devenait très irritante. J'étais vraiment un sale gosse vicieux, j'aurais mordu n'importe qui sans hésitation et sans prendre le temps de me demander s'il avait de bonne ou mauvaise intention. Et oui j'étais un putain de gamin parce que mon ordure de frère m'a planté derrière lui alors que je ne taillais pas plus haut que les 10 ans. Pas étonnant que j'ai mal tourné, un enfant de cet âge a besoin d'être encadré, d'apprendre les bonnes manières et les limites à ne pas franchir, alors que dans mon cas, laissé à moi-même, j'avais la liberté de tout faire et surtout de faire à ma tête. Rien de positif ne pouvait aider à forcer mon caractère, je l'ai donc bâtit sur ma haine et mon désir de vengeance envers mon aîné.

Et encore aujourd'hui je ne respire qu'à ça. L'idée que j'aurai la chance de lui faire payer, de lui faire sévèrement payer d'avoir trahis notre lien de sang sous seul prétexte que j'étais différent de lui. Il m'a traité comme si j'étais un monstre, une vulgaire bête, mais de nous deux, le plus pathétique c'est bien lui. Les humains sont tellement handicapés. Mauvaise odorat, mauvaise vue, mauvaise ouïe, aucun instinct de survie inné, une santé affreusement fragile et un corps qui se brise avec une facilité alarmante. Si ça c'est considéré comme l'un des plus grands prédateurs de cette terre, c'est que les autres sont horriblement minables. Après je dois admettre avoir du mal à comprendre l'intérêt de cet Eve à vouloir détruire sa propre espèce. Elle ne devrait pas plutôt servir la cause du SUNH, vouloir nous éradiquer pour garantir la sécurité des humains et des générations futurs ? Enfin...chacun ses loisirs après tout et puis peut-être qu'elle est un peu comme moi au fond, elle ne sait pas trop à quel monde elle est sensé appartenir, alors elle balance entre les deux, incapable de trancher. Dans tous les cas, si j'en juge ses paroles, sa mission destructif du SUNH n'est pas encore très fructueuse, va savoir ça ne m'étonne pas tellement. La vermine c'est dur à éradiquer et le SUNH est de loin l'une des pires. Au moins elle essai...contrairement à d'autre, juste pour ça, elle mérite une toute petite once de mon respect, ça et le fait qu'elle est pris le risque de me soigner. Cela dit, ce n'est pas pour autant que je lui fais confiance. Toujours sur la défensive, mes réactions restent très vives, bien que j’essaie de les contrôler, ce serait dommage de l'abimer alors qu'elle vient juste de m'aider. Avec moi c'est généralement très simple, soit je réagisse agressivement, soit je réagis comme un gamin. J'ai un peu de mal avec la stabilité il faut croire et quand elle me question au sujet de ce qu'il s'est passé avec les agents du SUNH, c'est une véritable réaction de gosse que j'ai, de quoi me foutre la honte moi-même. Pourquoi je me renfrogne comme si je venais de faire une bêtise ? J'ai bien le droit de faire ce que je veux, ce n'est pas cette blondiche qui va me faire la morale quand même, manquerait plus que ça ! « Je crois qu’ils sont encore plus à cran aujourd’hui que d’habitude, parce qu’un des leurs a été mordu au point de se transformer. » Une pointe d'intérêt se glisse aussitôt dans mon regard. Bien ! Chapeau à ce brave lycan ! C'est rassurant de voir qu'il y en a encore qui ont assez de cœur au ventre pour se défendre. Je vais faire jusqu'à afficher un léger sourire de satisfaction à cette pensée. « Mais le type n’a même pas survécu à sa transformation. » Encore mieux ! Crève connard ! Ça lui apprendra, de toute façon, les lycans auraient sans doute uns seuil de tolérance très bas pour un SUNH devenu l'un des nôtres. Pas de pitié pour ces enflures de merde ! «De toute façon, les humains devraient pas avoir la chance de devenir des loups...s'ils pouvaient tous crever...» Bon là je parle bien sûr de ceux qui se font mordent et se transforment, je ne parle pas de tous les humains de la terre, quoique...un monde entièrement constitué de lycans serait parfait, mais ne faut pas rêver non plus. Et puis entre nous, c'est très bien qu'il soit mort, elle aurait fait quoi sinon cette scientifique ? Elle l'aurait étudié comme un rat de laboratoire ? Tout ça c'est encore et toujours la faute du SUNH, les emmerdeurs ! Et le pire c'est qu'ils ont le culot de venir se pavaner devant nous comme des paons mal léchés. « Tu trouve franchement que ça à l’air d’un territoire ce truc ? C’est pas assez bien pour qui que ce soit. » Évidemment que ce n’est pas assez bien ! Mon regard redevient instantanément glacial. Elle peut bien parler elle de toute façon, elle est libre ! «C'est pas tellement comme si on avait le choix d'aller ailleurs de toute façon...s'il faut se contenter de cette merde, ils pourraient au moins nous foutre la paix.» C'est hargneux c'est vrai, mais vous le seriez aussi si vous étiez coincé dans ce dépotoir. J'aurais sans doute d'autre chose à pestiféré, mais un bruit attire aussitôt mon attention. Je regarde dans la direction d'où ça provient pour ensuite entendre un grognement. Et à peine une minute après un loup-garou surgit juste à côté, l'air d'avoir visiblement trouvé un bon snack. À tous les coups c'est la faute de cette humaine qui sent la viande à un kilomètre à la ronde. J'avise le regard qu'elle me lance, restant totalement calme, voire légèrement blasé. Je n'ai pas envie de jouer au plus fort là tout de suite et puis j'aurais l'air de quoi si je commence à défendre une humaine hein ? Je suis déjà à la limite d'être traité en paria, ce serait me tirer dans le pied. Je peux toujours partir et la planter là mais...j'ai quelques scrupules pour le coup, elle m'a quand même sauvé la mise quelques instants plus tôt. Je soupire avant de planter mon regard dans celui de la bête. «Dégage sale cabot ! Y'a rien à manger ici, alors va emmerder quelqu'un d'autre !» Intelligent ? Ah non pas du tout, rien de pire que les provoquer, surtout quand ils ont faim, mais si j'en juge sa posture défensive qui contrecarre avec son air agressif, ce n’est pas un vieux loup expérimenté. Un jeune seulement, un jeune con trop audacieux. Il me fixe, je le fixe aussi, j'attends qu'il tourne les pattes et parte comme il est venu, mais non...cette enflure semble plutôt d'avis qu'il ne partira pas l'estomac vide, du moins c'est ce que j'en juge quand il concentre son attention sur la proie facile de la place...l'humaine. Sans doute qu'il s'attend à ce que je ne la défende pas. Ce qui entre nous serait encore la chose la plus sage à faire. Cela dit comme moi et la sagesse ont fait deux...aussitôt qu'il fait un pas vers Eve, je bondis sur mes pieds, ma transformation déjà en cours. Une fois fait, je me plante à côté de la scientifique, sur mes quatre pattes, les oreilles plaquées contre ma tête et mes crocs à découvert, dans une posture d'attaque. Et j'y crois même pas moi-même, je suis en train de défendre un putain de steak contre un lycan. La réputation que ça va me faire. Il insiste encore un peu et je grogne d'avantage, jusqu'à ce qu'il daigne faire un pas en arrière et s'éloigner lentement. Je le fixe jusqu'à ce que je juge qu'il soit assez loin, puis je tourne ma tête en direction de celle que je viens de défendre. Et l'erreur à ne pas faire...je renifle son odeur, le parfum de chair fraiche me pénétrant comme un appel à la tentation. Je crois que je suis vraiment à deux crocs de lui arracher la tête quand je réalise enfin ce que je m'apprête à faire, me poussant à bondir en arrière, pressé de mettre de la distance entre nous. Ce que je peux être faible c'est pas vrai ! Plaqué contre le mur de brique, je reprends tranquillement ma forme humaine, mes yeux toujours vrillé sur ce repas interdit. Cette fois je ne peux même pas m'autoriser l'excuse d'avoir voulu jouer, je voulais vraiment la dévorer sur place. J'en suis encore moi-même surprit d'ailleurs, si bien que je n'arrive pas à articuler la moindre excuse, me contentant de la fixer d'un air perdu entre la panique et cette faim atroce qui me tenaille.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 1358
Crédits : Desdemoniac/tumblr
Groupe : Humains

MessageSujet: Re: Le chasseur chassé {Darko&Eve}   Lun 7 Mai - 16:46

    Les choses sont tellement frustrantes parfois que ça pourrait presque en devenir marrant. Presque étant le mot clef de la phrase, bien entendu. Mais vraiment, sans vouloir dédaigner la situation déplorable dans laquelle se trouvaient les loups-garous – et elle est vraiment déplorable faut pas se leurré – ils ne sont pas les seuls à souffrir ou avoir souffert. A un moment donné tout le monde a du plus ou moins souffrir à cause de cette situation, même moi. Mais le plus drôle – ou pas ? – dans toute cette histoire c’était quand ils pensaient – souvent tellement fort qu’on aurait presque pu l’entendre – que j’étais quelqu’un de libre. Parce qu’il y a des diverses définitions pour le mot libre, bien sûr celle à laquelle on pense le plus, c’est ‘qui n’est pas en captivité’ bien entendu, mais être libre ce n’est pas seulement ça. C’est aussi ‘non soumis à des contraintes’, c’est aussi le fait pouvoir agir et s’exprimer selon ses propres choix, sa propre volonté. Et si vous pensez que c’est mon cas, vous vous fourrez le doigt dans l’œil. J’aurais bien aimé, et c’est vrai que je prends mes décisions sans me soucier des règles ou des lois, mais les conséquences sont là quand même. Si je me fais attraper pour n’importe lequel de mes actes, je suis pratique sûre que je serais encore plus dans la merde que le loup-garou lambda qui aurait grogné sur un agent du sunh. Vous savez ce qu’on fait aux chercheurs du sunh qui foirent ? Non ? Ben c’est mieux comme ça, je peux vous le garantir. Et puis y’a pire, y’a vachement pire même. Parce que je ne parle même pas de l’espèce de cinglé qui me sert de père adoptif ; il me surveille sûrement beaucoup plus qu’aucun agent du sunh ne surveillera un lycan. C’est un très joli concept la liberté, ouais, mais encore faut-il en saisir toutes les nuances. Oui bon, c’est moi qui dis ça, mais je n’étais pas franchement en position de me plaindre. Y’avait pire. Mais c’est vrai, non ? Enfin j’imagine que c’est beaucoup plus simple pour tout le monde si les loups-garous pensent que tous les humains sont libres et que tout les lycans ne le sont pas, et inversement aussi, sûrement. Comme pour tout, la solution de facilité est toujours la plus privilégiée, toujours. Tout comme moi je refusais d’admettre que certains type de sunh n’étaient pas tous forcément mauvais, tout comme je refusais de voir que certains loups-garous étaient super dangereux, tout comme je refusais d’admettre que je n’étais pas franchement taillée pour une révolte. Aussi petite et subtile soit-elle. Donc moi aussi je sautais sur la solution de facilité, alors je ne vais pas blâmer quelqu’un d’autre parce qu’il le fait. N’empêche que des fois, ça semblait injuste et carrément frustrant. Mais bon je n’allais pas raconter ma vie à qui que ce soit, et puis je n’allais pas m’amuser à faire un concours de celui qui est le plus dans la merde ; j’aurais perdu de toute façon et moi je déteste perdre alors valait mieux pas. Enfin bon ce n’était pas le moment de penser à ce genre de trucs, et surtout j’avais mieux à faire que de m’énerver toute seule dans mon coin. Surtout qu’il avait rien dit de bien méchant lui.

    Et on en est venus à parler de ce fameux agent du sunh et de sa transformation loupée. J’aurais sûrement du me sentir coupable de mon manque de compassion pour le mort, parce que je n’en avais vraiment aucune. J’avais plus été embêtée par le fait d’avoir dû me déplacer pour rien plutôt que parce que le mec n’avait pas survécu. En tout cas, rien qu’à voir la réaction de Darko j’ai complètement oublié toute notion de culpabilité. Non vraiment, au début il était juste intrigué, et puis après quand je lui dis que l’agent était mort, il avait sourit. Comme quoi y’avait pas que moi qui se fichait pas mal du sort de ce type. Dans un sens c’était réconfortant. Soit je n’étais pas aussi sans cœur que je le pensais, soit – au moins – je n’étais pas la seule à l’être. «De toute façon, les humains devraient pas avoir la chance de devenir des loups...s'ils pouvaient tous crever...» J’haussais un sourcil et gardais le silence pendant une seconde. Ah bah non, ça ce n’était pas juste. J’aurais bien aimé être un loup-garou, moi. Même si je ne me faisais pas d’illusion, je savais bien que j’étais beaucoup trop faible pour survivre à la première transformation et j’aurais finie comme ce crétin du sunh. N’empêche que c’était injuste, si j’avais eu de la chance génétiquement parlant ben j’aurais pu en être un de loup-garou. Enfin peu importe. Je n’ai pas pu me retenir et j’ai lâché un petit « eh bah, ca fait toujours plaisir. » ironique en guise de réponse avant qu’un petit sourire en coin se dessine sur mon visage. Parce que voilà, je ne sais pas si c’était normal ou pas, mais ça ne m’a pas dérangée le moins du monde et encore moins vexée, qu’il ait pu souhaiter la mort des humains. J’aurais presque pu être d’accord avec lui en fin de compte. J’ai des pensées tellement horribles des fois que j’arrive à m’en étonner moi-même. «C'est pas tellement comme si on avait le choix d'aller ailleurs de toute façon...s'il faut se contenter de cette merde, ils pourraient au moins nous foutre la paix.» Cette fois-ci se fut à mon tour de me renfrogner un peu. Franchement, j’y suis pour rien moi. La création du District c’est en aucun cas de ma faute ; je veux bien admettre avoir commis des fautes, mais je ne suis pour rien dans la création du district. J’étais encore petite quand ça été mise en place, d’accord ? Pas la peine d’être aussi agressif avec moi. Alors on garde calme et sérénité s’il vous plaît hein. Je fronçais les sourcils et croisais les bras. « Je sais bien. » finis-je par grommeler en me retenant autant que possible d’ajouter un ‘j’y suis pour rien moi’ on ne peut plus puéril. Mais c’était vrai. En même temps même sans me retenir je n’aurais pas eu le temps de le dire puisque c’est à peu près à ce moment que le loup-garou a débarqué. Ca n’a pas trop eu l’air d’alarmer Darko qui m’a regardée avec un air blasé, comme si je venais de le déranger pour une broutille. Pour lui en même temps ca ne devait pas être bien grave c’est vrai, mais quand même. Et puis ce n’est pas comme si je lui demandais – silencieusement – de me protéger avec gaité de cœur. Si je le pouvais je me défendrai toute seule comme une grande. Sauf que moi contre un loup-garou, c’est même pas la peine d’y penser. Franchement, en général on peut dire que je suis plutôt satisfaite de moi-même. En tout cas je suis à l’aise avec ce que je suis. Sans vouloir m’auto complimenter, je suis quand même intelligente, et puis je ne suis pas repoussante, je dirais même que je suis quand même plutôt jolie, et puis je suis quand même plutôt douée et je réussis presque toujours ce que j’entreprends. Enfin quand je m’en donne les moyens. Sauf que voilà, il y a un hic. Certains pourront vous dire qu’ils détestent leurs cheveux ou leur manque d’ambition. Moi ce que je déteste à propos de moi-même, c’est que je suis faible. Pas mentalement, c’est vrai, mais physiquement c’est une véritable catastrophe. Je suis une cible vivante, comme si je me baladais avec une pancarte ‘attaquez moi’ entre les mains. Même sans loup-garou je suis sûre que j’aurais été une victime née, seulement pour les autres humains. Et vraiment, je déteste ça. C’est insupportable.

    Si vous voulez savoir il n’y a rien que je déteste plus au monde que de devoir être protégée par quelqu’un, et pourtant ça m’arrive tellement souvent que c’est à en devenir dingue. Le pire dans l’histoire c’est que même en sachant ça, je me mets quand même dans des situations dangereuses pratiquement tous les jours, et je me promène dans le district comme si rien ne pouvait jamais m’arriver. Et des trucs du genre de ceux-là – être prise pour proie – ne me servait même pas de leçon. Comment est ce que je pouvais être aussi stupide parfois ? Je ne pouvais même pas dire que j’étais insouciante ou que j’ignorais les risques, parce que je savais parfaitement ce qui risquais de m’arriver. Mais au moins je suis un kamikaze en toute connaissance de cause. C’est déjà ça, y’avait au moins un point positif dans ma façon de faire. Mais franchement, j’avais été tellement bête de penser ne serait-ce qu’une seule seconde – une fraction de seconde même – que ce n’était pas moi qui avait attiré le loup-garou. Bien sur que c’était de ma faute, bien sûr que j’étais la proie. Quelle imbécile. Le pire c’est que je n’aimais déjà pas être celle qu’on défend, il fallait en plus que Darko ne cache pas que ça le faisait chier. Il a même lâché un soupir en plus. Pour le coup, dans une autre situation, j’aurais presque pu m’énerver. Mais là je gardais le silence parce que voilà, hein. «Dégage sale cabot ! Y'a rien à manger ici, alors va emmerder quelqu'un d'autre !» Je fronçai les sourcils et lui jetais un regard étonné, le fixant comme s’il avait pété les plombs. C’était ça sa façon de se débarrasser d’un loup-garou qui avait – littéralement – les crocs ? Franchement je n’étais pas certaine que ce soit la meilleure idée du monde. Je me suis retournée pour regarder l’autre loup-garou et la méthode Darko ne marchait pas beaucoup. A la limite même moi j’aurais presque pu faire mieux. Ils sont restés à se fixer pendant un moment – un long moment ? – et pendant un instant j’ai même cru que le loup-garou allait s’en aller comme il était venu. Sauf que je n’avais jamais de chance, alors forcément il a avancé vers moi. Au moins il n’avait pas bondit sur moi, auquel cas j’aurais eu des problèmes. Mais là ça allait. Je fis mon possible pour ne pas montrer ma peur et restais immobile. En même temps ce n’est pas comme si j’ai eu beaucoup de temps pour réagir, à peine de le loup avait fait un pas que Darko avait déjà bondit pour l’empêcher de faire quoi que ce soit. C’était étonnant, surtout qu’il avait l’air carrément ennuyé au départ. Je ne comprendrais jamais comment ça marche dans la tête des gens. Enfin ce n’est pas le moment de chercher. Au début j’avais eu peur qu’ils se battent, mais en fait pas du tout, je ne savais pas trop pourquoi mais Darko s’est planté à côté de moi et n’a fait que de lui grogner dessus, l’autre aussi, et au final ils se sont grogné dessus pendant une ou deux minutes durant lesquelles je me suis contenter de rester plantée là à les regarder, et surtout à les écouter. Plus de peur que de mal donc, l’autre loup-garou à fini par repartir comme ça. Je penchais la tête sur le côté en le regardant s’en aller, un peu surprise que ce soit aussi simple de s’en débarrasser. Je veux dire, tant mieux hein, je ne veux pas qu’on se batte pour moi et encore moins qu’on soit blessé à cause de moi, mais c’était quand même étrange que ce soit aussi facile. Ouais enfin, c’est ce que je croyais.

    Tout s’est passé super vite après le départ du loup-garou. Darko s’est tourné vers moi, alors je lui ais souri, et puis là comme ca, il s’est pratiquement jeté sur moi. Et j’ai vu sa gueule se rapprocher dangereusement de ma tête. Ah non, hein, je ne voulais pas mourir en me faisant arracher la tête, c’était franchement pas cool comme mort ! Un petit cri de surprise – et très certainement de peur aussi – m’échappa quand il m’attaqua, tandis que je me reculais autant que possible pour me retrouver coincée. Bien sur, ce n’est pas comme j’avais de la chance d’habitude de toute façon. Persuadée que j’allais y passer je fermais les yeux et grimaçais.. et puis rien. Quand j’ai rouvert les yeux – avec précaution – il était a une bonne distance de moi et reprenait forme humaine. Je suis restée choquée pendant un court instant qui m’a paru interminable. Merde alors je m’attendais franchement pas à ça, je m’attendais pas à ce qu’il s’attaque à moi. Qu’est ce que j’avais fait qui avait déclenché ça ? Je ne me comprenais pas. Je déteste ne pas comprendre quelque chose. En tout cas, je n’avais pas vu ma vie défiler devant mes yeux, mais on aurait pu facilement utiliser l’expression dans ce cas-là. La vache. Allons, ressaisis-toi Eve, c’est pas la première fois que ça t’arrive ce genre de chose ! Je me rappelle de cette fois au labo où le type est devenu complètement dingue et a essayé de m’arracher un bras et .. bref. C’était peut-être parce que je ne m’y attendais pas que je suis restée choquée comme ça. Il avait l’air encore plus choqué que moi, un peu comme s’il avait prit une gifle en pleine figure. Et puis au bout d’un petit moment la surprise s’est même transformée en panique, et j’ai complètement oublié que j’aurais du être en colère, ou effrayée, ou tout simplement m’enfuir. Je ne vais pas mentir et dire que je ne craignais pas qu’il m’attaque à nouveau, mais le fait qu’il ait reculé au bon moment montrait plutôt clairement que ce n’était pas dans ses priorités. Je restais cependant ou j’étais et me gardais bien de m’approcher. Je connaissais les recommandations quand on était face à un loup-garou affamé. C’était quelque chose que j’entendais parler depuis toute petite. Heureusement j’avais la chance de me rappeler de mon père et de sa grosse voix qu’il rendait douce rien que pour moi. Ne jamais se comporter en victime. Les loups-garous les plus sauvage respectent les grande gueule – bon il ne l’avait pas dit comme ca bien sur –. Ne pas montrer qu’on a peur. Ne pas se disputer avec un loup-garou si on n’y est pas obligé, bien que je ne respecte pas du tout ce conseil, jamais. J’avais eu des tas d’occasion de mettre tout ca en pratique. Mais y’avait un truc que j’avais appris par moi même, c’est que parfois la manière douce ça marche aussi. De toutes façons Darko semblait tellement secoué par ce qu’il avait faillit faire que je ne pouvais absolument pas jouer à la grande gueule. Mais je ne savais pas par où commencer honnêtement, alors je plantais mon regard dans le sien et lui fis un demi-sourire – c’était le maximum dont j’étais capable à ce moment là – qui se voulait rassurant. Je voulais dire quelque chose mais j’avais du mal à déterminer ce qui pouvait être dit et ce que ne devait surtout pas l’être. Euh.. « C’est pas grave. » Finis-je par lâcher d’une voix douce, c’est ça qui est sorti au final ouais, pas bien brillant mais bon. « Je te comprends après tout, moi aussi j’ai du mal à me retenir devant un cheeseburger des frites. » plaisantais-je. J’avais opté pour la légèreté plutôt que pour le ton grave ; même s’il aurait été plus de circonstance. Mais je voulais juste lui changer les idées, le rassurer et me rassurer moi-même en même temps, et puis le faire arrêter de penser que je ferais un bon repas. Ca marchait plutôt bien d’ordinaire mais Darko était plutôt du genre imprévisible, et c’était le cas de le dire. « Je t’en veux pas. » Dis-je simplement en reprenant mon sérieux – que je n’avais pas vraiment quitté en fait – mais au moins j’étais sincère quand je disais ca. « Tu me feras rien » déclarais-je simplement et sans la moindre arrogance. Je ne le disais pas comme si je savais mieux que lui ou quoi que ce soit, je le disais juste pour l’aider à ce qu’il reprenne le contrôle de lui-même, qu’il se rappelle que son but ce n’était pas de me dévorer. Enfin j’espère quoi. « Et puis de toutes façons je te rendrais surement malade et tu passerais la nuit à vomir tes tripes. » Je pris un air nonchalant et haussais les épaules. Petit silence de ma part. Je n’étais déjà pas douée avec les gens, alors si en plus je devais jouer à la diplomate pour lycan, on allait avoir du mal à s’en sortir. Je soupirais. « Bon, je suis pas douée pour les blagues alors j’espère que ca va mieux. » Espérons seulement que j’avais un peu aidé ? Et puis surtout espérons qu’il avait abandonné l’idée de m’arracher la tête. Pas la tête quoi, j’en ai trop besoin.

_________________

Because heaven sends and heaven takes. Yeah she's got a criminal mind. She's got her halo and wings hidden under his eyes, but she's an angel for sure. She just can't stop telling lies. But it's too late for his love, already caught in a trap. His angel's kiss was a joke, and she is not coming back

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 1076
Crédits : Cameleon&Tumblr
Groupe : Lycanthropes
Immatriculation : LG00CP050407D7

MessageSujet: Re: Le chasseur chassé {Darko&Eve}   Sam 12 Mai - 14:00

Je sais c'est assez minable, depuis le temps que je vis dans le SUNH et avec déjà plusieurs années en lycan à mon actif, je devrais avoir plus de contrôle que ça, je devrais même parfaitement contrôler ma faim comme la plupart des autres ici. Généralement ceux qui attaquent les humains ou le SUNH le font par colère, par haine bien plus que par manque de contrôle. Je pourrais en dire autant de moi, mais ce ne serait pas vrai. Certes je les déteste et j'aurais envie de les voir crever, mais si j'attaque l'un d'entre eux -véritablement- ça risque bien plus d'être une attaque involontaire poussé par mon instinct de prédateur. Il y a des jours où je me dis que je ne suis pas très loin de ces loups garous dit sauvage qui sont resté à l'état de bête, nourrissant une agressivité dangereuse autant pour nous que pour les humains. Enfin tout est à parier que si le SUNH ne m'avait pas mis la main dessus à l'époque pour venir m'enfermer ici, j'aurais finis exactement comme ça, reniant totalement ma part d'humanité pour ne vivre que sous ma forme de loup tuant à outrance tout ce qui pouvait me tomber sous la patte. Ça ne m'aurait pas tellement déplu, sans doute que la vie doit être plus simple comme ça, ils ne doivent jamais avoir aucun cas de conscience à se faire, cela dit, d'un autre côté, je crois que je me plais trop sous ma forme humaine pour faire le choix de l'abandonner totalement. Peut-être qu'au fond j'aurais voulu être humain moi aussi, même si je ne l'admettrai jamais, mais alors jamais. Je n'ai jamais connu d'existence normal, même quand j'étais jeune, avec mon père trop pauvre pour se payer le moindre petit luxe, je vivais dans la forêt, me lavais dans la rivière et chassais notre nourriture, puis rien ne s'est amélioré après, moi et mon frère avons été vendu, s'échappant clandestinement jusqu'à ce qu'il me plante et que je sois forcé de retourner à ma vie de sauvage. Puis le SUNH m'a trouvé et vous devinez la suite de l'histoire. Et toute les fois où je m'étais abandonné au loisir d'observé les humains, je me disais que j'aurais bien aimé avoir cette vie moi aussi. Vivre dans une petite maison confortable, avoir des amis, me concentrer sur mes études, sortir faire la fête, avoir une copine...juste être humain. Sauf qu'après je me dis qu'ils sont tellement minables et défavorisé par la nature que je suis très bien comme ça. Cela dit, rien de ce que je peux penser ne règle mon plus grand problème, ma plus grande faiblesse ; la chair humaine. Je me damnerais pour en manger, ça m'obsède, je n'ai vraiment aucune résistance, enfin aucune, disons que la seule que j'ai est mon instinct de survie, si ce n'était pas de ça, je dévorerais tous ceux que je peux croiser, mais comme je sais que ça équivaut à signer mon arrêt de mort, je me retiens. Dans un sens c'est assez honteux, d'avoir si peu de self-control, j'ai franchement l'impression d'être un débutant.

Dans tous les cas, j'aurais préféré qu'elle n'assiste pas ça. Elle n'a pas besoin de savoir le peu de contrôle que je possède, si ça se trouve elle va me catégoriser comme dangereux et me dénoncer au SUNH qui bien entendu, s'empresse toujours de faire disparaitre les cas dangereux de la circulation. Même que je serais prêt à parier qu'ils attendent que ça, que je fasse un bon faux-pas pour avoir une bonne raison de m'arrêter, mon frère n'attend surement que ça. Et puis vu le nombre de fois où je me suis attaqué à eux -pour le plaisir- ils auraient déjà d’excellemment raison de me maîtriser, c'est à se demander pourquoi ils ne l'ont toujours pas fait. Ils patientent que j’aggrave mon cas peut-être pour faire de moi une sorte d'exemple pour les autres lycans. Ils vont me lyncher sur la place publique en clamant que le moindre d'entre nous oserait se révolter, qu'il finirait comme moi. J'ai peut-être trop d'imagination mais ça me presque plausible. La barbarie humaine n'est plus à prouver de toute façon, il suffit de lire leurs livres d'histoire pour le savoir. Bref. Et cette Eve dont je ne sais pas quoi penser ? Celle dont je viens de passer à deux crocs de la décapiter...qu'est-ce que j'en fais maintenant ? Enfin je veux dire, j'en fais rien du tout, je n'ai pas l'intention de la tuer mais...si je pouvais juste disparaitre par magie ce serait parfait. Comment je peux justifier le comportement que je viens d'avoir ? Comment ça s'explique ? Quoique si elle est scientifique et qu'elle est spécialisé dans ce que je crois qu'elle est spécialisé, elle doit déjà avoir de bonne notion en comportement lycanthrope, c'est doute la seule raison qui explique qu'elle ne soit pas partie en courant, ce qui aurait été bête parce qu'une proie qui fuit il n'y a rien de pire pour attiser l'envie de tuer d'un chasseur. Je garde mes yeux rivé sur elle, attendant d'avoir revoir totalement ma forme humaine, mais même encore là j'ai cette horrible envie de la dévorer qui continue de me tenailler, limite j'en salive presque. J'essaie de me concentrer sur ma respiration pour réduite mon rythme cardiaque, détendre mes muscles et retrouver mon calme. « C’est pas grave. » C'est pas grave ? J'aurais pu la tuer et me faire tuer par la même occasion et c'est pas grave ? Si elle est suicidaire ok, mais moi je ne le suis pas -pas totalement en tout cas-. « Je te comprends après tout, moi aussi j’ai du mal à me retenir devant un cheeseburger des frites. » Cette fois j'arque un sourcil, elle fait de l'humour maintenant ? De mieux en mieux, cela dit, ça parvient quand même à m'arracher un sourire et sans doute à me décrisper un peu. «Je...je voulais pas te tuer...c'est juste que tu sens tellement mauvais...enfin bon, tu sens bon, la viande... C'est ma faute, j'aurais pas dû me retourner vers toi et j'aurais dû manger plus...» Mais rien de ce que j'ai à manger n'égale la saveur exquise d'un humain. Comment je le sais ? Non je n'ai jamais dévoré personne, mais j'ai déjà arraché des morceaux, bien que je ne vais pas m'en vanter. Après quoi, elle poursuit en ajoutant qu'elle ne m'en veut pas et que je ne lui ferai rien. Parce qu'elle est encore capable de croire que je ne lui ferai rien alors que je viens tout juste de l'attaquer ? Je ne comprends décidément rien à cette femme. Bon après vous me direz, je ne comprends rien aux femmes quel que soit son espèce, mais quand même...« Et puis de toutes façons je te rendrais surement malade et tu passerais la nuit à vomir tes tripes. » Je souris à nouveau, loin de considérer ça pour une évidence. «C'est bien de le penser, mais j'en doute beaucoup...» J'ai plutôt tendance à croire qu'elle doit être absolument délicieuse. Enfin au moins tout ça a le mérite de m'avoir laissé le temps de reprendre mon calme. « Bon, je suis pas douée pour les blagues alors j’espère que ca va mieux. » Mon ait se veut embêtée, limite on pourrait presque qualifier ça de grimace. Je ne vais pas insister sur le fait qu'elle semble si appétissante, mais je ne sais pas si je peux vraiment dire que ça va mieux. Je finis quand même par hocher la tête d'un air s'imbibant de sarcasme. «Oui...si on met de côté le fait que je peux pas m'empêcher, malgré moi, de regretter de ne pas t'avoir goûté et le fait que je viens de m'opposer à l'un des miens pour défendre tes fesses de SUNH et que je vais probablement m'en prendre plein la gueule à cause de ça...ça va mieux merci.» Qui a dit que j'étais doué pour être sympathique de toute façon ? Et puis ce n'est pas dit méchamment, c'est une forme d'humour j'imagine. Je finis par sourire à nouveau. «Je devrais peut-être récupérer mes vêtements...je voudrais pas que tu m'accuse d'attentat à la pudeur...je sais que par chez-vous, vous accordez vraiment beaucoup d'importance à vos vêtements...» Personnellement ce n'est pas ce qui me gêne, tout comme la plupart des lycans, être nu c'est devenu très banal, mais je sais que pour les humains ça ne fait pas partie de leur mode de vie...autant ne pas la choquer.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 1358
Crédits : Desdemoniac/tumblr
Groupe : Humains

MessageSujet: Re: Le chasseur chassé {Darko&Eve}   Jeu 24 Mai - 0:09

    Je peux dire objectivement que je suis plutôt douée en ce qui concerne la diplomatie, enfin en général bien entendu, mais c’est quand même un de mes points forts. Je sais presque toujours quoi dire, et quand ; enfin sauf quand je m’énerve, c’est là que devient mauvais mais il n’empêche qu’en règle générale je sais toujours plutôt bien m’y prendre avec les mots. Manipuler et mentir, en même temps, c’est plutôt simple une fois qu’on a mis de côté l’aspect immoral et qu’on a comprit comment ça marche, quoi. C’était mon cas, c’est ce que je faisais souvent et j’avais l’habitude de le faire. Il n’y a qu’avec les loups-garous que ça ne marche pas – ou rarement et si peu – ce genre de choses. Surtout quand un loup-garou est en colère après vous. Bien sûr il y a toutes les recommandations qu’on fait aux gens, genre jouer à la grande gueule, ne pas montrer sa peur etc, mais ce qu’on oublie de dire c’est que si un loup-garou a envie de vous couper en deux, il le fera, et peu importe ce que vous dites pour ne pas qu’il le fasse. On pourrait dire que c’est comme la cigarette, ce qui compte c’est la volonté. Donc tant qu’un loup-garou à la volonté de vous manger tout cru, vous êtes dans une situations délicate. En plus tout le monde sait à quel point c’est têtu un loup-garou. En tout les cas, j’avais largement l’habitude des loups-garous et de leur violence. Que ce soit ceux qui perdent le contrôle ou ceux qui sont volontairement violents parce qu’ils ne vous aiment pas. J’étais habituée à tout ça. Surtout aux loups-garous qui ne m’aiment pas d’ailleurs ; mais en même temps je ne leur en voulais pas du tout, parce qu’après tout ils avaient de très bonnes raisons de ne pas m’aimer. Ce dont je n’étais pas habituée par contre, c’était ceux qui réagissaient comme Darko. D’abord carrément choqué et surpris – et pendant un petit moment quand même – il avait finir par reprendre son masque d’agressivité et il semblait même être en colère, et quelque chose me disait que ce n’était pas seulement après moi. Je me demandais même s’il n’était pas plus en colère contre lui-même que contre moi, mais c’était sûrement un peu des deux en fin de compte. Il n’empêche que c’était rare de voir ce genre de réaction après une attaque ; je n’avais pas vu ça souvent en tout les cas. C’est peut-être pour ça que je ne lui en voulais pas, et que je ne me sentais pas vraiment en danger. N’empêche, je fus quand même surprise de voir mes conneries lui arracher un sourire. Je n’étais pas franchement convaincue du succès de ma méthode diplomatique mais faut croire qu’elle marchait au moins un minimum. Et c’était tant mieux. Bon, je n’irais pas jusqu’à dire que je suis prête à m’approcher de lui, et je pensais quand même qu’il pourrait éventuellement m’attaquer à nouveau, mais en tout cas l’alerte était passée de rouge a disons .. Rose pale. C’était quoi les couleurs des alertes, a part rouge ? Y’avait pas moins que rouge et orange ? Bleu ça compte ou pas ? Enfin peu importe. Il n’empêche que mon trait d’humour – pourtant assez foireux – lui avait arraché un sourire, et j’étais plutôt fière de moi sur ce coup-là.

    Il avait l’air de s’en vouloir quand même, et au premier abord je n’aurais franchement pas cru qu’il s’en serait voulu. C’aurait même été largement plus logique qu’il n’en a rien à cirer, en fait. Et pourtant. «Je...je voulais pas te tuer...c'est juste que tu sens tellement mauvais...enfin bon, tu sens bon, la viande... C'est ma faute, j'aurais pas dû me retourner vers toi et j'aurais dû manger plus...» Je pinçais les lèvres, une expression assez dubitative sur le visage ; Bon, au moins il ne voulait pas me tuer, c’est bon à savoir, déjà. Je restais quand même sur mes gardes, bien sûr, sait-on jamais. Mais c’était bien ce que je pensais, il n’avait pas voulu me tuer donc l’alerte rose pâle était justifiée. Quant au reste, je n’étais pas persuadée que ce soit de sa faute. A nouveau, j’eus un demi-sourire et je lâchais un « Bon, ben .. Je prends ça comme un compliment. » D’un ton qui se voulait amusé, avant de reprendre encore une fois mon sérieux. Après tout le sérieux était sans doute plus approprié, mais j’étais en forme niveau humeur quand même, non ? « Et c’est la faute de personne, c’est juste que c’est comme ça. » C’est l’instinct tout ça, je pouvais comprendre. Je comprenais beaucoup plus les loups-garous qui perdaient le contrôle plutôt que les humains qui tuaient par plaisir, genre les mecs du sunh quoi. Peut-être que j’étais trop tolérante avec les loups-garous, mais ça ne devait pas être facile tout les jours pour eux, je me rappelle de ceux qui venaient voir mon père parce qu’ils en pouvaient plus de perdre le contrôle. La conscience et la culpabilité c’est un truc assez lourd à supporter, et même moi j’en savais quelque chose, pourtant je n’étais pas un loup-garou. Donc non, je n’allais pas blâmer Darko pour ça, j’étais vivante c’était ça qui comptait. N’empêche, dans le doute, j’ai préféré lui préciser que j’aurais très certainement un goût dégeu ; des fois que ça marche hein. Et à nouveau, mon trait d’humour le fit sourire. Oui, décidément, j’étais en forme aujourd’hui, je ne me savais pas aussi drôle. «C'est bien de le penser, mais j'en doute beaucoup...» une moue s’est dessinée sur mon visage, après tout moi j’avais dit ça pour lui filer un coup de main, il aurait mieux fait de me croire sur parole c’aurait été plus simple pour tout le monde, sans doute surtout pour lui en plus. Enfin bon, tant pis. J’haussais les épaules. « Pourtant je te jure que je suis carrément dégoutante, en plus je suis tout le temps malade du coup je prends plein de médicaments, ça fausse le goût tout ça. Non franchement, je ne me conseille pas. » Je ponctuais la fin d’un hochement négatif de la tête. Oui, je m’auto-dédaignais. Mais le pire c’est que j’étais à demi sérieuse en disant ça. Je n’avais encore jamais été mordue, donc je n’avais aucune idée de si j’étais délicieuse ou pas, et franchement je ne voulais pas le savoir, mais j’étais absolument persuadée que je devais avoir un goût horrible. Avec tous les antibiotiques et autres aspirines que j’ingurgitais dans l’année, ça devait sûrement jouer au moins un peu. Et puis allez savoir ce qu’on mettait dans ma bouffe quand j’étais obligée d’aller diner chez mes parents adoptifs hein. J’aurais été du poison à loup-garou que ça ne m’aurait même pas étonnée. Ils en auraient bien été capables après tout.

    Enfin peu importe, du moment qu’il n’avait pas – ou plus ? – envie de me manger ca m’allait. Visiblement on pouvait dire qu’il avait l’air d’aller mieux, mais comme je n’étais pas dans sa tête, il valait mieux le lui demander et en avoir le cœur net. Je préférais quand même. «Oui...si on met de côté le fait que je peux pas m'empêcher, malgré moi, de regretter de ne pas t'avoir goûté et le fait que je viens de m'opposer à l'un des miens pour défendre tes fesses de SUNH et que je vais probablement m'en prendre plein la gueule à cause de ça...ça va mieux merci.» J’haussais un sourcil en l’écoutant parler, limite si je ne le haussais pas de plus en plus haut au fur et à mesure qu’il parlait. Bon, c’’est toujours sympa le sarcasme, de toutes façons je ne le prenais pas mal, et puis je pouvais comprendre son point de vue. En plus sa grimace valait quand même le détour. « Je te remercie de m’avoir sauvée. » Finis-je par répondre simplement. Après tout c’est vrai qu’il n’était pas obligé, il aurait pu se barrer et me planter là et m’abandonner au triste sort de devenir un casse-croute pour loup-garou. J’avais presque failli oublier de le remercier avec tout ça n’empêche. Cependant je fronçais les sourcils avant d’ajouter ; « Mais ça a tellement d’importance pour toi ce que les autres vont penser ? » C’était presque sorti tout seul, mais franchement j’avais un peu de mal à imaginer en quoi des loups-garous – dans la situation où ils étaient – pouvaient s’intéresser tellement aux ragots. Surtout que contrairement aux légendes, on ne pouvait pas vraiment dire qu’ils agissaient et vivaient en meute. Pour la plupart, ils étaient obligés de se côtoyer parce qu’ils étaient obligés de vivre dans le District alors.. Franchement je ne voyais pas le problème. Et puis des loups-garous et humains qui se sauvaient, ce n’était pas si rare, et c’était bien en plus, ca prouvait que les grands chefs avaient torts d’être aussi effrayés. Perplexe, je finis par hausser les épaules. «Je devrais peut-être récupérer mes vêtements...je voudrais pas que tu m'accuse d'attentat à la pudeur...je sais que par chez-vous, vous accordez vraiment beaucoup d'importance à vos vêtements...» Décidément il s’amusait à essayer de m’étonner, ou quoi ? Il n’avait pas encore capté qu’il était nu depuis le début ou quoi ? J’ai déjà tout vu, hein. C’était pas que j’avais envie de le voir nu hein, honnêtement je ne regardais pas, j’avais au fil du temps pris la bonne habitude de regarder tout le monde dans yeux, même les gens habillés, juste dans le doute qu’ils soient nus aussi. Question de reflexe quoi. « Moi ça me dérange pas, mais c’est comme tu veux. » Pause. Attendez voir ; ouhla non, ce n’était pas du tout sorti comme je l’avais voulu. Consciente que ca pouvait franchement porter a confusion je me suis sentie obligée de vite ajouter « Je veux dire que t’es pas le premier que j’vois a poil et tu seras certainement pas le dernier. » Ah mais non ! Ca n’allait pas du tout. Il valait mieux que j’arrête de parler parce que je ne faisais que m’enfoncer. Du tact bon sang, du tact. C’était à s’en arracher les cheveux, pour qui j’allais passer moi ? « Enfin non mais ce que je veux dire c’est que je regarde pas alors je m’en fous et puis fais ce que tu veux à la fin. » Grommelais-je, gênée, avant de croiser les bras et de regarder ailleurs. C’est pas possible ça, qu’est ce que je pouvais être nulle avec les explications, et les mots, et les gens, et ce truc qu’on appelle du tact. Et en plus quand je m’exprimais ce n’était pas du tout en accord avec ma pensée. Merde quoi.

_________________

Because heaven sends and heaven takes. Yeah she's got a criminal mind. She's got her halo and wings hidden under his eyes, but she's an angel for sure. She just can't stop telling lies. But it's too late for his love, already caught in a trap. His angel's kiss was a joke, and she is not coming back

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le chasseur chassé {Darko&Eve}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le chasseur chassé {Darko&Eve}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» ♣ évènement 015 ; Chasse à l'homme dans la forêt interdite
» Chasseur chassé. [Flashback][Fili][Terminé]
» Chasseur Chassé
» Un chasseur sachant chassé ...
» La Grotte du Chasseur
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
District 7 :: district 7 :: Lanes.-